Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 je me perds encore mais j’ai le goût du large. (aisling)

MessageSujet : je me perds encore mais j’ai le goût du large. (aisling)   Dim 2 Déc - 0:34
avatar
Lilija Ausra
posts : 79
points : 155
feat : naomi watts.
crédits : ava @lilousilver; signa @siren charms; icons @blindness.
Âge : 49
logement : homewrecker.
il pleut sur mon cœur comme il pleut sur la ville.



je me perds encore mais j’ai le goût du large


here comes the sun, here comes the sun, and i say it’s all right. little darling, it’s been a long cold lonely winter; little darling, it feels like years since it’s been here. here comes the sun, here comes the sun and i say it’s all right. little darling, the smile’s returning to the faces; little darling, it seems like years since it’s been here. here comes the sun, here comes the sun, and i say it’s all right.


« Aisling ? Vous voudrez bien passer à mon bureau après votre service ? J’aimerais que nous nous parlions, tous les deux. » La voix avait été ferme mais teintée de douceur. Un reste de bienveillance que Lilija puisa au creux de sa poitrine aride et asséchée. Elle appréciait pourtant Aisling – elle appréciait davantage son travail au sein de son entreprise d’escorts. Elle voyait son regard professionnel et surtout attentif sur ses filles. Ses pupilles. Elle avait hésité à lui faire confiance de prime abord ; elle avait éprouvé des regrets de l’avoir embauché la première fois qu’elle l’avait vu arriver à l’hôtel avec le visage tuméfié. Mais Aisling avait gagné sa confiance – autant que la blonde pouvait se le permettre en tout cas. Alors malgré ses inquiétudes et ses réticences, elle avait gardé Aisling depuis tous ces mois. Elle avait gardé Aisling comme ange gardien de ses filles. Ce n’était qu’un emploi à mi-temps et il n’était pas présent tous les soirs dans l’établissement mais son Cerbère, comme Lilija aimait à l’appeler, faisait son travail comme il lui était demandé. Ce soir, ça faisait déjà plusieurs mois qu’il travaillait pour elle et la femme désirait savoir comment il se sentait ici. S’il était satisfait de sa position, de ses heures. Si elle pouvait continuer de continuer sur lui pour les mois à venir.

Lilija s’installa à son bureau, soupirant alors qu’elle laissait aller sa tête contre le dossier de son fauteuil en cuir. Hier soir elle avait eu sa sœur au téléphone et sa voix lui avait semblé éteinte. Nerveuse. Elle lui avait pourtant soutenu que les affaires là-bas marchaient bien mais Lilija ne la croyait pas. Elle avait appris à ne plus croire en sa sœur – plus depuis qu’elle l’avait vue pour la première fois les bras piqués d’héroïne. Une nouvelle fois, elle se demanda si elle avait véritablement bien fait de laisser son entreprise à sa sœur. Elle avait pensé qu’un peu de stabilité et surtout des responsabilités aideraient sa jeune cadette à garder le cap sans elle. Peut-être Lilija aurait-elle dû la garder près d’elle pour pouvoir veiller sur elle. Pour pouvoir avoir un œil sur elle. La blonde pressa les paupières un instant. Elle se sentit soudainement lasse. Fatiguée. Comme si le poids qui affaissait ses épaules depuis toutes ces années s’alourdissait un peu plus encore. Son dos se courbait, ployant sous les souvenirs, les regrets. Les erreurs. Les souvenirs semblaient affluer, s’écraser contre la digue de ses protections. La gorge sèche, elle se sentit serrer les poings juste avant que quelques coups ne soient frappés à sa porte qui était restée ouverte. Déjà ? Elle n’avait pas eu conscience de s’être perdue ainsi dans le temps. « Entrez Aisling, elle lâcha rapidement. » Lilija s’en voulut de s’être laissée surprendre ainsi. Elle s’en voulut d’avoir lâché prise alors qu’elle se forçait à toujours être en contrôle, à chaque instant. D’une main gracile, elle lui indiqua le fauteuil dans lequel s’assoir. « Installez-vous. Si je désirais discuter avec vous, c’était pour faire un peu le poing maintenant que vous vous êtes bien intégré à l’entreprise. Je tenais à savoir comment vous vous sentiez ici, si vous étiez satisfait de votre position au sein du réseau. Le nombre d’heures correspond-il à vos attentes ? » Quelque part, Lilija espérait que Aisling lui réponde non. Elle espérait qu’il lui donne une raison de pouvoir l’embaucher de manière plus permanente, plutôt que de l’avoir un soir sur deux. Son business s’étendait et elle avait besoin de s’entourer de gens en qui elle pouvait avoir confiance. Et le jeune homme en faisait partie, d’une certaine manière.


@aisling ó luain  I love you



CODE  ϟ VOCIVUS  —  IMAGE ϟ TUMBLR


one song, glory. one song before i go.


MERRY XMAS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t115-lilija-ausra-charlize-ther
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je perds, mais pas que du poids ... (régime et dérèglements... féminins)
» des pâtes, des pâtes, oui mais...
» acheter palette 28 et 10 sur ebay,mais quel vendeur?
» Les dents poussent, oui mais comment?
» PERTE DE SANG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: