Partagez | 

 HERMÈS BARTOLOTTI ▸ Joel Kinnaman

MessageSujet : HERMÈS BARTOLOTTI ▸ Joel Kinnaman   Lun 30 Juil - 12:32
En ligne
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 536
points : 666
feat : Joel Kinnaman
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 33
logement : The Homewrecker #602 avec Ario et ses deux nièces


Hermès Bartolottifeat. Joel kinnaman
wiise - Mary - 25 ans
( Ton personnage est...? ) Inventé
( Comment est-ce que tu as trouvé le forum ? ) héhé
( Pourquoi avoir choisi de t'inscrire ? ) On est venu me dire "votre mission, si vous l'acceptez" et j'ai craqué !
( Quelles sont tes disponibilités ? Genre tu vis le jour ? La nuit ? ) W-e de trois jours du dimanche au mardi, et après sinon, un peu en soirée les jours où je bosse.
( Si tu devais définir ton style, quel genre de joueur es-tu ? ) Chill & feel
( C'est quoi ton dinosaure préféré ? ) Le ptérodactyle, j'imite parfaitement bien son cri quand je suis surexcité par un truc.
( Un dernier petit mot ? ) Choucroute marmelade, grosse rigolade ! (à lire avec l'accent allemand).
Carte d'identité
Âge et date de naissance : Trente quatre putain d'années depuis un quatre décembre plutôt ensoleillé.
Lieu de naissance : Milan, lors d'un voyage de ses parents. Pour le mariage d'une cousine, qu'ils disaient.
Origine et nationalité : Italien par son sang, américain par son mode de vie. L'accent éludé depuis longtemps, sauf lorsqu'il parle avec sa famille, qu'il s'énerve ou qu'il jure. Il possède la double nationalité, Italiano-américain, de part son lieu de naissance.
Job ou occupation : De base, il était chirurgien en traumatologie. La fierté de la famille. Le bon gars au milieu des voyous. Jusqu'à ce qu'il soit radié de l'ordre des médecins pour consommation de cocaïne. Depuis lors, il deale des médicaments et commence à s'intéresser à la fabrique de drogue de synthèse. C'est qu'il est loin d'être con, quand il veut. À côté de ça, il rafistole pour pas cher, les blessés divers.
Orientation sexuelle : Son côté je-men-foutiste peut laisser présumer qu'il est pansexuel, mais en vérité, ça lui importe. Il se considère donc bisexuel, totalement assumé.
Mensurations : L'imposante carrure est de famille. Un bon 1m93 pour la musculature qui va avec, bien qu'il soit moins bâti que son ainé, il n'en reste pas moins imposant.
Statut civil : Célibataire qui a longtemps été marié à son job. Puis à la cocaïne. Seul avec ses travers.
Crédits : Lolitaes (ava) + uuushiny (gif)

Caractère : Patient, impulsif, instable, perfectionniste, hyperactif, brillant, sang-chaud, bagarreur, manipulateur, charmeur, observateur, macho, bavard, orgueilleux, sur de lui, loyal à sa famille, débrouillard, immoral, grossier, légèrement paranoïaque, protecteur, charismatique, méticuleux, maniaque, sarcastique, cinglant, pragmatique.



je suis un voisin
insupportable
je possède un appartement plus ou moins rangé dans le ( homewrecker )


Raconte ta vie
Juillet 2018 - Emménage son local pour stocker ses médicaments et drogues, dans le sous-sol du Moine, le bordel de son frère ainé. Il y installe aussi tout un espace pour soigner, opérer et rafistoler contre quelques billets.
Février 2018 - Licenciement, radié de l'ordre des médecins

I. Hermès, c'était celui qui avait réussi, qui était sorti du crime et de ses méandres. C'est celui qui avait opté pour les longues études, qui en a chié, qui a tout donné, qui a vendu un peu d'herbe et fait quelques conneries, pour se payer des cours du soir et réussir à suivre. Contre toute attente, le jeune homme est brillant, analyse plus vite que les autres, comprend rapidement, est précis dans ses gestes. Il se démarque, ce gamin sorti du Bronx, au nom rital et au prénom plus qu'original, qui lui vaudra son lot de moquerie. "T'es rapide Hermès, mais c'pas toujours une qualité" Dieu sait qu'il en a bouffer, des préjugés à la con qui lui ont fait cassé quelques gueules. Mais lorsqu'il allait trop loin, la mama se chargeait de lui en coller une, ou deux, le remettre dans le droit chemin. Celui qui devait réussir, qui a réussi, du moins pendant la majeure partie de sa vie. Le bon garçon, qui faisait rêver, dont la mama était fière, le regardait avec des yeux brillants. "Mon fils cadet, il est chirurgien" qu'elle affichait sans mal à toutes celles qui osaient critiquer la criminalité du reste de ses gosses et de son mari.

II. Avec la réussite, vient souvent la pression. Il ne lui a pas fallut beaucoup d'années à Hermès, pour se démarquer, pour gravir les échelons et obtenir son poste de titulaire. Sauf qu'un trop plein d'heures, de pression, de responsabilités, l'ont poussé à commencer par des médicaments un peu violenst, pour finir par flancher complètement et se jeter sur la cocaïne, vendue par un très bon ami d'enfance, encore piégé par les tentacules du Bronx. C'était facile, de se taper un rail de poudre, dans les toilettes et d'avoir l'énergie de tenir cinq ou dix heures de plus. Beaucoup trop facile pour qu'il reste tranquille bien longtemps.

III. Il a fini par se faire choper, Hermès. Bêtement, en plus de ça. Un contrôle inopiné de drogue, pour montrer l'exemple, pour parler des risques. On l'a vu en sueur, on l'a senti nerveux, tout faire pour repousser l'échéance. Mais il était déjà contaminé, déjà empoisonné et lorsque les résultats sont tombés, la sentence est allé de pair. On ne lui laissait pas le choix, pas même une deuxième chance pour celui qui pourtant, était le meilleur dans son domaine, sur plusieurs hôpitaux environnant. C'était la faute grave, le blâme qu'on ne pardonne pas et il a simplement été radié de l'ordre des médecins, rendant sa pratique de la chirurgie ou même de la médecine, complètement caduque. Début de la descente aux enfers pour celui qui a sombré plus bas que terre. Il a subit le rejet, d'abord, les remontrances. Sa mère, son père, quelques uns de ses oncles et tantes. Il n'y a que son frère qui l'a accueilli. Qui a comprit son désespoir et le fait qu'il venait de tout perdre. Il lui en a collé une, ou deux, aussi, pour la coke, qu'il disait. Pour cette saloperie. Mais finalement, il lui a fait une place. Dans sa vie, dans ses affaires, dans son appartement.

IV. Grace à ses nombreux contacts, illégaux et dans la médecine, il a réussi à se monter son petit réseau, son petit trafic, de revente de médicaments. Parfois, certains semblent inoffensif, là comme ça, mais pris à une certaine dose, offre des effets surprenant. Il connait tout ça très bien, Hermès, de part son passé médical. Il vend du rêve et des sensations, en fonction des envies, des besoins. Il commence à s’entourer, d’ailleurs, quelques âmes en peine prête à se damner pour quelques billets. Revendre pour lui, profiter de ses services et de ses conseils. De ses produits, aussi. C’est encore un peu bancale, mais il construit les fondations de son réseau, qu’il compte bien faire fructifier, avec l’appuie de son frère ainé, chez lequel il squatte. Autant professionnellement que personnellement.

V. Son sang-chaud italien et son côté bagarreur l’ont toujours poussé à avoir le poing facile. Il règle souvent ses comptes par un bon coup dans la tronche, lorsqu’on lui manque de respect ou qu’on se fout de sa gueule. Il n’est pas rare de le voir la gueule abîmée. Quelques contusions, point de sutures fait par ses soins, face à un miroir, ou ecchymoses diverses, sur son visage comme son corps. Il participe même de temps en temps à un combat de rue ou deux, juste pour se défouler. Le plaisir de casser la gueule à son adversaire et de prendre quelques coups.

VI. Tous les matins, à l’aube, en tout cas lorsqu’il ne s’est pas couché trop tard, ou qu’il n’a pas fait d’abus risible, Hermès va courir. Il parcoure le Bronx, écouteur sur les oreilles, saluent quelques matinaux d’un signe de tête. Il court vite. Il a toujours été habitué à faire de l’exercice physique pour décompresser de ses longues gardes à l’hôpital. Même si aujourd’hui, il a troqué sa salle de sport de luxe, contre les ruelles crasseuses de son quartier d’enfance.

VII. Il a toujours eu un faible pour les plus jeunes que lui. Du genre réellement plus jeunes, plus de dix ans de moins. Filles comme garçons qu’importe, il trouve la fougue de leurs jeunesses revigorante. Il sait que c’est un vice particulièrement malsain, ou questionnable, mais c’est plus fort que lui. Bien qu’il ait aussi eu des relations avec des femmes et hommes de son âge, rarement plus vieux, son regard se pose plus facilement sur une silhouette gracile ou bâti d’un être entrant seulement fraichement dans l’âge adulte. Mais c’est une chose qu’il a tendance à garder pour lui, sachant que même s’il n’a toujours été qu’avec des majeurs, son ainé n’approuverait pas du tout. Surtout au vu de l’âge de ses nièces.

VIII. Malgré son visage souvent abîmé, Hermès prend soin de lui, de son apparence. Quelques crèmes et autres produits, qui lui valent des moqueries de la part de ses frères. Des vêtements élégants, bien que plus simples qu’à une époque. Il est souvent en chemise et trench ou caban, plutôt qu’en t-shirt et basket. Il jure même, parfois, au milieu du Old Lady, où on se demande s’il ne s’est pas trompé de coin. Jusqu’à apercevoir ses blessures et comprendre que non, il est juste joliment apprêté, pour sa vie, c’est une autre histoire.

IX. C’est Ario qui lui a apprit à tirer, à se servir d’une arme. Il n’a pas vraiment eu l’occasion de pratiquer dans la vie de tous les jours, sa vie ayant été dans la légalité. Mais maintenant qu’il est revenu auprès des siens, qu’il a gagné les rangs de la criminalité familiale, il est souvent armé lorsqu’il sort. Pas qu’il y pense lui, spécialement, mais Ario est du genre prudent et l’incite à ne pas jouer au con sans un moyen de se défendre. Il n’a jamais tué, il n’a jamais même blessé avec une arme, mais il sait qu’au moment venu, il saura s’en servir. Du moins, il l’espère.

X. EN VRAC Il aime trier les choses par couleurs ; Il range souvent le frigo, il est très organisé ; Il se lave toujours longuement les mains, parfois deux fois d’affilé, vieux tic de chirurgien ; Il a un peigne fétiche ; Il est obligé de se lever à une heure pile, ou alors à trente ; Il a ses produits et ses marques et refusent d’utiliser autre chose qu’un produit qu’il a sélectionné et choisi ; Il porte des gants pour faire la vaisselle, comme une parfaite ménagère ; Il est plus vin que bière, des vins chauds, du Sud de la France ou d’Italie ; Il est encore accro à la cocaïne ; Il fume des industrielles ; C’est un piètre cuisiner, mais il s’exerce ; Son italien natal prend souvent le dessus lorsqu’il s’énerve ou qu’il jure ; Il est doué avec les gosses ; Il parle un peu français en plus de son américain et italien natal.

( C'est comment, chez toi ? ) Chez lui, ce n’est pas vraiment chez lui. C’est un vaste apparemment devenu presque communautaire, vu le nombre de personnes qui vont et viennent à l’intérieur. De base, c’est l’appartement de son frère ainé, Ario et de ses filles Puis, lorsqu’il s’est retrouvé dans la merde, Hermès y a emménagé aussi. Alors, si l’appartement est relativement entretenu, à peu près rangé (à peu près hein), sa chambre est quant à elle, d’une minutie presque effrayante. Ses vêtements sont classés types et par couleurs, ses chaussures sont sagement posées contre un mur, ses montres dans une boîte. Sur l’unique commode de la pièce, trône un sac dans lequel sont rangés ses affaires médicales. À l’intérieur, un trousseau de cuir avec ses instruments de chirurgie. Une photo de famille sur sa table de chevet et un cadre au mur, au dessus du lit, une peinture abstraite, aux volutes dorés, qu’il a récupéré de son « ancienne vie ».  ( L'immeuble d'en face, la rivalité tout ça, tu en penses quoi ? ) Il n’en pense pas grand chose. Il deal aussi bien aux riches qu’au pauvre, c’est ça qui est intéressant pour lui. Alors, là où certains voient une rivalité, lui il ne voit que des clients, ou futurs clients. Il a déjà suffisamment à gérer avec la mafia familiale qu’il embrasse de nouveau à pleine bouche, pour s’impliquer dans un conflit qu’il juge banal. ( Tu penses finir ta vie ici ? ) Possiblement. Une part de lui, fataliste, défaitiste, se dit qu’il n’aura plus jamais sa chance de pratiquer la chirurgie en hôpital, de manière légale. Récupérer sa précédente vie, riche et trépidante. Parfois, il balance qu’il finira probablement abattu dans un règlement de compte. Après tout, il est revenu se nicher dans les bras de la criminalité, alors…

En bref, ça donne quoi ?
gif
L’italien aux doigts de fée et au bras long. On connait son nom, on reconnait sa sale gueule, souvent abîmée, d’ailleurs. Le chirurgien du coin, qu’on va voir pour un peu d’oxy, ou quelques points de suture. Un peu bagarreur, un peu parano, un peu drogué. Il ne fait pas tellement de vague, mais il est difficile de le râter.


Béton armé



I praise the Lord, then break the law
I take what's mine, then take some more
Too fuckin' cocky, baby, I'm so fuckin' cocky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avant première Magic : Lune Hermétique - 16/07/2016
» Les Membres
» Acheter des sachets zip fastoche.
» ☆La culture des noeuds☆
» Fantasy Draft Pro Tour Honolulu/Dark Ascension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LES VOISINS D'PALLIER :: Nos chers voisins :: Les Locataires Validés-
Sauter vers: