Partagez | 

 ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy

MessageSujet : ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 20:43
avatar
Ario Bartolotti
posts : 358
points : 254
feat : Tom Hardy
crédits : Wiise
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


Ario Bartolottifeat. Tom Hardy
VOODOO - MOI - VIEILLE
( Ton personnage est...? ) Inventé
( Comment est-ce que tu as trouvé le forum ? ) j’étais sur l’ancien ! ( Pourquoi avoir choisi de t'inscrire ? ) Parce que je vous adore, pardi ! ( Quelles sont tes disponibilités ? souvent là
( Si tu devais définir ton style, quel genre de joueur es-tu ? ) rp-addict et réseau-addict, j’aime développer mon univers et élargir ma toile( C'est quoi ton dinosaure préféré ? ) celui qui est le plus fort, parce qu’on m’a toujours dit d’être du côté du plus fort, question de win ( Un dernier petit mot ? ) ouais, heu…. Banana !
Carte d'identité
Âge et date de naissance : 35 ans, dont quelques années perdues en taule
Lieu de naissance : NY, quartier italien
Origine et nationalité : Tu es américain sur les papelards officiels, italien à tout jamais dans ton cœur et ta tête. Et tes poings, eux, ils causent le langage du peuple.
Job ou occupation : Patron du Moine, dirigeant actuel de la mafia italienne Bartolotti. Une mafia en ruine, que tu reconstruis patiemment. Grognon de nature, père à temps plein et amant à temps partiel.
Orientation sexuelle : Bisexuel, avec une forte tendance à préférer les hommes plus le temps passe. Sans doute parce que tu te sens moins coupable à les cogner quand il faut mettre les points sur les i.
Mensurations : grand, musclé et plutôt imposant
Son de sa voix : la voix est plutôt grave, rauque un peu aussi avec cet accent toujours chantant des italiens
Statut civil : Père célibataire, avec des amants un peu partout, des maîtresses gratos dans ton bordel et une hygiène irréprochable.
Crédits : X

Caractère :
Dominant : malheureusement, tu es l’archétype du type grognon, gueulard et mal luné. Quand tu ne trouves pas les mots – et Dieu sait que t’as pas avalé un dictionnaire – ce sont tes poings qui parlent pour toi. Ils volent, ils savent mieux expliquer et étrangement, tout le monde comprend avec eux. Tout est plus facile dans la vie quand on sait cogner.
Leader : t’es pas forcément né pour ça, c’est pas une vocation, mais t’as le sens des affaires et l’ambition a fini par venir te chanter la sérénade sous tes fenêtres. Quand il a fallu reprendre la barre et redresser tout ça, t’as su le faire, tu as retroussé les manches et tu t’es donné à fond. Pas uniquement pour les Bartolotti mais parce que t’as ça dans le sang, ce besoin de les hisser et de les propulser au sommet. Une tradition familiale sans doute.
Taciturne : t’es pas le genre d’homme à exulter la joie de vivre. Au contraire. Il faut toujours que tu ronchonnes et grognes, parfois pire qu’un animal dans ta façon de t’exécuter. T’as pas de mal à sourire mais t’en vois pas l’intérêt, si ce n’est avec tes filles. Et encore…
Main de fer : tu frappes, tu sais le faire mieux que personne et c’est à ça que tu fais marcher ton petit business. Pour autant, tu n’es pas débile à massacrer la ‘marchandise’ du Moine sans raison valable : tu sais très bien quand il faut utiliser les menaces et les grondements plutôt que la force brute.
Dans un gant de fer : l’empire des Bartolotti, ce même empire qui s’est cassé la gueule il y a 6 ans de cela suite à une débâcle sans nom, t’as juré de le ramener à sa gloire d’antan. Pas de façon aussi démonstrative, mais le Bronx est ton terrain de jeu et tu ne laisseras personne venir laisser ses traces dans le bac à sable.
Insatiable : t’en as jamais assez. C’est assez dingue à imaginer, mais tu as besoin viscéral tous les matins de te lever pour aller bosser et leur prouver à tous que le nom des Bartolotti n’est pas mort. Et c’est valable aussi dans ta vie privée : tu t’es jamais arrêté à une seule personne, t’as trop d’énergie à dépenser. Les amants défilent, les maîtresses paradent : aucun ne te suffit.
Grande gueule : t’as ce côté chaud des italiens, bouillant, qui explose sans raison. Mais t’adore gueuler, c’est comme ouvrir les vannes. Et ta partenaire préférée en terme d’engueulades magistrales, c’est ton ex-petite-amie. La mère de tes filles. Vous deux, plus le ton monte, plus vous êtes heureux : vous ne fonctionnez que de cette manière, et ça finit systématiquement au lit. Histoire d’être italien jusqu’au bout.
L’esprit de famille : les Bartolotti avant tout. Même si tu ne leurs pardonnes aucun écart ni aucune faiblesse. Mais tu les défendras corps et âme parce qu’ils sont ton monde et ce pour quoi tu te bats chaque jour.
L’illégalité dans le sang : le droit, la justice et toutes ces conneries, ça te parle pas. Toi, tu choisis toujours la voie détournée, sans doute parce que c’est la plus facile. Ou peut-être la plus amusante.
Stratège : t’es un bourrin et un rustre, ton ex-copine te le crie assez à longueur de journée, mais pourtant, t’es capable de prouesses intellectuelles dès qu’il s’agit de votre mafia et des Barto. Sous le diamant brut se cache peut-être quelques carats intéressants.
Papa : t’y croyais pas, t’en voulais pas. T’as jamais su comment prendre la nouvelle mais à partir du moment où tu les as tenu dans tes bras, quand tu as compris qu’elles étaient ton avenir, tu les as aimé sans condition. A la folie. Pour elle, tu serais capable du pire. Pour les protéger, tu montrerais les crocs même à ta propre famille.  



je suis un voisin
Insupportable
je possède un appartement plus ou moins rangé dans le homewrecker


Raconte ta vie
Une petite dizaine d'anecdotes ou manies
1/ Né dans le quartier italien, là où on fourre des lasagnes dans les biberons et où on apprend à jurer avant de parler. Il y grandit sereinement, délaissant l'école pour apprendre à ses servir de ses poings, une monnaie plus utile que n'importe quoi là-bas.

2/ La famille Bartolotti y est connue : la réputation baigne dans le sang et les magouilles, mais on passe difficilement inaperçu quand on porte un tel nom. C'est celui de la mafia, des oncles débarqués encore frais d'Italie dans les années 70 pour construire leur petit empire. C'est celui des coups fourrés et des emmerdes, qui a eu son heure de gloire. Les Barto ont fait partie de l'histoire de NY, dans l'ombre et la plus grande discrétion, mais le tout nimbé d'une violence sans commune mesure. Ils auraient pu aller loin, très loin, si l'un d'entre eux n'avait pas chuté quand il ne le fallait surtout pas.

3/ Quelle qu'ait été l'ombre du sang versé par les Barto, la fratrie encore adolescente n'en a jamais souffert. Les aventures des grands faisaient encore partie des fantasmes et des imaginations fertiles alors qu'ils faisaient l'école buissonnière et apprenaient la vie, celle du quartier, celle des amis et des bagarres puériles. La mama veillait, fidèle au poste, catholique jusqu'au bout des ongles et commère parfaite, plus femme qu'aucune autre et plus mère qu'une louve enragée. Aucun n'aurait osé toucher à ses petits et ceux-ci la craignaient, l'adoraient, l'adulaient... L'osmose était parfaite, presque idéale. Si seulement le temps avait ralenti pour les empêcher de grandir.

4/ La fin de l'adolescence fut libératrice et dévastatrice : il était l'aîné, on lui a appris à frapper plus fort, à se montrer plus solide que les autres pour assurer la lignée. Il devenait la référence dans un monde où le père n'était plus, mort trop tôt. Les oncles omniprésents, la pression familiale et le destin tout tracé d'un gamin qui devait continuer sur le chemin familial. Un poste était à pourvoir, il devait le prendre. Il n'a pas beaucoup réfléchi : il savait ce qu'il avait à faire et à vrai dire, cela lui plaisait terriblement.

5/ La nana, la femme d'une vie. Une gonzesse comme on n'en faisait plus, l'héroïne de ses nuits et la diablesse de ses jours. Il avait 16 piges quand il a su qu'elle était pire que la coke : nuisible et addictive. 16 ans pour tomber amoureux, sans doute pour la seule et unique fois de sa vie. Ils s'engueulaient tout le temps, se haïssaient, se mordaient, se griffaient, et tombaient dans les bras l'un de l'autre, encore plus accrocs. Ils étaient impossibles à sans cesse se chamailler. La rupture, ça a été quand elle est venue lui balancer alors qu'il fêtait ses 17 piges qu'elle était enceinte.

6/ On avorte pas dans le quartier italien, on choppe les couilles du géniteur et on l'oblige à assumer. Ario n'a pas eu à le faire mais quand il a tenu ses filles dans ses bras, il a su que rien au monde ne compterait plus qu'elles. Pas même ses frangins. Ebbe et Giulia, les deux prunelles de ses yeux. Leur mère les a gardé avec elle mais il passait dès qu'il le pouvait, même si elle continuait de lui crier dessus et que quoi qu'il se passe, ils restaient comme chien et chat tous les deux.

7/ Il est vite monté dans la mafia : il était le neveu, l'ami, le frère... Ca aide toujours, comme piston. Mais il a fait ses preuves mieux que quiconque et a toujours mérité ses progressions. Il en a compris les rouages, a adopté leurs stratégies et a fini par tellement bien s'y intégrer qu'on lui a confié de plus en plus de responsabilités. Petit à petit, il y est devenu important, fiable. Incontournable. A l'époque, le Moine était un bordel de bas étage, un coin de seconde zone que la famille utilisait pour dealer petit. Un coin sans importance. Et puis, Vito est tombé : le cousin, le grand, le parrain. Il n'avait que 34 ans quand il a salement merdé, entraînant toute la famille avec lui. La mafia s'est cassé la gueule, la famille a perdu ce qu'elle possédait et plus encore, une influence bâtie à force d'années et de magouilles. Tout a filé dans le vent et il n'est resté que des ruines de l'empire. Ario, lui, a atterri en taule pour une histoire bête à pleurer : cassage de gueule, passage à tabac et menaces. Sauf que cette fois-ci, il n'y avait plus de flic ripoux pour assurer ses arrières. Il y a passé deux années.

8/ Ressortir de taule et arriver en terrain conquis par d'autres a été un sale coup : les russes étaient omniprésents, saccageant les restes de l'empire italien, et les mexicains tentaient de grignoter leur part du gâteau. C'était en 2015. Trois ans ont passé durant lesquels Ario s'est démené comme un fou, a rassemblé les équipes dispersées, a ramené le nom des Bartolotti sur le devant de la scène. Trois années à trimer comme un esclave sous le regard parfois atterré, souvent dépité de ses frangins qui ne comprenaient pas un tel acharnement. Des ruines il ne restait que quelques endroits perdus dans le Bronx : le Moine a été son point d'atterrissage. De boîtes à putes merdiques, il en a fait une maison de passe plutôt chic, un endroit plus haut de gamme que la moyenne du quartier. Il a été aidé par ses frangins, la famille et par les italiens qui avaient repris du poil de la bête, rassérénés d'avoir de nouveau un leader compétent et fort. Pour l'instant, l'empire n'est qu'en reconstruction, mais les russes ont dû céder du terrain et comme pour montrer sa présence, Ario s'est installé au Homewrecker, en pleine zone à peine récupérée. Il y vit depuis 5 mois avec son frangin Hermès qui a salement dérapé et ses deux filles.

9/ Elle était belle, Athéna. Elle était aussi vive qu'une flamme et plus dangereuse qu'une vipère, mais elle avait aussi ses faiblesses. Elle a débarqué un soir, quand les jumelles avaient 9 ans, pour les donner à Ario et s'enfuir. Il lui en a terriblement voulu ce soir-là mais a pris sur lui et a élevé ses filles. Quand il a atterri en prison, c'est sa mère et ses frangines qui ont assuré. Et maintenant, elles vivent avec lui : elles ont 17 ans et l'inquiètent de plus en plus au fur et à mesure qu'elles deviennent femmes. Les petites filles ne devraient jamais grandir. Leur mère débarque de temps en temps, quand elle a besoin de fric, quand elle se sent seule : ses filles l'adorent mais c'est toujours la guerre ouverte avec Ario. Une guerre qui finit très souvent sur l'oreiller dans une partie de jambes en l'air débridée pour savoir qui aura le dessus. Elle est sa bouffée d'oxygène. Il est son compte en banque à jamais ouvert. Ils s'adorent. Se détestent.

10/ L'appartement 602 est suffisamment grand pour accueillir les filles, Hermès et tous les chats de gouttière de passage qu'Ario récupère au gré de ses errements. Des filles du Moine y ont même déjà dormi quand elles étaient dans la merde : elles ont sympathisé avec les jumelles sans jamais ouvertement dire ce qu'elles faisaient comme travail. Ario y veillait. Ario n'est jamais loin, patriarche attentif, loup aux dents longues. Il aime sa petite tribu, ferait tout pour elle.

( C'est comment, chez toi ? ) un beau bordel, chaleureux et agréable. Ca sent le café, la cuisine et la cigarette.  ( L'immeuble d'en face, la rivalité tout ça, tu en penses quoi ? ) Pas grand-chose, tu connais pas mal de monde là-bas. Mais t'avais besoin d'être surclassé, de ne pas être mis dans le même panier qu'eux : tu valais mieux, indéniablement, et ta famille aussi. ( Tu penses finir ta vie ici ? ) Peut-être. Tu sais que ça finira mal, alors ici oui ailleurs, à la limite.... Ca serait même mieux que dans le caniveau.

En bref, ça donne quoi ?
gif
Si tu devais résumer le personnage en quelques mots ? Le mafieux aux poings lourds, l'abruti qui vous regarde de haut et vous fiche la trouille, le sale type qu'on préfère ne pas croiser et à qui semble tout sourire, comme une farce de la vie.




....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 20:48
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 827
points : 871
feat : Joel Kinnaman
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 33
logement : The Homewrecker #602 avec Ario et ses deux nièces


qdfjsdmlfjdmfgj

FRÉROT ! HAN HAN HAN EUH ?!! Exclamation Exclamation HERO HERO LECHE PEDO NERV ROBERT47cm ROBERT47cm ME GUSTA


I will come running when you call my name
Even a broken heart can beat again
Forget about the one who caused you pain
I swear I'll love you in a different way
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 21:00
En ligne
avatar
Al Kelley
- administrateur -
ROI DES BRANLEURS

posts : 523
points : 884
feat : Callum Wilson
crédits : loudsilence. (ava) ASTRA (sign)
Âge : 17
logement : #101 (TOL)


Bienvenue officiellement parmi nous ! LOVE
J'aime que tu te sois dépêché de nous rejoindre !
J'imagine que dans ce reboot, Ario sera un adorable choubidou, hein ? N'EST CE PAS ??


ENFANT DU BRONX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t59-al-kelley-callum-wilson
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 21:03
avatar
Ario Bartolotti
posts : 358
points : 254
feat : Tom Hardy
crédits : Wiise
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


Ouiiiii ! Il fera des colliers de nouilles pour ses amis et se lancera dans la vente de licornes !

*sort les poings et bombe le torse* NAMEHO ! BATTE

Voici Ario.2. Mieux que Ario.1, plus fort, plus beau, plus méchant... et plus con, cela va de soi ! PLOP

Soyez prêts. NIARK



....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 21:58
avatar
Clint Goodnight
PUCEAU DU CUL

posts : 244
points : 442
feat : Shia Labeouf
crédits : rusty nail (avatar) astra (signature)
logement : #204 à l'Old Lady


Non mais tu remplis ta fiche trop vite là je suis pas d'accord EUH ?!!
En tout cas ça fait plaisir de revoir des têtes connues Exclamation !


❝ wild beasts wearing human skins❞ Love never dies a natural death. It dies because we don't know how to replenish its source. It dies of blindness and errors and betrayals. It dies of illness and wounds; it dies of weariness, of witherings, of tarnishings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t81-clint-goodnight-shia-labeou
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 21:59
avatar
Ario Bartolotti
posts : 358
points : 254
feat : Tom Hardy
crédits : Wiise
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


"Trop vite", c'est mon deuxième nom.... *n'est pas sûr que ce soit valorisant*


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   Dim 2 Sep - 22:03
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 827
points : 871
feat : Joel Kinnaman
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 33
logement : The Homewrecker #602 avec Ario et ses deux nièces


OMG t'es validé(e) !prêt à tout donner ?

Sans surprise je kiffe sa maman ! Artio est génial ! Encore plus papa poule à tout surveiller, qu'auparavant. On va bien s'amuser NIARK

Bien joué, tu fais enfin parti des heureux habitants de l'Eastchester Road ! C'est un truc de malade, non ? Enfin, cache ta joie quand même. Bref tu peux désormais courir t'inscrire sur le registre des métiers et des appartements et si tu as encore assez de souffle, va te faire des potes via les fiches de lien et surtout, t'afficher dans les réputations. Sur ces bons conseils, on te souhaite encore la bienvenue parmi nous et en cas de souci, n'hésite surtout pas à nous MP, on est là pour ça !





I will come running when you call my name
Even a broken heart can beat again
Forget about the one who caused you pain
I swear I'll love you in a different way
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: ARIO BARTOLOTTI ▸ Tom Hardy   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» Wolfen vs Daikinées
» Moha-LeFou, le pand(m)ario, le panda qui saute !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LES VOISINS D'PALLIER :: Nos chers voisins :: Les Locataires Validés-
Sauter vers: