Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 everything happens for a reason. | Hermès

MessageSujet : everything happens for a reason. | Hermès    Dim 25 Nov - 22:44
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Sam lui a envoyé un premier message, pas grand chose, seulement un petit coucou qui prévoyait de demander à Hermès de venir le récupérer au boulot. Sans réponse, il s'est hasardé à lui en envoyer un second. S'il ne s'est pas inquiété, c'est qu'il n'a finalement pas eu le temps de s'attarder plus que ça dans le silence de l'Italien. La tête -mais surtout une autre partie de son corps- plongée dans le travail, ce n'est qu'en sortant de la douche pour prendre son taxi que Maël a senti son coeur se contracter un peu nerveusement sous ses os. Le ciel gris d'une journée pluvieuse lui a fait comprendre que quelque chose n'allait peut-être pas de l'autre côté et qu'il s'était bercé d'illusions ces derniers jours. Dans son appartement, Maël peine à ne pas faire les cent pas, s'installe sur son canapé en posant son chat sur ses genoux afin de lui réclamer des caresses. Elle est la seule à pouvoir le calmer lorsqu'il atteint ce degrés d'anxiété. L'intérieur de sa joue en paie directement les frais lorsqu'il se les mord instinctivement tout en regardant son téléphone toujours sans la moindre nouvelle. Et si Hermès était tout simplement en train de le quitter lui aussi ? Enfin, quitter, c'est un grand mot. Mais lorsqu'il pense à cette nuit dans l'hôtel, il a la sensation que tout était faux mis à part lui pour une fois. Comme s'il était le seul à ne pas simuler ce soir là et cela le rend dingue. A la limite de la folie rageuse. A moins que ce ne soit tout simplement du désespoir. Il hésite un instant à se prendre une ligne mais réalise qu'il serait incapable de réagir correctement sous coke. Déjà que Sam n'est pas loin de la crise de nerfs, l'Irlandais n'a qu'une rue à traverser pour aller toquer chez Hermès et le déloger de son appartement. Là-bas, les voisins savent comme il peut être capable de beaucoup de choses après avoir subi les frasques de sa séparation avec Dante. Les murs sont encore gorgés de ses crises de nerfs mais aussi de larmes -surtout de larmes avouons-le.

En tentant de l'appeler pour finalement tomber sur le répondeur, Sam est persuadé qu'Hermès n'est pas en train de dormir ou de bosser mais bien de l'ignorer. C'est idiot mais c'est une certitude qu'il garde au fond de lui avec une évidence karmique. Une part de lui ne cesse de lui répéter que tout est de sa faute. Il n'y a qu'à voir les sms de l'Italien quelques jours plus tôt, laissés dans le vide et sans la moindre réponse.
Une voix ingrate lui répète que ce n'est pas ça le but du jeu. Qu'on ne peut pas demander aux gens d'être là uniquement lorsqu'on en ressent le besoin et les ignorer le reste du temps.

En déposant son chat sur un oreiller, Maël grimace et attrape sa petite brosse autocollante pour enlever les poils blancs de la bête sur ses vêtements. L'odeur du gel douche encore incrusté sur la peau, il rajoute tout de même une touche de parfum derrière ses oreilles et quitte son appartement bien décidé à ne pas se laisser écraser par un sale mafieux à la gueule bien trop belle pour être oubliée. Les épaules lourdes, Sam prend une longue inspiration pour défaire tous les noeuds de son corps et ne réalise pas qu'il va si vite  en grimpant les escaliers de l'immeuble d'en face. Trop bien fringué pour une fin de journée, peut-être que Sam avait envie de se prouver quelque chose. Lamentable de superficialité, l'air qu'il arbore est légèrement méprisant, tout cela pour cacher qu'au fond de lui, quelque chose est en train de prendre la flotte. En toquant chez Bartolotti, Samaël se doute bien qu'il prend un risque mais n'en a rien à secouer. Si une de ses nièces ouvre, il n'aura qu'à la bousculer pour aller s'enfermer dans la chambre d'Hermès s'il n'est pas là et attendre que ce dernier rentre pour accepter de l'ouvrir à nouveau. S'il s'agit de son frère, les choses seront plus difficiles, il s'en doute mais de ce que le quartier raconte, Ario est lui aussi du genre à mater ses voisins. Un petit sourire bien lubrique et le tour est joué du moment qu'il peut patienter là-dedans.

Et pourtant, lorsque la porte s'ouvre, la panique retombe d'un cran, ses films intérieurs se la ferment un peu et Sam fronce les sourcils. Je dérange ? Envahissant, l'Irlandais ne peut s'empêcher de le bousculer pour entrer dans l'appartement et inspecter du coin de l’œil s'il ne voit rien. Du genre, l'ombre d'une présence féminine ou quelque chose qui s'en approche. Les mains dans les poches de sa veste, Maël se tourne vers l'Italien. Il remarque assez aisément que quelque chose cloche mais ne le relève pas. Change-toi, ce soir j'ai prévu une soirée pour nous deux uniquement. J'ai remarqué ta fibre romantique, ne me mens pas. Accompagné d'un sourire complice et charmeur.
C'est qu'il a fière allure ce con.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Lun 26 Nov - 0:36
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 1125
points : 1154
feat : Joel Kinnaman
crédits : odistole (ava) moi même (sign)
Âge : 34
logement : Partagé entre le #502 Old Lady et le #602 Homewrecker.


La nuit dans Manhattan a laissé des séquelles. Sur le coeur d’Hermès, dans ses pensées, plus que sur son corps. Pendant quelques jours, il se refuse de communiquer, d’envoyer un message, de rompre le silence. Il se doit d’être détaché, comme il l’est toujours, avec tout le monde. Avec n’importe laquelle de ses relations. Mais Sam n’est pas n’importe laquelle de ses relations. Du moins, il ne l’était pas, cette nuit là. Finalement, affalé dans le canapé, une après-midi où il ne fait rien de particulier, où rien ne l’attend, où personne ne pose d’obligation sur ses épaules, il se hasarde à envoyer un message à Maël. Un simple SMS presque banal, faire la conversation, savoir s’il veut boire un verre. Il attend sagement la réponse, qui ne viendra pas. Partant bosser, s’occupant, jusqu’au lendemain où il se lève, trop tard, après une énième nuit de « boulot » Aucune réponse. Du moins, pas celle qu’il attend, sagement, sans rien demander. Il ne peut s’empêcher de relancer, le soir même. Mais là encore, l’italien s’heurte à un mur d’indifférence. Il voit bien que le message est distribué, est arrivé jusqu’au blond qui apparemment, n’en a pas grand chose à faire de lui. De la connexion qu’il a ressenti, cette nuit là. A t-il été le seul à vivre la chose plus intensément qu’il aurait certainement dû ? Il se pose la question, la martèle dans son esprit. Il se dit qu’il est beaucoup trop con, stupide, d’espérer quoi que ce soit de l’électron libre Maël.

Alors, il s’enfonce de nouveau dans son quotidien, sans pour autant avoir l’envie de s’abandonner à une énième coucherie. Comme si soudain, ces dernières manquent de saveur. D’un petit quelque chose. Rester détacher, l’espace de quelques temps, de retrouver un peu de consistance, d’oublier ses envies stupides. Soudain, il se conforte dans l’idée qu’il a la bonne stratégie en restant toujours en retrait, barricadé derrière des murailles hautes et épaisses, de détachement, presque de désinvolture. Une protection qui a toujours été efficace, jusqu’à cette nuit là. Surtout lorsqu’une nuit, tard, trop tard, il se rend à une petite « réunion d’affaire » pour de la distribution de quelques uns de ses nouveaux médoc. Cette nuit où en passant dans une rue du Bronx, il aperçoit Sam, à une soirée, en train de rire et de fumer une clope avec quelques amis, la légèreté sur le visage. Caché derrière les vitres teintées de son imposant SUV, pour sur que le blond n’a pas pu l’apercevoir mais l’italien lui, l’a bien vu. Une vision qui l’a conforté un peu plus dans le fait qu’il s’est trompé sur toute la ligne. Que son ressenti, intense cette nuit là, n’était apparemment vrai que pour lui. Il se renferme Hermès, il se pare de cette froideur qu’il maîtrise plus que bien. Qui est devenu son rempart.

À la cuisine, vêtu d’un jean et d’une chemise ouverte sur un débardeur blanc, l'italien se prépare un café, alors qu’il lui reste une petite heure ou deux avant de gagner sa vie et ses occupations nocturne. Oiseau de nuit. Son téléphone posé sur le comptoir, il voit bien les messages de Maël, apparaitre sur l’écran s’animant soudainement. La sonnerie en annonçant un nouveau ne le fait pas broncher davantage. Il ne veut pas lui parler. Pas plus qu’il ne veut répondre à son appel, lorsque la sonnerie retenti. Il se contente de couper court, passant son téléphone sous silencieux. S’installant à table, avec son café, il commence à le siroter tranquillement en avisant les messages sur son téléphone pré-payé, lorsqu’il entend qu’on toque à la porte. Instinctivement, Hermès se lève et se dirige mollement vers l’entrée pour ouvrir, sans s’attendre réellement à qui que ce soit. Froncement de sourcils lorsque Sam se dessine de l’autre côté de la porte. Bien trop beau, bien élégant pour cette heure de fin de journée. Hermès le remarque, malgré son visage fermé et peu accueillant. Simplement parce qu’il est bien trop difficile d’ignorer le charisme et le charme irradiant de Samaël.

Ce dernier s’invite d’ailleurs chez lui, le bousculant presque pour pénétrer dans l’appartement, vide de toute présence excepté celle de l’italien, qui se pince les lèvres de n’avoir pu le repousser sur le pas de la porte. Refermant derrière lui, il se tourne ensuite vers l’irlandais, calant ses mains dans ses poches, dans une attitude détachée. « Qu’est ce que tu veux Sam ? J’suis pas un de tes fans qui attend sagement que son idole daigne lui accorder un peu d’attention » Lance t-il, assez froidement. « T’as qu’à passer la soirée avec tes potes de… Attend c’était jeudi soir, non ? Apparemment c’était bien plus sympa que d’répondre à mes messages »


I broke all my rules for you. My veins are boiling for everything you're waking up in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Mer 28 Nov - 21:00
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Il remarque bien vite qu'Hermès est en colère et ne se soucie plus du reste. Une tristesse étrange s'abat sur les épaules de Sam qui se contente de froncer les sourcils alors que l'Italien part de suite au front. Tu sais le genre de tristesse désarmante et qui te fait regretter en quelques minutes toute une semaine de vie. Il a déjà eu ce genre de sentiments par le passé, notamment avec son frère, lorsque Jephté était rentrait dans leur appartement commun et qu'il avait manqué de lui tirer dessus. Aujourd'hui, sa gorge se noue un peu mais Sam garde la face quant aux accusations d'Hermès qui a certainement ses raisons de le démonter si froidement. Fin non, même pas le démonter. Il est plutôt calme par rapport à ce qu'il a déjà vu de la part de l'Italien mais cela le blesse tout autant. Maël a la sensation d'avoir fait une connerie terrible alors qu'il n'a finalement pas dérapé comme avec ses ex. Il n'y a pas eu de cris, pas d'excès insupportables, pas de menaces, rien, seulement du silence.
Le genre de silence qu'il aurait du offrir à Dante.
Et qu'il donne à Hermès.
Mauvais partenaire. Erreur sentimentale.

Mais merde, qu'est-ce que tu racontes. Tu cherches quoi là ? La colère d'abord, un faux agacement qui le fait instantanément se sentir plus nul que la moyenne. A trop vouloir être irréprochable le voilà qui déconne une fois de plus. Ce qui le torture le plus dans cette histoire, c'est ce manque d'explications. Maël ne pourrait même pas justifier son acte car même lui ne se comprend pas. Il a parfois des élans de destruction qui lui viennent, comme ça, telle une flèche qu'on lui plante en plein coeur et qui le contamine entièrement. Aucune parcelle de son corps n'est intacte.

Son regard bleuté se tourne vers Hermès, il y a des larmes d'émotion qui l'humidifient. Il est loin de chialer mais tout cela le submerge. Tous ceux qui le connaissent un minimum savent que Sam est incapable de dealer avec ses sentiments et la colère mais de ne pas pouvoir s'empêcher de recommencer sans cesse. A croire qu'il aime ça, au fond, tu sais, se retrouver plus bas que terre, être à deux doigts de se faire jeter pour de bon et supplier l'autre. Ses mains sortent enfin de ses poches, elles tremblent et son manque de maturité émotionnelle est flagrante. Quoi Jeudi ? Nier malgré tout alors que oui, il était bien ailleurs, en train de se saouler, de se défoncer et de combler le vide avec des bras qui ne lui ont rien apporté. Son coeur se crispe alors qu'un élan de courage le traverse.

Maël est une véritable allumette, la moindre étincelle et le voilà qui part en fumée. Une véritable flamme le consume tandis qu'il s'avance dans le salon, contourne le canapé pour s'en servir inconsciemment de bouclier. Comment veux-tu que je sache ce que je peux faire ou non ? Comment veux-tu que je devine comment me comporter avec toi alors que rien n'a été prononcé ? Démuni, il l'est, bien évidemment. Surtout en pensant à ses appels auxquels Hermès n'a jamais essayé de répondre. Si Sam s'est détruit avec une telle ampleur ces derniers, c'est avant tout pour oublier son entrevue avec Dante qui lui laisse toujours des séquelles. Si je n'étais pas venu ici pour mettre les choses au clair ce soir, qu'aurais-tu fait ? Certainement serait-il resté dans l'ignorance totale, quitte à l'écorcher un peu plus. Maël se serait retrouvé une fois de plus sur le banc de touche avec une blessure incapable de le remettre sur pied.

Regarde-moi quand je te pose une question. Sa voix est plus colérique cette fois, plus froide, comme si sa vie en dépendait, que tout se jouait dans la réponse d'Hermès. Sam se sent capable de partir maintenant s'il sent l'Italien capable de le laisser tomber alors que lui ne cherche que cela : le dévouement total, l'amour inconditionnel qui ne te rend pas heureux mais la fusion est une chose qu'il cherche. L'unique chose qu'il veut. Son regard est plus noir, ses pupilles dilatées par la peur de ce qui est en train de se passer. Il pose sur la table tout ce qu'ils pourraient laisser tomber dés maintenant. Qu'avais-tu l'intention de faire ? Maël n'en a rien à faire d'être en territoire Bartolotti, s'il a envie de casser quelque chose, de taper dans les murs, il le fera. Hors de question de laisser les choses dans le flou. Il ne quittera pas cet appartement sans être certain que tout soit noir ou blanc. Les sentiments ne laissent pas de place à l'entre deux. Pas chez lui. Hermès finira par le comprendre s'il trouve le courage de rester. Si Sam ne l'épuise pas comme les autres, surtout.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Sam 1 Déc - 22:47
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 1125
points : 1154
feat : Joel Kinnaman
crédits : odistole (ava) moi même (sign)
Âge : 34
logement : Partagé entre le #502 Old Lady et le #602 Homewrecker.


Hermès sait pertinemment qu’il y va fort. Qu’il attaque avec véhémence et rentre directement dans le vif du sujet, sans une once de douceur, sans même préparer Sam à ses accusations. Mais trop de ressentiment en lui, un gout amer dans la bouche, alors que l’irlandais se pointe chez lui comme une fleur, comme si rien ne c’était passé. Il s’attend à ce que le blond réagisse lui aussi au quart de tour. Sans pour autant prévoir quoi que ce soit. Agression ou simples regrets larmoyants. Lui même ne sait pas à quoi s’attendre, parce que Sam est plein de surprise et qu’il ne l’a jamais côtoyé autrement que dans le cadre d’une amitié platonique. Sans once d’ambiguïté. Sauf que désormais, les choses ne peuvent plus être aussi simples entre eux. Simplement parce qu’au delà du pur acte charnel, Hermès s’est senti transporté bien plus qu’il ne l’aurait dû. Lui qui se monte toujours d’immense barrière, a laissé la porte s’ouvrir, le pont levis s’abaisser, pour Samaël et aujourd’hui déjà, il en fait les frais, se maudissant au passage pour cet instant de faiblesse. Pour cette stupidité sourde et pleine d'espoir, au milieu d'une vie de déceptions.

Il le suit du regard, l’écoute s’exprimer, poser des questions, retourner la chose contre lui. Hermès qui n’a pas assez communiqué, ni même défini les choses. Cette appellation lui arrache un sourire en coin, un sourire amer, alors qu’il croise les bras contre son torse. Son regard s’échappe un instant, se pose sur le canapé, alors qu’il écoute, relevant les yeux vers lui lorsque Maël le lui ordonne, presque. « Tu m’as laissé comme un con, Sam » Là encore, il est calme, pèse le poids de ses mots. Mais Hermès est d’une grande franchise. Bien qu’il se cache derrière une froideur évidente, allant avec sa personnalité, la plupart du temps, avec la plupart des gens, il est bel et bien capable de ressentir les choses bien plus fort qu’il ne le souhaite. « Tu m’as donné l’impression que t’en a absolument rien à foutre de moi, que j’suis qu’une conquête de plus dans ta longue liste » Relance t-il en le fixant. Comme si l'intensité de leur ébat, cette nuit là, n'était qu'une du vent, de la pure comédie. « Jeudi soir, j’suis passé en bagnole dans la rue où tu fumais une clope devant une baraque, avec des potes à toi, une fête à ce que j’ai pu voir, alors que t’ignorais mes messages depuis des jours » Explique t-il, sur le pourquoi parle t-il de jeudi soir, insiste t-il sur ses potes et le fait qu’il serait mieux avec.

« Mais qu’est c’que tu veux que je définisse hein ? C’est pas toujours noir et blanc, Sam, faudrait que tu captes un peu ça. J’sais bien que t’as ta liberté, que tu kiffes ça, j’te demande pas de me répondre dans la seconde, juste de pas me laisser dans l’indifférence avec la sensation que t’en a rien à battre de ma gueule » Avoue t-il. C’est surtout ça, qui l’a blessé, finalement, qui l’a énervé. La sensation de n’être rien. Cette sensation là qu’il ne connait que trop bien, depuis qu’il a perdu son boulot, depuis que tout le monde l’a regardé de façon dédaigneuse, comme s’il n’est plus rien, désormais. Qu'on lui fait comprendre qu'il n'est qu'un con, qu'un criminel, qu'un moins que rien. Alors oui, le fait que Sam puisse lui faire vivre ça, alors que lui, a ressenti quelque chose contre le blond, dans cette chambre d’hôtel, l’a juste mis hors de lui. Il écarte les bras après sa tirade, pour insister sur ses paroles, alors qu’il fait quelques pas, dont un pour s’approcher un peu plus de Maël, tout en restant en distance, comprenant bien que ce dernier s’est mis en position défensive.

Il sait à quel point l’irlandais a pu avoir des déboires avec ses exs, parce qu'ils en parlaient, autour d'un verre et d'un rail de coke. Souvent, d’ailleurs, c'était à cause d’un manque de communication, que les histoires de Sam foiraient. La sensation que beaucoup n’osaient pas ouvrir leur gueule, jusqu’à ce que tout explose, que la relation vacille pour s’écraser au sol, brisée, définitivement. Mais Hermès n’est pas de cette trempe là. Hermès communique, s’exprime, crache à la gueule de l’autre ce qu’il ressent vraiment. Du moins, la plupart du temps, puisque ses ressentis profonds sont souvent tabous, imaginant bien trop aisément qu’il se rend vulnérable, s’il parle de ce qui peut faire battre son coeur. « Après, si tu veux juste pas t’emmerder avec moi, bah t’as qu’à me le dire, j’te foutrais la paix et au moins ça sera clair » Ça très clairement, il n’en a pas envie, refermant ses bras contre son torse pour se protéger de la réponse de Maël. Oui car si ce dernier préfère sa liberté, sans entrave, à celle de devoir faire une place à Hermès dans sa vie, l’italien se retirera, prendra sur lui et s’enfoncera de nouveau dans son quotidien. Il refermera la brèche faite par Maël, dans ses épaisses murailles de froideur et de détachement. Comme l’impression qu’il n’est plus à un rejet prêt, après de multiples déceptions qui ne le pousse qu’à s’enfoncer un peu plus.
Il renifle,
le fixe.


I broke all my rules for you. My veins are boiling for everything you're waking up in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Lun 3 Déc - 7:32
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Hermès le met en face des faits et Sam déteste cela car il ressent bien qu'il a n'a pas les armes nécessaires pour se défendre. Cette fois, les mensonges ne suffiront pas mais au delà de toute manipulation, l'Italien ne comprend pas que cette dernière nuit était différente, qu'il était plus là que les autres fois. Il pourrait le claquer rien qu'à l'idée de l'entendre douter de lui mais se doute bien que cela mettrait fin à leur relation sur le champs, encore plus alors qu'ils traînent dans l'appartement familial et que n'importe qui pourrait leur tomber dessus, faire face  à cet affront. Sam baisse le nez, reprend un peu sa respiration pour ne pas exploser tout de suite et termine par lâcher un rire odieux lorsque Hermès lui laisse entendre qu'il se fout royalement de sa gueule et qu'il accepte de rester ici comme un pauvre malheureux dans une vie fade entre son frère et ses nièces si l'Irlandais n'est pas capable de plus. Maël, toujours plus excessif que jamais hausse un sourcil tandis que quelque chose se brise en lui. Il sent bien que des cases s'effondrent pour lui rendre sa liberté mais aussi toute la folie dont il peut être capable. Si Dante avait su l'apprivoiser -ou plutôt accepter- ses élans d'énergie, il ne sait pas comment Hermès compte dompter les siens mais refuse de se mettre des chaînes.

Ah ouais ? Tu penses vraiment que j'en ai rien à foutre de toi ? Son ton est presque blessé tandis qu'il sort ses mains de ses poches avant de traverser le couloir allant jusqu'à la chambre d'Hermès dans ses vêtements de luxe. Ses chaussures lustrées, les cheveux parfaitement coiffés, Sam ne dit pas ce qu'il va trafiquer et entre dans la chambre de l'Italien avec une énergie nouvelle. Il fouille dans les armoires, attrape un sac de sport vide et des affaires au hasard. Il n'en a rien à foutre que l'armoire de Bartolotti soit parfaitement rangée et bourre le sac d'affaires. Il ne trie pas, sauf peut-être ce pull qui lui va terriblement bien et qu'il voudrait voir porter une nouvelle fois. Ses mains tremblent un peu, colérique, alors qu'il se saisit du second sac où se trouve ses affaires de soins. Maël se dépêche, se fiche bien de s'en prendre une. Il a au moins ça, l'audace de ne rien craindre, pas même un mafieux qui pourrait l'égorger et se débarrasser de son corps.

Brutalement, Sam balance les sacs aux pieds d'Hermès présents dans le couloir. Son regard se perd dans ses pupilles. On en a rien à foutre de jeudi soir, rentre-toi ça dans le crâne. Hermès merde, c'est une tradition chez les Bartolotti d'être aussi con ? Il est agressif parce qu'il est comme ça, toujours plus vif que jamais, réceptif à la moindre poussière, au changement d'humidité dans l'air ou même de température. Ça, ce sont les affaires que tu vas ramener chez moi et mettre dans mon dressing. Tu discutes pas parce que je te jure que ça va mal terminer. Ses doigts s'enfoncent dans sa poche où il attrape son trousseau pour en sortir le double de son appart et lui balancer. C'est bon, c'est assez clair ? T'as pas à vivre comme un putain de vieux garçon ici alors que j't'attends dans l'immeuble d'en face. Il enjambe les sacs, pose sa main sur sa joue, caresse sa mâchoire alors que son regard dévoué s'attache à celui de l'Italien. Maël dégage une énergie si chaleureuse et érotique qu'il se sent vibrer un instant, prêt à tout pour offrir une vie incroyable à Hermès afin de compenser tous ses échecs passés. Cette fois, Sam veut réussir, se donner les moyens de ne pas échouer en sachant très bien que ses veines sont un volcan qui finiront par le dépasser. Son autre main glisse dans le dos de l'Italien, se glisse dans son pantalon pour se saisir de sa fesse et ramener contre bassin contre le sien. Je te veux dans ma vie Hermès. Il le regarde droit dans les yeux en prononçant ses mots, lentement, chaudement. Ses lèvres embrassent son cou en même temps qu'il tente de le convaincre de venir vivre à mi-temps chez lui, si ce n'est tout le temps. L'Italien a tous les droits sur sa vie à cet instant, il se sent capable de faire un peu de place dans son nid terriblement vide, agonisant d'une autre présence masculine entre ses murs. Bien sûr que cela ne rendra pas l'Irlandais irréprochable mais qu'importe. Ça ne m'intéresse pas de prendre des rendez-vous pour pouvoir te voir et dormir dans ton lit alors que ton frère ronfle à côté. Il veut leur intimité, pas d'un petite déjeuner en famille. Sam n'est pas comme lui, seul Jephté et sa mère comptent, le reste, il s'en passe.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Lun 3 Déc - 20:02
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 1125
points : 1154
feat : Joel Kinnaman
crédits : odistole (ava) moi même (sign)
Âge : 34
logement : Partagé entre le #502 Old Lady et le #602 Homewrecker.


Il est agressif, direct. Peut être un peu trop, d’ailleurs, mais à ce stade, Hermès ressent un réel besoin de réponses. Il veut savoir s’il doit attendre quelque chose de Sam, ou non. Il n’ose même pas lui parler de son ressenti de l’autre nuit, de peur de trop en dévoiler pour être blessé ensuite. Piétiné. Simplement parce que Maël affiche cette forte indépendance, comme s’il n’a besoin de personne. En soit, c’est aussi ce qu’affiche Hermès, même si au fond, ce n’est qu’un mensonge. Un mensonge qu’il a juste du mal à admettre et à regarder en face. Alors que pourtant, il y a ces sensations, ce picotement qui ne le laisse pas indifférent. Il a ressenti quelque chose. Il a envie de quelque chose. De quelque chose de plus. Oui, dans le fond, c’est ça. Il a envie de plus, sans être capable de le dire réellement, de l’admettre à haute voix, de se révéler, encore une fois. Hermès est fait de tabou et de non dits, concernant ses sentiments, sur beaucoup de choses. Il dit ce qu’il pense, se complait dans une certaine franchise, mais ce que son coeur lui dicte ou que sa tête lui martèle, est une autre histoire, plus douloureuse, plus tabou. Blessé par d’innombrable personnes, lorsqu’il a tout perdu, incapable de faire facilement confiance, désormais.

Alors oui, il se braque. Il reste de marbre, lorsque le ton de Maël se veut amer et blessé. Il le regarde, le toise, presque. Pourtant, lorsque ce dernier s’éloigne en direction de sa chambre, les prunelles noisettes d’Hermès le suivent du regard, jusqu’à ce qu’il décroise les bras pour s’élancer à sa suite. Il l’entend fouiller, la porte du placard s’ouvrir. « Bordel mais qu’est ce que tu fous ? » Mais il n’a pas le temps de pénétrer dans la chambre que déjà, le blond en ressort, jetant à ses pieds son sac de soins et un sac de sport, encore ouvert, rempli de ses fringues jetés en vrac à l’intérieur. Son côté maniaque lui hérisse le poil, de voir ses vêtements dans cet état. Mais il n’a pas le temps de s’attarder là dessus, la conversation est bien plus sérieuse. Ses poings se serrent lorsque Maël souligne que les Bartolotti sont cons, mais il n’a pas le temps de réagir que déjà, sa nouvelle tirade arrache à Hermès un air interloqué. Stupéfait, même. Dans tous les scénarios possibles, il n’imaginait en rien celui-ci. « Quoi ? » Demande t-il, de surprise, incapable de prononcer quelque chose de cohérent. Pendant un court instant, il doute, il se demande s’il a bien compris, bien entendu, aussi. Il se saisit machinalement des clés que Sam lui lance, les rattrapant au vol, lui jetant un regard toujours aussi décontenancé.

Il ne sait pas quoi dire, quoi répondre. Il plonge ses prunelles ébènes dans les siennes tandis que Maël s’approche, presque félin, enjambant les sacs pour se camper devant lui. Il peut sentir son souffle, tout proche, comprend petit à petit, qu’il a bel et bien saisit le sens de ses phrases. La caresse sur sa mâchoire l’apaise, alors qu’il pèse le pour et le contre. Il peut sentir une douce chaleur l’envahir, celle du désir, de l’envie, qui lui agite les entrailles à l’avoir si proche, à comprendre ce qu’il veut. Surtout lorsque ses lèvres glissent dans son cou, lui arrachant un soupir d'aise. Il est certains qu’Hermès aime sa famille, mais qu’il manque cruellement de cette intimité à laquelle il s’était habitué. Un grand appartement, rien que pour lui et ses déboires. Ici, tous ses faits et gestes sont soumis aux regards plus ou moins réprobateurs des uns et des autres, à commencer par son frère. Il peut sentir le poids des attentes, des reproches, quant à ses comportements. La perspective de partager l’appartement de Sam lui est beaucoup trop attrayante. Avoir enfin son intimité, mais la partager avec l’irlandais. Lorsqu’il s’approche de lui, sentant sa main glisser dans son pantalon, agripper sa fesse. Toute la chaleur qui irradie de Samaël, communiant avec la sienne, allant avec son affirmation, Hermès s’enflamme à son tour. Le fait qu’il le veuille dans sa vie suffit à lui faire comprendre que tout n’était pas à sens unique. Sans laisser planer le doute davantage, l’italien le fait reculer, pour le plaquer contre le mur, écrase son corps contre le sien en se saisissant de son visage entre ses mains pour l’embrasser comme jamais. Un baiser passionné, fiévreux, mais surtout, où il met du coeur, pour la première fois, en en ayant conscience. Une réponse à lui seul, alors qu’il prolonge cette étreinte jusqu’à manquer de souffle.

« T’auras plus de rendez-vous à prendre parce que je serai là » Murmure t-il contre ses lèvres, dans un léger sourire en coin. Du moins, il sera là, une partie du temps, histoire d’accorder tout de même de ses journées à sa famille, valeur importante pour un Bartolotti. Ses mains glissent jusqu’à la taille de Maël, remontent dans son dos. « Enfin, faudra encore voir si t’arrive à me supporter » Glisse t-il de nouveau, dans un sourire plus large, amusé. En un instant, Hermès se sent plus léger, parce que cette perspective totalement inattendu lui semble diablement séduisante. Il ne sait pas ce que donnera demain, ne se projette jamais, mais vivre avec Sam, même une partie du temps, lui fait envie. Il est prêt à se lancer, à essayer, à envoyer chier ses peurs et hésitations. Il sait que rien ne sera évident, avec son rythme d’animal nocturne, avec son côté maniaque, avec son tempérament de feu. Mais malgré tout ça, il le veut, lui. « J’sais pas ce que tu me fais faire, mais ça m’plait » De foncer, tête baissée. De s’engager plus sérieusement avec lui, sur un coup de tête. Parce que finalement, c’est de ça dont il s’agit. Les deux savent pertinemment que vivre ensembles, même la moitié du temps ne veut pas dire être dans une banale colocation. Pour autant, Hermès est encore incapable de le dire à haute voix, malgré l'espèce d'euphorie qui le prend aux tripes. Il s'en sent d'ailleurs particulièrement stupide.


I broke all my rules for you. My veins are boiling for everything you're waking up in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Jeu 6 Déc - 19:32
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Les lèvres d'Hermès le prennent d'assaut. Son corps rencontre le mur alors que Sam écarte les cuisses, prêt à se donner tout de suite à son amant au milieu d'un couloir qui ne leur appartient pas. Maël a tellement l'habitude de s'exhiber qu'il a parfois du mal à différence ce qui est acceptable ou non en public. Rien ne l'arrête lorsqu'il est dans cet état de satisfaction et d'amour démesuré à l'encontre d'un être nouveau dans sa vie. Hermès ne le sait pas encore mais fait naître en lui des sentiments si forts qu'ils finiront tôt ou tard par le pousser au pire. A moins que ce ne soit le meilleur. Son autre main se perd dans son pantalon, serre brutalement ses fesses pour retenir son bassin contre le sien, le dos légèrement cambré et le cou en offrande pour recevoir ses baisers. Samaël n'est rien de plus qu'une allumeuse à cet instant, fière de pouvoir ramener chez lui l'un des mafieux Bartolotti pour le sauter sans le moindre filtre. Il s'imagine déjà, le regarder dans le miroir de son plafond, admirer sa chute de reins, se délecter de son souffle brûlant alors que le sien se coupe. Les mots de l'Italien le font sourire, perdre un peu plus les pédales. Ses yeux pétillants cherchent les siens tandis qu'il reprend un peu de contenance en sachant qu'Hermès refusera de coucher avec lui ici, là, maintenant. Si l'un est sans-gêne, l'autre n'est pas encore égoïste à ce point. Combien de fois Jephté l'a surpris en plein échange charnel ? Surtout lorsqu'ils vivaient ensemble. Il n'était pas rare que son frère retrouve ses conquêtes dans son lit parce que Sam envoyait se faire foutre les types après l'orgasme.

Le supporter. Le texan s'imagine bien que les choses tourneront forcément mal par moment. Ne serait-ce que pour ce besoin obsessionnel qu'a Hermès de tout ranger, sans cesse, là où Sam est plus bordélique que jamais. Seule sa chambre tient encore un peu la route parce qu'il la déserte trop ses derniers temps, que son appartement est devenu une terre qu'il fuit pour ne pas faire face à la solitude. Son coeur qui somnolait jusqu'ici dans sa cage thoracique semble soudainement plus éveillé que jamais. Une part de lui était persuadée de ne pas repartir sans son Italien. Samaël sait se montrer convaincant, trouver les mots mais surtout les gestes, le magnétisme.

[...]

Chacun porte un sac lorsqu'ils entrent dans son appartement et que le chat les accueille. Sam se tourne vers Hermès, balance celui qu'il tient dans son canapé avant de faire un tour dans la salle de bains et vérifier qu'il est toujours en état de sortir, que sa superbe n'a pas pris un coup durant leur échange quelque peu houleux. Il défait un bouton de sa chemise, passe son peigne dans sa tignasse avant de revenir sur ses pas. Tu ferais mieux d'aller te préparer, hors de question que nous restions enfermés ici pour fêter notre première soirée ensemble. Félin, Samaël approche d'un pas lent de son amant pour l'embrasser à nouveau, contenant tant bien que mal son envie de se mettre à genoux devant lui pour lui offrir un avant goût de ce qu'il leur réserve une fois hors de ces murs. En bas,n sa voiture parfaitement nettoyée les attend dans un garage à quelques mètres du old Lady. Elle n'attend plus qu'eux pour les conduire dans un restaurant étoilé de Manhattan qui ne fera que lancer les hostilités pour le reste de la soirée. Provocant, il ne peut tout de même s'empêcher de passer sa main sous son t shirt pour le caresser. Tu me donnerais presque envie de ne me consacrer qu'à ce corps. Avant de s'approcher pour lui offrir un coup de langue contre ses lèvres et l'embrasser à nouveau. Son besoin de rendre l'autre unique est tel qu'il serait capable d'arrêter le porno, demander au moins un congés -pour finalement mieux recommencer, le connaissant-. Son cerveau entre lentement mais sûrement dans une telle passion qu'il en deviendrait plus fou que la moyenne. Une folie concentrée dans son adoration pour l'Italien.

Et bon anniversaire.
Il s'est débrouillé pour le savoir, prévoir son coup.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    Lun 10 Déc - 21:35
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 1125
points : 1154
feat : Joel Kinnaman
crédits : odistole (ava) moi même (sign)
Âge : 34
logement : Partagé entre le #502 Old Lady et le #602 Homewrecker.


Un sourire flottant sur ses lèvres, Hermès demeure tout contre Sam, là, contre ce mur. L’envie de lui lui travaille les entrailles, alors que pourtant, il se détache du blond. Bien qu’il soit habitué à coucher à droite et à gauche, il ne se voit pas faire quoi que ce soit ici, dans le couloir de l’appartement familial, là où l’ont pourrait les surprendre. Une certaine pudeur, encore, malgré que le désir soit présent. Grisant.
L’italien se contente de récupérer son sac de vêtements, passe par la salle de bain pour récupérer deux trois affaires, avant de prendre son manteau et de suivre sagement Samaël jusqu’à chez lui, sans un mot, juste une impression d’euphorie idiote et légère, que lui offre d’ordinaire la cocaïne.

[…]

Pénétrant dans l’antre de l’irlandais, Hermès pose sagement son sac sur le sol pour retirer son manteau et l’accrocher à la porte, tandis que Maël s’éloigne dans une attitude nonchalante en direction de la salle de bain. Aussi, l’italien récupère ses affaires et les porte jusqu’à la chambre dont il connait le chemin pour y avoir passer une nuit ou deux. Des nuits sages, d’ailleurs. Il dépose ses affaires au pied du lit, avant de se tourner, lorsque Sam fait de nouveau irruption dans son champ de vision, avant de se diriger vers lui. Il sourit légèrement, entrouvre les lèvres pour s’exprimer, rattrapé bien vite par un baiser qu’il rend au blond, dés lors que ses lèvres entre en contact avec les siennes. Ses baisers, il y prend gout, de plus en plus. Comme une drogue lente et euphorisante. Un plaisir coupable qu’il n’aura désormais plus besoin de réserver pour quelques moments, où ils pouvaient se retrouver. Cette sensation nouvelle l’électrise et l’excite. Jamais encore il n’a connu ça, cette envie furieuse de fuir son quotidien pour s’immiscer dans celui d’un autre. Le partager. En faire partie intégrante. « Je suppose que j’dois me faire aussi fringuant que toi » Pour ne pas dire aussi beau. Maël est doté de ce charme, ravageur et insolant. Un battement de cil, un sourire, un air mielleux et, l’italien le sait, il est capable d’attirer n’importe qui. Même un homme à femme pourrait flancher pour Samaël, il en est persuadé. Ses mains s’accrochent à sa taille, glisse sous sa veste de costume, restant sur le tissu de sa chemise. Le caressant de ses pouces. Un sourire flottant sur ses lèvres, se ravive, alors que les mains de l’irlandais s’infiltrent sous son t-shirt pour caresser sa peau et ses muscles dessinés par un trop plein de sport auquel il est tout aussi accro qu’à la drogue. Un besoin de calmer ses nerfs, de se canaliser.

« T’auras largement le temps de t’y consacrer, maintenant » Soulignant que oui, il va vivre ici, la plupart du temps. Découchant à l’occasion d’une soirée avec sa famille ou d’une trop longue nuit au Moine. Il peut sentir le désir pulser dans son bas ventre, alors que le corps de Samaël épouse le sien, que ses lèvres s’accrochent de nouveau au sienne dans un baiser rempli d’ardeur après un coup de langue provoquant. Pourtant, Hermès hausse les sourcils, affichant une mine de surprise, stoppé dans ses élans, dés lors que le blond parle de son anniversaire. Cette année, l’italien se voyait déjà passer l’évènement à la trappe. Oublié en même temps que ses excès et ses échecs. Plus personne n’a envie de le célébrer lui. Peut être que sa mère aurait fait un gâteau, ce dimanche, histoire de marquer le coup. Instinct maternel bien présent, mais là encore, vu sa déception face à ses déboires, il n’est sur de rien. Aussi, que Maël souligne l’évènement, le touche bien plus qu’il ne le laisse paraître. « Merci, j’pensais pas que quelqu'un me le fêterait cette année » Triste constatation. Il le serre un peu plus contre lui. L’année dernière, il le fêtait avec ses collègues de l’hôpital, dans la salle de réunion qui avait été décoré pour l’occasion, affichant une banderole avec un beau « docteur Bartolotti » qui encore aujourd’hui, lui serre le coeur, dés lors qu’il laisse ses pensées vagabonder jusque là. Il se souvient du champagne, des rires, des conneries échangées, parce que dieu sait qu’il passait le plus clair de son temps dans les locaux de l’hôpital, bourreau de travail. Une date devant être triste et morne se couvre soudainement d’un sourire.

« J’espère que tu m’as pris un costume » Lâche finalement Hermès en se détachant du blond après avoir déposé un nouveau baiser sur ses lèvres, un peu plus long, un peu plus tendre, pour le remercier. Jamais il ne se serait cru capable de tel élans envers un partenaire de vie, mais s’étonne lui même de ce dont il est capable. Gagnant la chambre, il fouille dans son sac, étalant soigneusement ses vêtements sur le lit, non sans un froncement de sourcil à en voir certains froissés. Hermès est une parfaite ménagère lorsqu’il s’agit de s’occuper de ses affaires ou encore d’un appartement. En contradiction totale avec ce qu’il dégage. Il revêt alors un pantalon de costume sombre, retire le débardeur sous sa chemise claire et se pare d’une veste de costume assorti. Il est beau, il a de l’allure, cette classe qui rehausse son charisme naturel, dés lors qu’il fait l’effort d’atours plus habillés. Ses pas le portent ensuite à la salle de bain où il se coiffe, agrémente ses cheveux d’un peu de gel pour les plaquer en arrière, avant de se parfumer de son Dior à lui, n’empruntant pas le parfum de Sam, trop attaché à l’odeur qui se dégage de lui, pour la brouiller. Il rejoint ensuite le blond dans la salle principale. « Ça te conviens ? » En ajustant machinalement son blazer sous le regard critique de l’irlandais, un fin sourire en coin des lèvres.


I broke all my rules for you. My veins are boiling for everything you're waking up in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
MessageSujet : Re: everything happens for a reason. | Hermès    

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gimme a reason ▪ LISBET ; FIN
» The Voice of Reason

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: The Homewrecker :: Les Appartements-
Sauter vers: