Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)

MessageSujet : #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   Jeu 29 Nov - 20:32
avatar
Cosme Salander
posts : 40
points : 89
feat : Hale Appleman
crédits : Lempika
logement : #801 au old lady, un véritable capharnaüm qu'on est heureux de ne pas devoir fréquenter.


Tu titubes difficilement d'un endroit à l'autre. Tes jambes te portent encore, c'est bon signe. Tu n'as pas oublié comment marcher. Tu peux pas en dire autant de ton nom. Tu le retrouverais plus entre tous les verres qui s'entassent dans ton foie. Il doit être midi ou plus tard. Tu vois les gens qui s'agglutinent dans les restaurants et te compliquent le passage comme si ils voulaient voir le bon équilibriste que tu es. Tu ne leur feras pas le plaisir de tomber. Tu apprécies bien trop tous ces regards admiratifs qui se posent sur toi et la voie royale qu'il commence à ouvrir sur ton passage. Tu te bernes de belles illusions mais tu as bien trop bu pour remarquer la réalité. T'as même plus assez de concentration en stock pour apercevoir leurs mines dégoutées et les nez qui se fronce derrière l'odeur amer d'alcool que tu dégages. Tu préfères être un héros qu'un minable dont on envie pas le sort. Tu marches comme un prince jusqu'à l'immeuble. Le fond d'une bouteille, emballé dans un sac plastique, encore à la main. T'arrives pas vraiment à viser la serrure pour rentrer. Cette foutu porte à coutume de se foutre de ta gueule quand tu reviens à pas d'heure. C'est un peu comme si le serrurier attendait que tu sortes pour venir perturber ta tranquillité. Alors, tu attends. Tu attends longtemps qu'un autre daigne ouvrir cette porte pour toi. Cet autre, qui se dévoue, te réveille par ses plaintes alors que tu dormais déjà à moitié contre l'entrée et qu'il a faillit se faire écraser par ton poids. T'as même pas la force de lui répondre quand tu vois encore toutes les marches jusqu'à la gloire qu'il te reste à grimper. Pourquoi il n'existe aucun bouton qu'on tournerait pour changer l'appartement du premier en celui du propriétaire trop pressé de rentrer chez lui ? Tu t'agrippes à la rampe, ou plutôt tu t'y tires péniblement. Chaque marche semble un peu plus haute. T'as de quoi te distraire pourtant, tu reconnais à peine les murs. Une farce du peintre qui travaille en partenariat avec le serrurier probablement. T'as l'impression de gravir une montagne. A chaque fois que tu veux monter seul, tu tangues un peu à gauche, un peu à droite et tu finis par faire trois pas en arrière. Une horrible danse qui s'arrête quelques instants où tu décides de t'asseoir pour finir ta bouteille.

L'ascension recommence, tu tangues encore un peu et tu finis par arriver à ton étage. Du moins t'as décidé que ça l'était. Il te reste plus qu'à trouver la porte de ton appartement. A la troisième porte, tu sors ta clé après avoir fouillé quelques minutes. Tu la glisses dans la serrure après plusieurs tentatives infructueuses. Tu jures. La porte refuse ton passe alors tu continues ta route, ça doit être la prochaine. Et tu réessaies encore et encore jusqu'à en avoir marre. Tu t'es cogné dans trop de porte, t'as traverser trop de couloir. T'as décidés que celle-ci était la bonne. Les derniers chiffres trop flous te paraissent corrects. Ce sera donc celle-là et pas une autre. Tu glisses ta clé dans la porte qui semble l'accepter à moitié. T'as beau insister, elle ne veut pas l'avaler plus profondément. Tu la ressors enragé, le désespoir s'emparant de toute sa violence de tes entrailles. Tu l'entoures de ton poing avant de frapper nerveusement dans cette foutue porte qui se fout de ta gueule. Il faut faire quoi pour que ta clé rentre enfin ? Tu respires un grand coup avant de retenter ta chance : tu remets ta clé, tu essaies de la rentrer d'une autre façon, tu joues avec la clinche, tu essaies de donner un petit coup d'épaule en espérant la débloquer... Et tu finis par la retirer en gueulant un : "sale pute !" bien trop compréhensible malgré ton état. Cette fois, tu offres un coup de pied à celle qui est bien trop vicieuse pour toi. Avant de finir par y plaquer ton dos. Si ça continue ainsi tu dormiras devant la porte comme un super héros sans pouvoir, un prince qui a perdu son château. T'attends encore qu'un miracle se produise mais t'attends pas bien longtemps cette fois. Tu sens que la sournoise cède enfin. Tu te retournes la joie au coeur, elle a eût pitié de toi. Mais ta joie ne dure pas, ton coeur s'arrête de battre l'espace d'une seconde, tu ne t'attendais pas à ça. Il y a quelqu'un derrière la porte. T'aurais trouvé ça moins absurde si elle s'était ouverte magiquement.

Cette personne te dit vaguement quelque chose. Tu sens un souvenir peiné à s'allumer. Il suffirait que tu dormes un peu afin de pousser l'interrupteur. Alors tu oublies l'idée de savoir qui a bien pu s'infiltrer chez toi ou même qui a changé à ce point la décoration. Tu te dis qu'une bonne fée s'est enfin intéressée à ton cas. T'aurais juste un point à revoir avec elle : t'as le mal de mer et elle a oublié amarrer ton appartement. Tu poses une main sur l'épaule de l'intruse, laissant y poser une partie de ton poids pour stabiliser un peu ta vision.

"Hey..." Tu cherches son nom mais il a dû s'enfuir avec le tien dans un endroit scellé pour le moment. L'effort dure deux secondes à peine avant que tu ne te décides sur l'appellation à lui donner. "Sélina."

C'est le premier nom de voleuse qui t'es venu, celui de Catwoman. Tes classiques sont gravés dans ta mémoire peu importe le nombre de verres que tu ingurgites. Tu viens l'emprisonner contre ton torse en passant tes bras autour de son corps qui semble si fragile. Tu te portes à peine sur tes jambes, ayant préféré t'offrir un reposoir bien plus jeune que toi.

"Ca f'sait longtemps. Qu'est-ce tu fais chez moi? "

Tu te souviens plus de combien de temps, t'es même pas sûr de savoir si c'est elle qui ravive ton souvenir ou sa chevelure rousse. A moins que ce soit simplement la scène qui doit t'es familière. T'as pas envie de le savoir. Tu te contentes juste de la serrer un peu plus fort contre toi, de la laisser un peu plus te porter alors que tu presses ta bouteille de verre contre son dos. Tu te préoccupes pas de savoir si l'odeur d'alcool qui a imprégné ton t-shirt trop large la dérange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t716-cosme-salander-hale-applem
MessageSujet : Re: #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   Dim 2 Déc - 23:31
avatar
Ebbe Bartolotti
posts : 955
points : 665
feat : Barbara Palvin
crédits : Ava : cranberries / sign : anesidora
Âge : 18
logement : #602, Homewrecker


Il faut que je rentre à la maison. j’ai hâte de voir la maison de qui ça va êtreDécembre - 12:25 - Appartement Bartolotti - @Cosme Salander
Malgré la merveilleuse isolation de l’immeuble, il était impossible de ne pas entendre le boucan qui régnait dans le couloir commun. Naïvement, on pense immédiatement à ces aspirants pompiers qui récoltent des fonds pour une quelconque cause ou aux témoins de Jéhovas qui viennent prêcher une parole à laquelle je n’y croyais guère. Quoique. Les récents événements m’avaient poussé à chercher refuge là où je ne pensais pas mettre pied très longtemps. Je me surprenais à apprécier fuir la réalité, ou la lucidité, moi qui aimais garder mes pieds sur terre. Cependant, qui étais-je, sans elle, sans cette moitié, sans cette grande amie ?

Une pensée à nouveau interrompue par le même boucan. J’ai fini par comprendre que je n’avais pas affaire à un petit pompier ou à une jésuite mais clairement à un abruti – un homme suffisamment stupide pour faire du tapage à la porte d’un Bartolotti. D’ordinaire, j’ignorerai ce genre de cas désespérés, attendant qu’ils se cassent – ou en appelant mon père, en dernier recours. Cependant, rien n’était plus ordinaire pour moi et je n’hésitais pas à saisir chaque opportunité qui m’oblige à penser à autre chose, qui m’incite à ne pas fuir la réalité.

Un petit coup d’œil dans le cœur de bœuf, et je ne vois qu’une touche de cheveux noirs. Taser à la main, j’inspire un grand coup et finis par ouvrir la porte. Un court instant, le silence s’installe entre cet inconnu et moi. Nous nous dévisagions. Nos regards indiquaient clairement que l’un comme l’autre a la sensation d’un « déjà-vu », que nous nous connaissions – dans cette vie, ou une autre. Et finalement, je m’en rappelle.

C’était le type qui me passait ses craies pour que je dessine avec lui, lorsque j’étais en primaire. Un type à l’imagination débordante, et plutôt bon vivant. J’avais un meilleur souvenir de lui. Ce ne sont pas seulement les années qui se sont imprimées sur ses traits, mais également autre chose que je ne connaissais que trop bien : le malheur, la déchéance, l’abandon. Il était à la dérive. Toujours est-il que voilà une bonne dizaine d’années que je ne lui parlais plus, que je ne le croisais que de temps en temps dans la rue…

La surprise est telle que je réagis à peine lorsqu’il prend appuie sur moi, pour trouver un semblant d’équilibre. Je soupire, habituée aux haleines d’alcools ou aux poids inconscients et trop lourds pour mon petit gabarit. Alors, en étouffant mille et une jurons, je l’avance jusqu’à la salle de bain. Une progression interrompue par le besoin d’un câlin du gars, qui pense que je suis Sélina. Je ne cherche nullement à le contredire : avez-vous déjà essayé de raisonner un type bourré ? Sachez une chose : c’est impossible. Soit on partage l’euphorie, soit on subit.

- Je t’attendais, maugréais-je, reprenant la lente progression.

Aussitôt, je l’engouffre dans la baignoire, m’assure d’éloigner la bouteille de lui et l’asperge sans aucune pitié un jet d’eau tiède, tout en m’éloignant avec le pommeau de douche. Je n’avais nulle envie d’être un dégât collatéral d’un type en état d’ivresse. Si j’avais la force de mon père, ou de mon oncle, j’aurais tout simplement saisi sa nuque et forcé à subir dix bonnes minutes un jet d’eau glacée.

- Tu t’appelles comment ? demandais-je.

Je ne me rappelais plus exactement du prénom mais, avant tout, c’était pour voir s’il avait repris ses esprits, suffisamment du moins pour m’écouter, me comprendre et me répondre. Aussi incroyable que vrai, ce processus n'est pas simple ou acquis. Il est très complexe. L’alcool ne le met que davantage en avant.  

Pourquoi est-ce que je prenais la peine de l'aider au lieu de le renvoyer à la rue, comme je le prévoyais initialement ? Je ne saurais dire. Je le connaissais, j'en gardais de bons souvenirs et c'est peut-être ces derniers qui le sauvaient à cet instant-ci.



† And I need a friend, oh, I need a friend
To make me happy, not stand there on my own Wonderful Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t475-ebbe-bartolotti-barbara-pa
MessageSujet : Re: #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   Jeu 6 Déc - 21:20
avatar
Cosme Salander
posts : 40
points : 89
feat : Hale Appleman
crédits : Lempika
logement : #801 au old lady, un véritable capharnaüm qu'on est heureux de ne pas devoir fréquenter.


T’as l’envie de rire qui vient te démanger en voyant la surprise sur son visage. T’as l’impression qu’elle aussi aurait été plus à l’aise de ne voir que du vide plutôt que ta présence sur son paillasson.  T’évites pourtant d’émettre le moindre son, la peur que le mal de mer finisse par te rendre malade alors tu t’accroches à ce que tu peux, une gamine qui cache bien sa force. Elle t’attire à l’intérieur quand tu ressembles à un vieux grincheux agrippé à son déambulatoire ou plutôt à son scout trop énervant. Le couloir te semble sans fin, tes yeux continuellement fixé sur sa chevelure, alors que t’imagine l’appartement s’envoler grâce à un millier de ballon gonflé à l’hélium. En milieu d’ascension, ton cœur gonfle à cause du manque de cette femme décédée que tu n’as jamais connu et tu enlaces cette seule personne qui te raccroche à la civilisation.  Une occasion de plus d’évaluer sa musculature.

« T’pas trop attendu, j’espère. »

Si tu t’inquiètes de son ennuie, tu te dis qu’elle n’a pas dû voir l’heure passer. Elle a réussis à pousser les murs et dégager au moins une allée pour passer à deux. Ça tient du miracle. Elle est impressionnante ta scout. Presque autant que d’arriver à te faire entrer naïvement dans la baignoire. Tu t’en rends compte trop tard alors que ta deuxième jambe s’est levée aussi maladroitement que la première pour enfin te reposer complètement, assis. Tu peux pas t’empêcher de la fixer, essayant de trouver d’où elle vient. Comment a-t-elle franchi la barrière de ton monde  pour te donner cette impression de la connaitre. T’arrête d’y réfléchir en devinant enfin ses intentions, elle a déjà le pommeau en main alors que tu tentes un désespéré :

« Il y a d’autre… »

Elle te ferme le caquet au premier jet. Tu essaies de fuir, tu tentes de te relever pour éviter son assaut. Terrible échec quand tu t’aperçois que tu retombes bien rapidement sur tes fesses. Tu ne peux t’empêcher de jurer de façon incompréhensible. Elle arrête de t’asperger et tu regardes, tel un chien battu, l’enfant sadique. Il y a cette question qui claque en plus pour essayer de te ramener à la réalité en essuyant les verres de trop. Tu sais pas quoi lui dire, maintenant que tu n’as plus le droit de t’en servir de reposoir et qu’elle te fait subir un tel supplice. Ton cerveau n’est pas prêt à raisonner avec réalisme.

« J'ai tellement changé depuis ce matin que je ne saurais plus dire qui je suis… »

T’es digne d’un acteur, bien plus proche du chapelier fou au vu de ta dégaine que de celle d’Alice. Ta phrase est accompagnée de gestes surfaits qui n’ont que trop peu de sens avec ton discours. T’as détachés chacun des mots avec un accent bien trop distingué pour les bas quartiers.  Tu fuis comme tu peux, t’enfonces encore un peu ce qu’elle veut faire ressortir de pire mais tes yeux croissent son arme. Ton cerveau se met à tourner à cent à l’heure, t’as d’autre citation en tout genre qui te passe à l’esprit. Rien d’utile. Tu brasses mais il n’y a rien. Jusqu’à ce que l’ampoule au-dessus de ta tête s’allume. Tu t’accroche au bord de la baignoire pour te mettre à genou, la pointant du doigt.

« Je me souviens ! De toi ! Je me souviens … »

Tu le cries comme si tu venais de trouver la solution pour tous les plus grands problèmes du monde. T’essaies surtout de grappiller les secondes, le temps que les mots retrouvent le bon chemin. Tu sors un peu plus les bras de la baignoire pour lui montrer la taille qu’elle devait avoir quand tu l’as rencontrée, laissant l’eau se déverser au sol dans un bruit léger.

«  T’étais pas plus grande que ça. Tu savais pas rêver plus loin que les molécules ! Tu voulais être médecin ! »

Et si tu ne te souviens plus de son nom, tu te rappelles très bien l’avoir surnommé docteur Alchemy, sans jamais lui dire que tu la comparais à un vilan de comics, pour ses capacités à retenir des formules qui te semblaient ridiculement complexe et inutiles.  Tu espères qu’elle arrive à s’évader plus facilement aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t716-cosme-salander-hale-applem
MessageSujet : Re: #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   Dim 9 Déc - 11:17
avatar
Ebbe Bartolotti
posts : 955
points : 665
feat : Barbara Palvin
crédits : Ava : cranberries / sign : anesidora
Âge : 18
logement : #602, Homewrecker


Il faut que je rentre à la maison. j’ai hâte de voir la maison de qui ça va êtreDécembre - 12:25 - Appartement Bartolotti - @Cosme Salander
- J'ai tellement changé depuis ce matin que je ne saurais plus dire qui je suis…

Je ne le laisse pas terminer sa phrase que je balance un nouveau jet d’eau. Je n’avais aucune pitié ou scrupule pour les types bourrés et surtout ceux qui échouaient dans notre appartement. Il fallait qu’il décuve, avant que quiconque ne passe le pas de la porte, mon père, mon oncle, ma jumelle ou ma tante. Il sera bien plus difficile de justifier la présence d’un type de la trentaine ici, s’il ne savait pas aligner deux mots correctement.

- Je me souviens ! De toi ! Je me souviens …

J’écoute, quoique le pommeau en l’air, prête à l’arroser s’il osait encore raconter une bêtise. Une précaution inutile, apparemment, car il retrouvait enfin ses esprits. Je me mords légèrement la lèvre inférieure. Il savait que je voulais être médecin – l’un des rares, à vrai dire. Sûrement un secret que j’avais partagé dans ma naïveté et insouciance de cette époque.

- Je ne veux plus l’être, mentis-je, déposant le pommeau à sa place initiale et passant un bras dans le dos du brun pour l’aider à se relever. Je l’emmène jusqu’à la cuvette des toilettes – couvercle fermé – , l’y dépose et ne tarde pas à me saisir d’un balais et d’un sceau. Il fallait maintenant nettoyer toute cette flotte causée par nous deux. Tu habites dans l’immeuble ?

Je n’étais pas une voisine extrêmement sociale ou présente – fuyant les rares soirées entre voisins, ou laissant plutôt ma jumelle gérer les voisins du palier et leurs besoins –, alors autant dire, je ne savais pas du tout qui vivait ou qui ne vivait pas là. Je lui lance un regard en biais.

- Nous sommes au Homewrecker, au sixième étage, appartement 602
, ajoutais-je.

Il devait encore être dans la lune, à essayer de rassembler le peu de lucidité que l’alcool a bien voulu épargner. Cependant, il fallait m’expliquer quel train de vie il pouvait mener pour être déjà à terre en plein midi. Tout naturellement et au vu de l’entreprise familiale, je pensais immédiatement à la prostitution : un travail de nuit, dégradant pour beaucoup, qui nécessitait sa dose de liqueurs pour tenir le coup… Aussitôt, je me mords la lèvre : je saute trop vite en conclusion. Je laisse l’idée de côté, préférant me concentrer à l’instant présent.

Entre deux coups de balais, je profite pour récupérer une serviette propre et la lui balancer pour qu’il se sèche un peu – je refuse qu’il inonde les pièces principales, en plus.

- Je vais préparer du café après. Nous avons du café italien : noir et fort.

Ma voix était autoritaire et stricte, qui indiquait clairement qu’aucune négociation n’était possible. Je ne lui donnais pas le choix, je ne me contentais que de lui donner que quelques éléments sur la suite du programme imposé pour le bien de tous. Lui, pour retrouver ses esprits, et moi, pour tenir debout malgré mon manque de sommeil suite à de longues nuits d’insomnies.




† And I need a friend, oh, I need a friend
To make me happy, not stand there on my own Wonderful Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t475-ebbe-bartolotti-barbara-pa
MessageSujet : Re: #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   Dim 9 Déc - 18:50
avatar
Cosme Salander
posts : 40
points : 89
feat : Hale Appleman
crédits : Lempika
logement : #801 au old lady, un véritable capharnaüm qu'on est heureux de ne pas devoir fréquenter.


Tu fais l’effort de répondre à ton bourreau, même si ce n’est pas la réponse qu’elle attendait et te voilà remercier par un nouveau jet d’eau qui te fait l’insulter dans ta barbe.  Elle a beau être jeune, ça ne l’empêche pas d’être traité en adulte responsable que tu aimerais voir agoniser. T’aurais préféré qu’elle oublie cette idée de te noyer pour sauver le semblant de souvenir qui ressurgit de façon violente. Ca semble la convaincre pour te laisser en paix. Tu ne t’es pas trompé de gamine alors que tu aurais facilement pu le faire au vu des années qui vous séparent ce passé bien plus heureux. Elle décide cependant rapidement de gâcher le peu de sobriété que tu récupères. Elle a abandonné… Ton regard curieux se pose sur elle, tu essaies de déceler sans succès le mensonge. Il te suffit de quelques secondes pour remplacer ce sentiment par une colère risible. En une simple phrase, elle a réussis à te mettre de mauvais poil au point que tu évites l’aide qu’elle veut t’offrir pour te sortir de cette attrape nigaude. Tu préfères vivre dangereuse et éviter de justesse de tomber plutôt qu’accepter l’aide d’une lâche qui abandonne ses rêves. Tu te traine jusqu’à la cuvette sur laquelle tu t’installes avant de ramener tes pieds au plus près de tes fesses. Tu poses ton menton au-dessus de tes genoux, un regard de feu toujours posé sur la jeune fille que tu ne quittes pas une seconde du regard. Tu gardes le silence à sa question, cherchant encore une réponse à celle que tu te poses. Tu n’écoutes qu’à moitié les informations qu’elle t’offre. L’essuie posé négligemment sur tes épaules après avoir frotter tes cheveux.

«  T’es une idiote ! »

Ca sort avec rancune alors qu’elle s’occupe de nettoyer tes dégâts. Elle n’avait pas le droit d’abandonner ses rêves  ce moment précis. Un rêve, ça ne s’abandonne pas. Au pire des cas, ça se laisse de côté, le temps de trouver le moyen d’y arriver ou ça se fait arracher  mais ça ne s’abandonne pas. Tu te lèves, arrivant péniblement au chambranle. Tu ne veux pas qu’elle t’attaque aussi violemment que ses tentatives précédentes.

« T’as un problème au cerveau ? Pourquoi t’as changé d’avis ? Tu connaissais plus de formules qu’un sorcier. Tu m’as fait comprendre ce qui clochait dans mes personnages… »

Tu te souviens que la regarder dessiner à la craie ces trucs irréaliste de livre de science t’ont permis de corriger des personnages pas totalement humain, tu te souviens de ce génie fou.

«  T’es une menteuse ou une imbécile. »

La gêne d’insulter avec un calme glaçant celle qui a la folie de t’accueillir chez elle ne te trouvera pas aujourd'hui. Au contraire, tu te permets même de quitter la pièce encore assez mouillé pour qu’elle puisse te suivre à la trace. Il faut dire que t’arrives pas bien loin, tu te prends les pieds dans le premier meuble croisé pour t’étaler de tout ton long. Tu marmonnes ta frustration alors que tu essaies de te rassoir tant bien que mal.  

« Je te parle pas à toi ! »

 C’est le premier truc qui sort de tes lèvres quand tu remarques des pieds à proximité. Tu viens de décider de lui faire la gueule jusqu'à ce qu’elle change d’avis. Tu attends qu’elle te le dise assez sincèrement pour que tu puisses y croire. Il faut dire que tu n’as rien de mieux à faire que être assis dans un appartement inconnu, pour faire changer une personne à qui tu ne parles plus depuis des années. Pour toi, il ne devrait pas y avoir d’obstacle infranchissable pour une si jeune personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t716-cosme-salander-hale-applem
MessageSujet : Re: #602 Il faut que je rentre à la maison. J’ai hâte de voir la maison de qui ça va être !(Ebbe)   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il revoir le modèle d'intégration français ?
» comment leur expliquez-vous qu'il ne faut pas taper?
» les 100 films qu' il faut avoir vus dans sa vie...
» Faut-il obliger les détenus à travailler en prison?
» Thème "par défaut"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: The Homewrecker :: Les Appartements-
Sauter vers: