Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 Tous crocs sortis - Orso/Ario

MessageSujet : Tous crocs sortis - Orso/Ario   Dim 14 Oct - 22:19
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


Tous crocs sortis14/10 – 22h14 - @Orso Morello

T’entres pas en grand seigneur, mais y a l’idée derrière. Le patron du bar te connaît, tu captes son regard, il semble avoir subitement perdu quelques centimètres de sa superbe et il file se planquer derrière son comptoir.
Mauvaise idée, c’est là que tu te diriges. Il le comprend trop tard et se dandine de nervosité, pire qu’une pute ayant essayé de flouer son maquereau. Tu ne devrais pas lui en vouloir, le pauvre bougre n’y est pour rien, mais par principe, tu comptes gueuler sur tout le monde ce soir. T’es d’une humeur de chien, prêt à mordre à la moindre réflexion : tu ne sais même pas pourquoi. Y a des soirs comme ça où tu préfères mettre ça sur le compte d’une pleine lune ou un truc de grand-mère que sur celui de ta propre connerie, déjà endettée jusqu’au cou.
Alors tu t’avances, roulant presque des mécaniques quand tu viens t’appuyer contre le bar : juste à côté de lui. Tu pouvais difficilement le rater, il est pratiquement aussi large d’épaules que toi et tout aussi grand. Et puis, tu as eu une description fidèle par tes limiers : faux blond, grande barbe, tatouages à gogo. Et gueule de déterré. Fidèle à son portrait, il te retourne un regard hargneux : lui aussi a apparemment les crocs ce soir.
Y a ce regard, un seul échange et déjà la promesse des coups et de la colère : ça couve entre vous, il devine que tu n’es pas n’importe qui et toi, t’as déjà eu une partie du CV de Monsieur, alors tu sais parfaitement à quoi t’en tenir. Mais clairement, tu le prends au dépourvu et il n’aime pas cette proximité imposée. Il aurait dû savoir à quoi s’en tenir en venant fourrer son nez dans le Bronx, et surtout sur cette partie-là de ton territoire.
Vous êtes peut-être pire que des clébards dès qu’il s’agit de pisser contre un mur pour vous l’approprier, mais c’est encore une chose à l’ancienne que vous n’êtes pas prêts de moderniser. Ici, c’est chez toi. Ta place n’est pas encore assez grande dans le Bronx pour que tu dédaignes les petites intrusions bénignes et les incartades mineures. Surtout venant d’un tel bonhomme.
Raclement de gorge et haussement de sourcil. T’es pas venu seul mais c’est toi qui vas gérer cela : tes hommes savent parfaitement à quoi s’en tenir, ils retiendront uniquement les curieux si besoin. Ou éviteront qu’on appelle la police trop vite : ces guignols en uniforme n’ont pas encore compris que c’était toi qui faisais régner la loi ici. Ta loi, cela allait de soi.      
Tu baisses tes yeux sur son verre et tu soupires :
- Whisky, sérieusement ? On t’a pas prévenu que tous ce que les américains peuvent boire, c’est du bourbon, et qu’entre le bourbon et l’essence, c’est qu’une question de couleur ? Tu vas te foutre en l’air avec ça avant même que j’ai eu le plaisir de le faire. Avoue que ce serait con.

Tu causes trop, comme toujours. Mais t’aimes ça et t’as même pas fait l’effort de restreindre tes gestes : tes mains ont accompagné tes mots, soulignant tes origines mieux que toute autre chose.




....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Tous crocs sortis - Orso/Ario   Dim 14 Oct - 23:06
avatar
Orso Morello
posts : 191
points : 288
feat : JOSH MARIO JOHN
crédits : AVA.SCHIZOPHRENIC
logement : 103, old lady.


crocs sortis
ario & orso

octobre 2018 - bar mal famé
Le corbeau a des idées de grandeur et ses ordres ne sont pas à discuter. Orso incline la tête. Il acquiesce, accepte l'ordre, recule, comme un bon chien à qui on peut faire exécuter des tours. Cabot de cirque morbide, cerbère de ruelle, il a le corps aux alertes, chaque fois chamboulé par ses visites. La rencontre est courte, le corbeau a autre chose à faire que de jouer ce soir. Orso referme la porte derrière lui. Dans quatre jour, il sera collectionneur d'âme, en attendant, il s'appartient. Orso rôde dans la nuit, avec sa stature et son allure, il est difficile de manquer un pareil spécimen.

Il a besoin de brûler du temps, entre le corbeau et sa colombe. Il ne faut pas mélanger ses pôles, ou il se retrouvera avec des plumes entre les dents. Les seuls établissement ouverts à cette heure servent de l'oubli liquide. Orso commande un verre, perdu dans ses pensées. Il a le corps fébrile, de cette tension brutale que dégage son maître, de sa proximité. Monstre des enfers, il ressens ce besoin de souffrance, celui de serrer les dents pour ne pas gueuler, celui de la chair qui proteste, et ça pourrait le rendre malade, de garder ça à l'intérieur. Ses jointures sont blanches sur le verre coincé sous sa poigne. Alors qu'il levait son verre pour le porter à ses lèvres, le gars derrière le bar se recule contre les bouteilles dans une danse ridicule. Orso hausse sa lèvre inférieure dans un ricanement silencieux.

Deux avant-bras viennent s'appuyer au bar,  puis une gueule comme on en voit pas souvent, ce genre d'air qui impose le respect. Orso observe, détournant pas son regard, le type non plus, ne cille pas. Il peut bien avoir un nom ou être le roi du monde, Orso ne l'a jamais eu dans son champ de vision. Son univers est restreint, il se mêle pas aux gens, mais ce gars, juste dans sa proximité dérangeante semble le chercher. L'ours n'aura pas besoin de raison pour lui écraser ses jointures à la gueule, et c'est pas ses deux sbires qui vont l'empêcher.

- Whisky, sérieusement ? On t’a pas prévenu que tous ce que les américains peuvent boire, c’est du bourbon, et qu’entre le bourbon et l’essence, c’est qu’une question de couleur ? Tu vas te foutre en l’air avec ça avant même que j’ai eu le plaisir de le faire. Avoue que ce serait con. Ce loup de ruelle se prends pour Arès, sa destruction qui lui démange aux phalanges. Orso n'obéit qu'au corbeau, alors les suggestions de ce gars, il peut se les mettre où il pense. Orso porte son verre à ses lèvres et le fait claquer sur le bar, maintenant vide. '' ce qui serait con, ce serait de penser que t'as une chance de gagner. '' le nargue maintenant Orso. L'ours n'a pas besoin de beaucoup d'encouragements pour affamer ses poings carnassiers. Il se plait à imaginer le gars peint carmin, un goût de plomb vient se loger sous sa langue.

Orso se lève de son tabouret, détestant le bavardage inutile. '' t'es venu pour parler ou pour cogner ? '' qu'il demande, sachant très bien la réponse à sa question. Orso fait craquer ses jointures, puis son cou, roulant ses épaules dans le t-shirt foncé qui épongera plus tard sang et sueur. L'ours jette un regard vers la porte arrière du bar qui mène à la ruelle. Ici, ailleurs, ça n'a pas d'importance, ils vont se faire saigner. '' t'attends quoi, une invitation ? '' demande le grand blond, haussant un sourcil sur son visage inexpressif.
(c) DΛNDELION


Al est géniAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t440-orso-morello-josh-mario-jo
MessageSujet : Re: Tous crocs sortis - Orso/Ario   Dim 4 Nov - 21:53
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker




Le gars a du répondant : celui qui promet la douleur des coups et le plaisir d’une victoire amplement méritée. Il va te donner du fil à retordre mais tu aimes ça, parce que t’as besoin ce soir de leur prouver à tous que tu peux le faire, que t’es capable de te hisser jusqu’aux sommets que tu vises. T’as besoin d’un faire-valoir, c’est aussi bête que ça, et avec sa grande gueule et son air de prédateur, ce type en a le profil idéal. Si tu le fous sur le carreau, tout le monde le saura. Tout le monde le clamera ici et là, et ils seront moins nombreux à oser venir empiéter sur tes frontières. Du moins, plus aussi ouvertement.
Alors lui, c’est la bonne poire, le sacrifice qu’il faut faire et dont tu n’es pas fier : mais le business reste le business. T’as pas le temps de t’apitoyer sur son épitaphe.
Tu retournes un sourire carnassier vers lui alors qu’il te provoque, sourire qui s’agrandit quand il se relève, comme s’il se croyait capable de t’affronter. Tu lèves les mains comme pour te dédouaner de sa folie et de l’erreur à venir : tu joues le jeu devant le barman, qui rapportera fidèlement chaque détail de la scène.
- J’attendais que t’aies fini tes échauffements, princesse.
Le départ est lancé, l’orgie peut commencer. Vous avez à peine franchi la porte arrière, l’air froid de la ruelle venant vous mordre le visage, que déjà vos poings se serrent et que la rage monte. Enivrante. Délicieuse. T’as besoin d’exploser et lui, il est prêt à en découdre alors ça tombe plus vite que le prix d’une pute : tu lui fous ton poings sur la gueule avant même que le duel soit officialisé. Le choc dans ton bras, les répercussions jusqu’à ton épaule et cette impression de briser enfin la coquille civilisée qui te recouvrait pour donner le change.
Tes hommes reculent, ils savent. Peut-être même te comprennent-ils mais ils ont l’habitude des chefs violents : chez les Bartolotti, c’est quasiment une tradition. Frapper avant d’être frappé, c’est un credo comme un autre, et ça a fait ses preuves.
Il y répond, il était prêt : il n’attendait que ça. Pire que toi, aussi sauvage, aussi violent, mais avec cette part d’humanité qui a tendance à pâlir chez toi, qui se fait plus ténue alors que tu as appris à vivre entouré des tiens. Il te fait mal, il sait où frapper. Il sait comment te toucher alors tu dois te dépasser, y répondre plus violemment, sortir enfin la bête de sa cage dorée.
Et redevenir toi-même.
Lèvre en sang, arcade explosée, le regard fou et la respiration trop forte.
Mais plus vivant que jamais, face à lui dans cette ruelle, encore debout.




....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Tous crocs sortis - Orso/Ario   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boujou a toutes et a tous,
» Félicitation à tous les agents ONE
» bonjour a tous les gars du DUFOUR M903
» Bien le bonjour à tous
» Bonne rentrée à tous et bienvenue !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: