Partagez | 

 In the middle of the night - Arabella/Ario

MessageSujet : In the middle of the night - Arabella/Ario   Sam 15 Sep - 10:40
avatar
Ario Bartolotti
posts : 154
points : 296
feat : Tom Hardy
crédits : Wiise
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


In the middle of the night14/09 - 01h16 - @Arabella Divaio
C’est étrange, l’adrénaline qui court dans tes veines, les inspirations lentes et mesurées, tes poings crispés et cette impression d’avoir suspendu le temps. Autant ne pas te mentir : tu adores cela. Tu es en plein délire mégalo peut-être, mais te sentir au cœur de l’action te rend plus vivant que tu ne l’as été ces derniers mois.
Reprendre les rênes de la famille a été difficile. Entre ton frangin qui déconnait salement, tes jumelles qui font naître des angoisses de père à partir du moment où elles respirent, le russe ripoux qui traîne toujours dans ton bar et les gangs qui te foutent la pression parce que le retour des italiens au sein du Bronx ne les enchante absolument pas, tu avais l’impression d’étouffer parfois. De ne pas avoir assez d’heures devant toi pour tout faire, et tous les protéger. Et quand tu te défoulais, il ne s’agissait que de passages à tabac éphémère, des poings qui volaient et le souffle qui brûlait ta gorge à chaque coup donné… Comme s’il avait été retenu trop longtemps.
T’es une cocotte-minute depuis quelques temps et peu semblent le remarquer. Tu dois savoir le cacher mieux que quiconque sans doute.

Alors là, seul dans cette ruelle, enveloppé par la nuit, les puanteurs nocturnes et les aboiements lointains de clébards errants, tu respires pleinement. Parce que tu sais qu’il va passer à l’action. Jouer à la proie ne te fait rien, pas cette fois puisqu’en réalité, tu es le chasseur.
Cela faisait quelques temps que les coïncidences avaient fini par te sauter aux yeux. Que les rumeurs qu’on te rapportait comme quoi les russes avaient décidé de passer à l’offensive semblaient véridiques. Tu avais parfois senti son regard sur ton épaule et le canon de son arme pointé vers toi : il n’avait pas encore eu l’opportunité de tirer.
Et puis, un de tes gars était revenu avec ce fameux contrat : quelqu’un avait misé gros sur ta tête. Ton gaillard n’avait pas su dire qui ni pourquoi, mais ses infos étaient bonnes : dans les bas-fonds miteux du Bronx, les hommes de main en savaient parfois davantage que leurs patrons eux-mêmes.

Un coup de fil à ta Gâchette et vous aviez mis le piège en place.
Sommairement, parce que ce genre de type n’attendait pas deux bonnes occasions pour réussir son coup. Vous aviez fait cela à la va-vite et tu l’avais sans doute plus bousculé que nécessaire, mais rien ne te garantissait qu’une balle perdue ne touche pas un de tes hommes la prochaine fois, ou pire, quelqu’un de ta famille. T’aimais agir dans l’urgence, c’était là où les meilleures idées surgissaient.

Alors dans le froid de cette nuit de septembre, t’avais enfin l’impression de revivre quand un autre voulait te faire la peau. Plus vivant que jamais, comme un doigt d’honneur lancé à tous les autres salauds qui miroitaient ta chute. Ils espéraient tant que tu finisses comme Vito et que la famille tombe de nouveau dans l’oubli…
Sauf que toi, tes pas résonnaient dans cette ruelle et tu comptais bien le leur prouver, à tous, que tu avais les couilles pour réussir, l’audace… et les poings pour répondre.





....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: In the middle of the night - Arabella/Ario   Mer 19 Sep - 3:24
avatar
Arabella DiVaio
Queen of death

posts : 41
points : 77
feat : Megan Fox
crédits : xCrazyCatLady
Âge : 30
logement : The Homewrecker #803


In the middle of the night14/09 - 01h16 - @Ario Bartolotti
À cette heure-là, tu es loin d'être au lit, mais te voilà avec une soirée/nuit de congé, ce qui arrive très rarement. T'as pas tardé à te pêcher un mec mignon à mettre entre tes draps question de calmer ton appétit sexuel ainsi que passer le temps. T'avais à peu eu le temps d’entamer le 2e round avec ton jouet sexuel du jour, alors que la sonnerie que tu as attribuée à ton patron se fait entendre, forte et confiante. C'est donc le souffle rapide que tu n'attends pas la deuxième tonalité pour répondre, à peine 5 secondes plus tard et l'appel terminé, tu reprends ton souffle quelques secondes avant de pousser ton toyboy hors de ton lit.

- Il est temps pour toi de partir chéri, ramasses tes vêtements et fou le camp !

Le regard interrogateur de l'homme en question t'amuse intérieurement, mais t'as pas du tout le temps de rigoler. À peine deux minutes passent alors que la porte se referme te laissant seule dans ton appartement, et ton amant de passage lui, seul devant la porte de ton logement, complètement à poil. Tu t'empresses d'attacher tes cheveux en une queue de cheval et à te vêtir d'un pantalon cargo noir, d'un t-shirt simple de la même couleur ainsi que d'une paire de bottes de combats, ta tenue habituelle pour ce genre de mission. Vous recherchez cet homme depuis un bout de temps maintenant, et le voilà. Lui pense qu'il va piéger Ario, mais ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il ne retournera pas chez lui sans avoir craché la vérité. Pour ce soir, tu devais la jouer discrètos, hors de question de se faire prendre.

15 minutes à peine après avoir reçu l'appel du patron tu t'es caché derrière un tas d'ordures, pistolet équipé d'un silencieux coincé entre la peau du bas de ton dos et ton pantalon, machette contre la paume de ta main droite et prête à attaquer juste au bon moment. Pour la torture, il y a plein d'outils qui sont à portée de main que vous pouvez utiliser, par exemple la planche de bois traversée de plusieurs clous, une couche pleine de bébé, ta machette, etc. Ta tête ne manquait pas d'idée afin de lui faire cracher les informations dont vous aviez besoin.

Tu ne quittes pas ta cible du regard, tu expires, inspires, expires, inspires très doucement afin de ne pas te faire entendre et te faire griller. L'odeur des ordures n'est que le moindre de tes soucis, suffira de prendre une douche en rentrant. Tu attends le moment précis pour attaquer. Une fois ce moment arrivé, tu lui en colle une entre les deux jambes en lui enfonçant le 1/4 de la lame de ta machette dans son bas ventre gauche, question qu'il souffre, mais qu'il soit tout de même capable de vous révéler ces informations cruciales. L'homme en question s'écroule au sol, te permettant de grimper son dos, attacher ses mains ensembles dans une position très douloureuse, évidemment t'as eu besoin de choisir une position où il ne pourra pas se défaire tout seul et s'enfuir. C'est là que ton bébé entre en scène, le libérant de ton pantalon, tu n'hésite pas une seule seconde à lui coincer la pointe de ton arme entre les dents, lui en cassant quelques-unes au passage afin qu'il évite d'hurler et ainsi d'alerter quelqu'un. Heureusement pour vous la ruelle est très mal éclairée, ce qui laisse une grande marge de manœuvre.

- Coucou chéri, t'as pas envie de jouer à m'sieur et madame Smith ?

Un sourire aux lèvres, tu te sens revivre de nouveau, juste là, avec l'adrénaline qui court dans ton sang chaud, c'est presque aussi bon qu'une baise. Ton accent italien est très reconnaissable, votre cible se doutera donc à qui il à affaire. Sa tête maintenue contre le bitume à l'aide de ton bras, le pauvre n'as qu'un seul choix : Coopérer.





Darling I'm a nightmare dressed like a daydream
You can get much further with a kind word and a gun then you can with a kind word alone.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t238-arabella-divaio-megan-fox
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: