Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 screw up royally ▸ arabella.

MessageSujet : screw up royally ▸ arabella.   Jeu 6 Déc - 20:26
avatar
Hélios Ninos

Ἥλιος
« THE GOOD GUY »

posts : 26
points : 81
feat : rufus sewell
crédits : av: kataii; sign: kataii, tyler.
Âge : 43
logement : the old lady – #305.

screw up royally



hélios & arabella


« Ça m’a fait plaisir de te voir. » Pourquoi sa voix doit-elle être si aigüe, si fragile et sans caractère ? Il la déteste, il voudrait se l’arracher de la gorge. Son regard contourne soigneusement la silhouette d’Achille, qui se dessine dans la lumière blanche du lampadaire. Il entend un petit sifflement, puis, comme toujours, son cousin lui donne cette tape idiote sur le bras, l’air de dire : « tu te ramollis, Hélios ». Il rit à son tour – il a honte. Achille ne répond jamais à ses marques d’affection. Sa voix, à lui, semble être barrée par ses lèvres. « A quelle heure prends-tu l’avion, demain ? » « Six heures. » « C’est dans quatre heures… » La lumière incandescente de la cigarette d’Achille brille ponctuellement au niveau de sa bouche. Ni l’un ni l’autre n’ose se regarder.
La gêne.
« Je vais te laisser te reposer. » « Oui, d’accord. Merci. » Quand reviendra-t-il ? Il ne sait pas – il ne sait jamais. Il dit : trois mois peut-être, puis revient au bout d’un seul ; et d’autres fois : demain, mais les jours passent sans retour. Ils restent là en silence. Entre eux, le poids insoutenable des non-dits commence à leur crever le cœur.
« Je voulais te dire… », commence Achille en jetant sa cigarette et en l’écrasant du bout du pied, « j’ai vu Helen. » Le cœur d’Hélios semble s’écrouler sur lui-même. Il a l’impression qu’on lui a arraché le diaphragme d’un coup sec. Subitement, il relève les yeux vers Achille et voit, simultanément, ses prunelles se rétracter sous la peur. Il n’aurait pas dû parler d’Helen – pourquoi a-t-il fait cela ?
« Excuse-moi. » Il a l’air d’avoir été fauché par le diable. Son visage, d’habitude pâle, est devenu translucide. Il déglutit difficilement, prend une grande inspiration, et s’apprête à partir. « Bon, et bien ? » aboie violemment Hélios. D’un geste de la main, il le saisit par le bras et l’empêche de s’enfuir. « Depuis quand est-ce que tu vois ma femme ? » Achille serre les dents, il n’aime pas qu’on l’entrave. Il s’arrache à l’emprise d’Hélios et lui lance un regard noir. « Elle sait qu’on se voit, elle voulait des nouvelles de toi. C’est tout. » « Comment a-t-elle su ça ? » « Aucune idée. » « Tu ne m’espionnes pas, au moins ? » La tension monte brutalement. Les quelques personnes devant le Jefferson hôtel s’éclipsent pour éviter d’être pris dans une bagarre, et quelques ripoux jettent des œillades depuis l’ombre pour y participer, au besoin. « Il n’y a rien à espionner », crache Achille avec un air de mépris, « Ne te donnes pas tant d’importance ». Et, relevant le menton d’un air fier, il plante Hélios en plein milieu du trottoir.

Depuis quelques temps, il a vraiment perfectionné l’art de tout foutre en l’air. Hélios regarde sa chance de salut disparaître sans se retourner. Soudain, sa tête pèse lourd au bout de sa nuque. Il sent la colère monter en lui. La somme de toutes les fiertés de l’humanité ne ferait pas le poids face à celle d’Achille, à quoi s’attendait-il en l’accusant d’une telle traîtrise ?
Maintenant, il est persuadé de l’avoir perdu. Un coup sur le nez lui aurait valu une punition bien moindre. Il a perdu Achille, n’est-ce pas ? Et Achille a sans doute pensé, en prime, qu’il était accusé de séduire sa femme – de la côtoyer dans son dos, de profiter de son absence. Non. Oui. Peut-être. Non, sans doute pas.
L’alcool qu’il a consommé au cours de la soirée lui remonte dans l’œsophage. Il marche la tête baissée, quand une épaule le percute violemment. Surpris, il se retourne pour faire face au provocateur, ce simple geste ayant suffit à le mettre en rage. Une insulte siffle, les mots se perdent, ils hurlent un peu au milieu de la ruelle. Hélios sent monter en lui le magma de l’ivresse : il le pousse et le fait tomber. Il ne faut qu’un instant à l’assaillant pour plonger sa main sous sa veste et en ressortir, toute belle et brillante, une arme de petit calibre qu'il pointe sur lui. Le coup part : sans prévenir, sans pitié, sans retenue. De justesse, Hélios se jette dans la minuscule ruelle adjacente.
Tout foutre en l’air, ou se foutre en l’air ? Il court.



Tiger, tiger, burning bright,


in the forests of the night,
what immortal hand or eye,
could frame thy fearful symmetry ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t747-helios-ninos-rufus-sewell#
MessageSujet : Re: screw up royally ▸ arabella.   Sam 8 Déc - 4:32
avatar
Arabella DiVaio

posts : 104
points : 203
feat : Megan Fox
crédits : xCrazyCatLady
Âge : 30
logement : The Homewrecker #803
I'm not scared of death... I'm the death !

Screw up royally

Ft Arabella & Hélios
Ah, la famille, cette chose si compliquée et si agréable à la fois. Même si ta famille traîne dans la mafia depuis plusieurs générations, il ne faut pas penser que les choses sont pour autant plus compliquées ou plus simples parce qu’en fait vous n'êtes qu'une famille bien ordinaire. Certes, vous possédez beaucoup d'argent, de pouvoir et d'armes et il arrive que les armes soient mêlées aux disputes de famille, mais vous êtes une famille bien ordinaire. Même si tu essaies de le cacher, elle te manque ta famille, beaucoup plus que tu n'aurais pu l'imaginer. Maman se fait constamment du souci pour toi et papa essaie d'avoir signe de vie de ta part presque 4 fois par jour. Ton métier est dangereux, mais ils doivent avoir confiance en toi juste un petit peu, à 30 ans tu es capable de t'occuper de toi-même et surtout des affaires illégales des Bartos, ou tout du moins ce qui touche à la sécurité.

C'est une soirée froide typique d'un mois de décembre new-yorkais, et tu accélères le pas puisque tu es littéralement en train de geler sur place, ton sang chaud ne suffit pas pour te réchauffer, malheureusement. Le vent souffle dans tes cheveux bruns ondulés qui tombent sur tes épaules pendant que tu claques presque des dents tant tu as froid, mais soudain, tu entends quelque chose. Tu cesses ta marche quelques secondes afin de porter ton attention sur ce bruit, il te semblerait avoir entendu un coup de feu. Tu ne sais pas quel vent te porte jusque-là, mais tu rebrousses chemin jusqu'à la ruelle, t'essaies d'être discrète, mais le bruit de tes talons n'est pas réellement camouflable et il est hors de question que tu te promènes pieds nus par terre et surtout pas par un froid pareil. Ton œil de lynx a cru apercevoir quelqu'un prendre la fuite, c'est donc par réflexe que tu portes ta main à ton arme afin de t'en emparer juste au cas où. Fort heureusement tu ne tardes pas à rattraper cet homme qui vient de commettre un meurtre, et à sa manière de courir tu peux en déduire que contrairement à toi, ce n'est pas tous les jours qu'il commet un meurtre.

Tu réussis à rattraper ta cible et lui prendre le bras afin qu'il cesse de courir, lorsqu'il se retourne tu reconnais son visage, tu ignores d'où tu le reconnais, mais tu le reconnais.

- Je peux vous aider à camoufler ce que vous avez fait... je ne dirai rien à la police.

Tu ignores quel élan de gentillesse te pousse à commettre un geste pareil, sans doute l'effet du temps des fêtes qui te pousse beaucoup plus que ce que tu ne voudrais te l'avouer.


Codage par Libella sur Graphiorum



Darling I'm a nightmare dressed like a daydream
You can get much further with a kind word and a gun then you can with a kind word alone.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t238-arabella-divaio-megan-fox
MessageSujet : Re: screw up royally ▸ arabella.   Dim 9 Déc - 19:07
avatar
Hélios Ninos

Ἥλιος
« THE GOOD GUY »

posts : 26
points : 81
feat : rufus sewell
crédits : av: kataii; sign: kataii, tyler.
Âge : 43
logement : the old lady – #305.

Le cœur lui est remonté dans la gorge. Ca ne va vraiment, vraiment pas. Il est devenu un volcan dont l’éruption fait remonter à la surface tous les souvenirs enfouis – ceux qu’il a tassé au fond de sa mémoire à grands coups de pieds, un peu à la manière d’une poubelle dont on veut optimiser l'espace. Il repense aux bruits assourdissants des mitraillettes, là-bas, dans les déserts arides des pays d’orient. Les balles qui ont, quelques fois, dangereusement sifflés à ses oreilles. Attention, disaient-elles, la prochaine ne te manquera pas. Il peine à respirer, malgré sa condition physique. Son cœur lui répond mal, c’est un mauvais gosse dont le monde s’écroule sous un caprice. Puis vient le souvenir épouvantable, celui de la prise d’otage, des larmes sur les visages et du sang sur le carrelage. Il y a un instant encore, il n’était pas dans cette vie. Un coup de feu et il est démasqué.

Il s’arrête au détour d’une ruelle. Un bruit le fait repartir. L’adrénaline l’a fait décuver en moins de deux. Il a oublié Achille et tout ses tralalas. Où est l’assaillant ? Juste derrière lui, sur ses talons – est-ce un démon qui est sortit de son ombre ? Soudain, il lui agrippe le bras. La terreur prend le pli de la haine, et lorsqu’Hélios se retourne, il n’a pas le réflexe de répondre avec le poing : il arrache plutôt son avant-bras à celle qui l’étreint et l’élève au niveau de son visage.
Ce n’est pas lui, c’est une femme. Un instant, on n'entend que leurs souffles rapides en plein milieu de la ruelle. Puis elle parle. Les côtes d’Hélios lui écrasent les poumons. Il ne comprend pas. « Ce que j’ai fait ? La police ? », répète-t-il, « Non, écoutez, il y a un fou furieux là-bas avec une arme, ne restez pas ici ! » C’est à lui, maintenant, de la saisir par le bras. Il a tout oublié et ne pense plus qu’à fuir. « Il faut partir, vite, vite ! » L’autre chien enragé n’a que le meurtre dans le cœur. S’il est sortit ce soir, c’est pour accomplir le fatal dessein des plus grands malheureux.
Depuis le temps, Hélios sait les reconnaître quand il les voit.


Tiger, tiger, burning bright,


in the forests of the night,
what immortal hand or eye,
could frame thy fearful symmetry ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t747-helios-ninos-rufus-sewell#
MessageSujet : Re: screw up royally ▸ arabella.   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: