Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 

 Don't hurt my daughter - Yasha/Ario

MessageSujet : Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Dim 4 Nov - 17:01
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker


Don't hurt my daughter4/11 - 15h28 - @Yasha Stakov
Ebbe chez les flics, c’est comme imaginer Madonna dans un couvent ! Ca n’a absolument aucun sens et dès que tu as reçu ce sms de Yasha – comme quoi, le russe pouvait encore être utile – tu as quitté le Moine en trombe. La colère au ventre et la rage bourdonnant dans ton cerveau. De la part de Giulia, c’était presque prévisible, elle avait le don pour aller se fourrer dans les emmerdes et même si elle s’en sortait généralement bien, tu savais qu’un jour ou l’autre, on te convoquerait dans ce trou à rat à cause d’elle.
Mais pas Ebbe. Pas ton ange qui ne sait qu’être sage et gentille, et n’a pas eu le même mode d’emploi de la vie que sa jumelle. Elle est décalée, trop douce pour ton monde à toi, mais c’est justement ce qui la rend si importante à tes yeux. Et tu ne veux surtout pas qu’ils gâchent cela comme seuls les flics savent le faire.

Le commissariat est aussi lugubre que dans tes souvenirs : ça pue la misère et la détresse ici, entre l’odeur de café persistante, les regards désabusés des agents de l’ordre et cette animosité latente. Ca transpire quelque chose de malsain et de désagréable. Tu n’aimes pas entendre les cliquetis sur les claviers d’ordinateurs, les pleurs et reniflements égarés dans une plainte dérisoire qui ne débouchera sur rien, cette cacophonie d’émotions humaines entassées pêle-mêle sans que cela ne rime à rien. Ils brassent du vent ici, sont incapables de gérer un monde déjà foutu : ils s’en donnent l’illusion et toi, t’es l’élément perturbateur qui vient leur prouver que leurs efforts sont vains.
Les regards te dévisagent, tu croises certains sourires narquois : ta fille est ici, ils le savent, ils en ricanent comme des hyènes devant la proie tombée du lion. Mais ils n’auront rien de toi, pas même des miettes. Tu vas sortir Ebbe d’ici et leur coller le nez dans leur merde comme seul un Bartolotti sait le faire.
Mais au passage, tu fais un détour vers un bureau connu, et un visage presque aussi ricanant que les autres chacals. Et c’est en grondant que tu t’adresses à lui : il t’a rendu service mais tu ne pardonneras jamais rien pour autant.
- Elle est où et qu’est-ce qui l’amène ici bordel ?
Y a tous les regards tournés vers vous et cette impudeur de la curiosité : tu t’en fiches de mettre Yasha en avant devant ses collègues. Il n’avait qu’à pas être flic, ça t’aurait épargné bien des déconvenues.  





....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Dim 4 Nov - 17:31
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


« Qui t'a laissé rentrer ? » Relativement à jour dans tes rapports – il y en avait bien un qui traînait dans un coin depuis quelques jours mais personne ne te l'avait encore rappelé plus de trois fois – tu t'étais étalé, les jambes devant toi, à observer avec un air dubitatif un épisode d'une série sur ton téléphone. Ton talkie crachotait de temps en temps mais tu ignorais tout ce que l'officier de service au standard ne te rappelait pas personnellement. Tout en verrouillant l'écran de ton téléphone que tu glissais dans la poche arrière de ton pantalon tu époussetais les restes de ton dîner qui traînait sur ta chemise. Un sourire – trop – large offert au rital, tu lui indiques la chaise se trouvant devant ton bureau. « Assieds toi chéri, tu fais une scène, ça va foutre la honte à bambi. » La casquette d'uniforme enfoncée jusqu'aux oreilles pour faire plaisir aux supérieurs – et rappeler à tes subalternes qu'elle était de mise en ce moment, dès qu'ils entraient en service – tu la relevais du pouce en offrant un clin d’œil à Ario.

« J'peux vous aider m'sieur Bartolotti ? V'savez v'z'auriez probablement mieux renseigné à l'accueil. » Les pouces enfoncés dans la ceinture de ton uniforme que tu redressais en cliquetant, quelques regards curieux et peu amènes tournés vers toi, tu observais le mastodonte qui te faisait face. Tu n'étais ni petit, ni frêle, mais les Barto' avaient cette carrure et ce visage qui ne donnait pas envie de trop les titiller. Les plus anciens qui s'étaient retournés pour voir la marche furieuse d'Ario vers toi vous observaient avec un sourire goguenard, personne n'oubliait vraiment qui avait fait tomber les gros poissons et votre échange allait probablement faire les discussions de patrouille ou de la machine à café de la soirée. « C't'une pour contravention ? Vous avez perdu qu'chose ? Délit d'fuite ? »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Dim 4 Nov - 21:31
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Il chuchote, apparemment décidé à ce que les autres ne l’entendent pas, avant de se mettre à éructer dans un langage haché, mixture désagréable d’accent des banlieues et diction des petits caïds ridicules. Il se fout de ta gueule, les autres se marrent et toi, tu lui retournes un regard furieux : où se croit-il ? Et à qui croit-il parler exactement ?
T’aurais qu’à lever ton poing et le lui coller sur la tronche pour lui faire comprendre son erreur, mais de toute évidence ça ne servira pas ta fille alors tu sers juste ta main, étourdissant tes phalanges de douleur tout en promettant le pire intérieurement à ce petit flic de merde.
T’as jamais su être patient dès qu’il s’agissait de tes filles : elles sont trop précieuses pour toi, trop importantes dans ta vie pour que tu sois à même de réfléchir correctement quand il est question d’elles. Surtout dans une telle situation : t’as aucune envie d’appeler la Mama pour lui dire que si elle veut voir Ebbe, elle devra se rendre au commissariat. Ça serait au-dessus de tes forces.  
Alors ton index s’oriente vers lui, ta voix gronde et l’énervement monte :
- Arrête de faire le mariole idiot, ou je te jure que tu vas morfler.
Ils n’ont pas pu entendre, seul lui connaît la vérité sous-jacente sous tes menaces. Il te connaît trop bien pour ignorer la tension de tes muscles et la brutalité de ton regard.
- Alors sois je te casse la gueule devant tes petits camarades de récré, soit tu commences à prendre la situation au sérieux.
Et le pire, c’est que tu en étais parfaitement capable.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Dim 4 Nov - 22:22
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Il t'observe et il rage et tout ce que tu fais c'est lui sourire, lui offrir une risette, quelque chose de commercial et de faux. Tes yeux s'étrecissent avec le plaisir qui s'étale sur ton visage. Tu comprends les mots et les sous entendus mais ici c'est ton royaume, comme lui au Moine. Des regards plus insistants sont tournés vers vous depuis qu'il te menace d'un index accusateur. La tension de la pièce augmente avec la rage qui anime les muscles d'Ario. L'accent russe dont tu ne te depares pas – que tu cultives même- reprend le dessus. « Monsieur Bartolotti, je vais vous raccompagner jusqu'à l'accueil où vous serez pris en charge. » Tu extirpes tes doigts de ta ceinture et tu passez une main légère sur le taser accroché à celle ci. Tu contournes ton bureau, toujours tout sourire et d'un geste de la main tu l'invites à te suivre. « Suivez-moi. Ne vous inquiétez pas, votre fille peut faire appel à un avocat. » Tes collègues et subalternes vous observent, une animosité croissante semble se profiler alors que tu te coupes de la maigre protection qu'offre le bureau. « Au boulot les gars, je crois avoir entendu un code deux. » Tu contournes les hommes et les bureaux, sans attendre le mastodonte italien. Ce n'est que lorsque la plupart des hommes sont hors de portée de voix que tu reprends tout bas. « Je te conseille de te calmer, agresser un agent de police, surtout dans un commissariat, ça ne sera pas 2 ans de prison. Et ça ne ferait pas du bien à ta fille. Œil pour œil dent pour dent, c'est ça le dicton, hein ? » Tu glousses, comme si tu venais de raconter une bonne blague. Une patrouilleuse qui passe dans le couloir te lance un regard interrogateur. « Tu n'es certainement pas en position de me menacer et ce n'est dans l'intérêt de personne, chéri. Tout le monde attend que tu fasses un autre faux pas. » Ronron, les doigts coincés dans la ceinture, tu avances d'un pas léger vers les sanitaires, allongeant volontairement le trajet du retour.


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 20:21
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Il n’y a que le fait de savoir que le coller au sol ici t’empêchera de venir aider ta fille qui te retient. T’es qu’une boule de nerf alors que tu l’imagines dans leurs geôles miteuses, au milieu des prostituées et autres décadences issues de la rue qui passent leur temps ici. Ce n’est pas ce que tu veux pour elle et tu t’étais promis qu’elle n’aurait jamais à subir cela dans sa vie : une autre promesse foutue en l’air, et juste pour ça, tu meurs d’envie de frapper quelqu’un.

Cela couplé à l’envie mordante de foutre ton poing sur la figure du russe pour lui casser le sourire niais qu’il affiche depuis ton entrée, c’est beaucoup pour toi : beaucoup trop à retenir, même si tu sais que le bien d’Ebbe est en jeu.
Alors tu le suis, mais plus avec la démarche du prédateur impatient de bouffer sa proie que celle de celui qui se rend à l’évidence et plie devant la volonté des éléments. Toi, tu les défieras jusqu’à ton dernier souffle pour tes filles. Et il doit le savoir parce qu’il t’exhorte à te calmer une fois qu’il a perdu son petit public : comme d’habitude, il joue la carte de l’ironie et de la moquerie, mais tu devines derrière ses airs décontractés qu’il n’a aucune envie de subir une nouvelle fois ta colère. A sa manière, tordue et maladroite, il te protège mais t’es bien trop énervé pour t’en rendre compte.

T’attends d’être assez loin des oreilles indiscrètes pour lui attraper le bras et le retenir, quitte à le plaquer contre le mur du couloir : il est temps qu’il te prenne au sérieux et qu’il comprenne que tu ne joues pas.
Pas cette fois-ci.

Ses visites au Moine étaient de la provocation pure, et tu l’as toujours pris pour ce que c’était : un simple jeu.
Mais là, on parle de ta fille, on parle d’une nuit au poste et ça n’a rien de ludique.
- Pourquoi est-ce qu’elle est ici ? J’déconne pas Stakov et tu le sais : je suis toujours en position de te menacer. Toujours.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 20:41
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Tu sens sa main autour de ton bras et tu siffles pour l'inciter à te lâcher. Comprenant que le brasier de sa colère ne cessait de s'alimenter tout seul – tu l'aidais peut-être un peu – tu tentais de retirer ton bras pour te retrouver finalement contre le mur. Ta mine se renfrogne un instant, tu jauges du regard ses yeux et sa carrure, optant pour une posture non agressive, inutile de rajouter de la violence à celle inhérente aux Bartolotti. « Moi qui pensais que tu réfléchissais avec autre chose que tes couilles. » Tu lui souris à nouveau, ta main libre passant presque affectueusement sur le haut de ton vis à vis, lentement, comme si tu enlevais consciencieusement les plis de ses habits. « Lâche moi, maintenant, avant de n'aller la retrouver en cellule où vous pourrez échanger pendant 50 ans vos petites recettes pour faciliter la vie en prison. Y aura aucune circonstance atténuante pour la fille d'un agresseur de flics, liubov. » L'homme avait de la chance que personne ne soit dans les couloirs, sinon il était probable que la moitié du commissariat aurait été rameutée et que le mastodonte se serait retrouvé au sol avec quelques dards dans le derrière. « Dépêche avant que les monsieur de la sécurité alertent tous mes petits copains. » Ta caresse se fait moins lascive et tu appuies de toute ta main sur son plexus solaire pour le repousser en arrière, les mires étrécies d'un plaisir presque jubilatoire. « Ton bébé va aussi bien qu'il est possible de l'être, ne gâche pas ça parce que t'es aussi con que ton frère. »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 20:50
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



T’aurais voulu lui coller ton poing sur la figure mais il sait trouver les mots pour t’inciter à y renoncer. C’est violent pour toi, tu t’obliges à desserrer ta poigne et t’écarter : le pas est minime mais suffisant pour ne plus alerter personne, et toi t’es encore assez près pour réagir au besoin.
Ce salopard jubile : il a les cartes en main, le pouvoir en ce lieu et sur ta fille. Et ça, c’est déjà trop pour un russe comme lui, il le sait parfaitement et il est incapable de cacher sa joie malsaine. Pour une fois, t’es désavantagé… Du moins, pour la deuxième fois face à lui et tu supportes pas ce rappel sordide du fossé qui vous sépare, encore aujourd’hui. Qui vous séparera toujours.
C’est un flic et une ordure.
T’es une ordure et un italien.
Incompatibilité primaire malgré les ressemblances.
Alors t’abdiques, temporairement : ton regard le dévisages froidement, ta rage explose dans tes prunelles mais ton corps se tient à carreaux.
- Ça te fait plaisir, hein mon salaud ! D’être à nouveau le maître du jeu…
Il l’a toujours plus ou moins été, c’est sans doute ce qui te révolte le plus : il l’a joué trop finement, trop subtilement pour que tu sois en mesure de le contrer correctement. Il avait la loi pour lui, tu n’avais que tes poings… et l’incapacité latente de le buter. Sans ça, il serait déjà refroidi depuis longtemps, mais t’avais toujours eu du mal à buter tes ex… encore plus quand tu avais une dette envers eux.
Tu recules d’un autre pas, décidé à ne pas tout foiré pour Ebbe, et tu essayes de reprendre ta respiration :
- Dis-moi comment la sortir d’ici… Et j’aurai une nouvelle dette envers toi.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 21:06
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Tu ne flanches pas face à la haine qui luit dans les yeux d'Ario Bartolotti. Tu as déjà trop à faire à des gens qui te menacent et te crachent dessus dans la rue pour ployer l'échine face à celui que tu as déjà envoyé en prison. Il faut dire qu'Ario ne t'impressionne plus tant depuis que tu l'as vu au lit. Certains de tes collègues diraient que c'est plutôt ton manque flagrant d'instinct de conservation qui t'empêche de réagir naturellement à l'agressivité d'Ario, car ni ses coups, ni ses menaces, ne semblaient s'imprimer longuement dans ton esprit. « Faut croire que je suis meilleur à ça que toi, Ario. » Tu es velours et miel dans tes paroles, le ronron en fin de phrase arrondissant les derniers mots. Tu lui fais signe de la main de te suivre, reprenant ta route d'une démarche volontairement trop lente, l'obligeant à s'adapter à ton pas pour ne pas te dépasser. Tu tournes la tête vers lui alors qu'il rouvre la bouche. Ça résonne dans ta tête, tu retournes les mots dans ta tête. J'aurai une nouvelle dette envers toi. Une nouvelle putain de dette que tu n'allais certainement pas laisser passer. Ton sourire s'agrandit et tu dévoiles tes dents au rital. « Tu sais parler aux gens quand tu veux, Ario. » Tu lui tapotes la joue, puis tu remontes ta ceinture en riant, ravi. « On doit prendre sa déposition et à moins d'un gros problème, elle sera relâchée et devra rester dans le coin jusqu'à que la mort de son amie soit classée comme un meurtre ou un suicide. » Tu replaces ta casquette d'uniforme, relâchant le poids sur tes oreilles qui semblent se déplier une fois libérées. « Une histoire dramatique. »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 22:22
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Tu détestes l’idée mais t’as pas le choix : c’est Ebbe, c’est ton ange et aussi ridicule soit-il à avouer, elle est celle pour qui tu vendrais ton âme sans hésiter. Alors quitte à faire, autant la céder à lui : tu n’aurais pas vraiment de surprise quand il l’écraserait une nouvelle fois. Tu commençais à connaître la cruauté des russes et ce ne serait qu’un nouveau coup du sort.
Pour Ebbe, tu pouvais bien céder une nouvelle fois à tes démons personnels.

Il en jouit ce salaud, il apprécie la tournure des évènements et toi, tu laisses glisser : ta rage et ta haine exploseront plus tard, quand enfin il sera à la portée de tes crocs. Mais pour l’instant, il reste le maître de ce domaine et toi, t’es pas en position de force. Ce sera l’occasion de découvrir enfin si le dicton était vrai et si la vengeance était un plat qui se mangeait froid : vu ton sang chaud, tu avais rarement eu l’occasion de le vérifier.
Il tapote ta joue, tu laisses faire encore une fois mais tu retiens ton souffle, retenant en même temps ton poing qui déjà se serrait : il joue trop avec sa carte chance, celle-ci pourrait un jour ou l’autre lui glisser entre les doigts. Plus vite qu’il ne le croyait.
Le mot ‘meurtre’ résonna comme le gong : terrible et décisif. Tout ce que tu n’avais jamais voulu pour tes filles : en un instant, tu sentais ta peur la plus profonde et la plus inavouable se cristalliser, prendre forme et gangrener ton cœur. Tu t’arrêtes soudainement en plein milieu du couloir, figé par ses mots, transpercé par l’effroi.
T’as peut-être pâli, t’avoues peut-être inconsciemment la trouille qui te paralyse mais tes mots résonnent clairement dans le couloir :
- Elle est suspecte ?
Il lui suffit d’un ‘oui’ pour que la vie d’Ebbe bascule.
Et rien ne garantit qu’un ‘non’ sauvera sa vie à lui. Pas après les montagnes russes que t’es en train de vivre. Il devrait pourtant savoir qu’on ne joue jamais avec un italien furieux : on l’évite, point barre.
Mais Stakov n’a jamais vraiment compris les règles du jeu.







....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 22:36
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Tu t'arrêtes quelques mètres plus loin et tu te retournes, arquant un sourcil interrogateur. Tu le connais suffisamment pour remarquer qu'il est troublé, qu'il est mal, qu'il n'est pas dans son état normal. Un instant tu te demandes où se trouve sa rage. S'est-elle tapie pour ne ressurgir que plus brutalement si tu te risquais à approcher trop près ? Tu observes en silence le visage, les traces d'inquiétude qui font écho avec celles que tu peux ressentir pour ton propre fils. Ario est un père aussi et tu comprends ses angoisses. Tu enfonces tes pouces dans ta ceinture et tu calmes le sourire, tu as du mal mais le peu d'empathie que tu parviens à produire finit par le cacher sous un voile de professionnalisme. « Elle était sur les lieux lorsque c'est arrivé. On ne sait pas si c'est un suicide ou un meurtre, pour l'instant elle est présumée innocente. Une fois les analyses et les dépositions faites et surtout une fois qu'on y verra plus clair, elle sera libérée ou poursuivie. » Tu roules des épaules et tu fais un signe de tête vers l'entrée. « Il va falloir que t'attendes qu'ils l'aient interrogée, ça d'vrait pas êt'long, ok ? »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 22:49
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Libérée ou poursuivie.
Elle est italienne, elle s’appelle Bartolotti, elle porte les préjugés de toute une famille honnée, moquée, méprisée. S’ils cherchent un coupable, elle sera la première sur la liste. Et ça, tu n’en est que trop conscient.
La peur s’intensifie, gagne en volume, écrasant ton cœur et tes facultés de jugement. Tu sais qu’il lui faut un avocat, une armée d’avocats même, que tu dois prévenir ta mère, ton frangin, sa mère… Athéna qui a toujours fui les responsabilités et les ennuis : fuira-t-elle de nouveau en apprenant les dangers que courait sa fille ? Ou comprendrait-elle enfin son rôle à elle, entre toutes les femmes, pour devenir la mère qu’elle aurait dû être ?
Bon sang, Ebbe… Encore, de la part de Giulia, il fallait s’y attendre, mais pas de la part de sa jumelle qui incarnait une perfection un brin désuète chez les Bartolotti.
Tu as merdé. Quelque part, inévitablement, tu as merdé pour qu’elle en arrive là. Et que tu sois devant ce con qui ne savait pas t’aider, à devoir l’écouter encore une fois te confirmer que tu es impuissant pour l’instant.
- Ca va, j’ai compris !
Attendre. Comme si c’était facile.
La rage revient, alliée fidèle et loyale : elle ne t’a jamais laissé tomber, tu sais comment l’utiliser pour pallier à tes émotions bien trop brutes, bien trop sauvages.
- J’vais l’attendre mais tu vas me rendre un service et t’as pas le choix Stakov. Si ma fille a des emmerdes, je m’arrangerai pour que Daniil en ait. Tu me connais, je parle sérieusement.
Le plus sérieusement du monde. En temps normal, tu toucherais pas à sa progéniture, mais là il s’agit d’Ebbe et pour ça, tu vas sortir les crocs pour de bon. Ta voix se fait plus basse, plus sèche aussi alors que tu plonges ton regard dans le sien, décidé à lui montrer que tu ne flancheras pas.
- Tu me dégotes le dossier complet et tu viens m’en apporter une copie. Je veux tout savoir. Tout ce que vous avez. Et tu pourras considérer que je serai à jamais ton débiteur.
La parole d’un italien valait ce qu’elle valait, mais dans ton monde, la tienne faisait office de loi.
- Tu me rends ce service et… je te rendrais tous ceux que tu voudras.








....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 23:11
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Toute la compassion que tu aurais pu avoir pour Ario s'évanouit lorsqu'il ouvre la bouche et exige et menace. Tu arques un sourcil et tu lui offres un sourire moqueur, haussant les épaules en secouant la tête. « Je ne crois pas que menacer ma famille soit une bonne idée quand la tienne est basiquement à la merci de la moindre de mes contrariétés. » Ce n'était pas vrai, mais tu pourrais sans peine graisser quelques pattes pour qu'elle soit mise dans une cellule en commun, transférée, inculpée. Il n'était même pas sûr que tu doives tant insister pour que cela se produise. « T'es qu'un gros con, Ario, c'est ce qui t'a perdu la première fois. T'apprends rien, hein ? » T'écartes les mains en riant. « On te fait marcher et toi tu cours, tu attaques, tu comprends pas quand tu dois la fermer, hein ? J'crois avoir fait preuve d'assez bonne volonté jusqu'ici, non ? » Trois de tes collègues passent, vous observant, attendant quelque chose. Ils étaient venus voir comment ça se passait, leur rythme se mit à ralentir alors qu'ils arrivaient à votre niveau. « Un problème ? »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 23:26
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Tu lui offres la caverne d’Ali Baba, une promesse tellement énorme que certains se damneraient pour être à jamais tes créanciers.
Mais pas lui. Ce con de russe ne retient qu’une chose : que t’as menacé sa famille. Et que tu n’es qu’un con. Ca fait certes deux choses, mais la deuxième semblait tellement évidente que tu te demandes pourquoi il tenait tant à la souligner.
Vous n’êtes que deux cons incroyablement maladroits dans un magasin de porcelaine que vous prenez un malin plaisir à détruire à chaque revirement de situation. A chaque rencontre. A chaque regard échangé.
Deux cons qui n’en peuvent plus de se provoquer dans l’espoir de faire enrager l’autre. Yasha excelle à ce jeu mais sans toi comme public, sa petite comédie aurait depuis longtemps viré au pathétique.

Vous venez tous les deux de marquer des points : toi en menaçant Daniil, lui en se croyant en position de force.
Tu restes de marbre quand ses collègues se pointent : ton regard se contente seul de le fusiller en silence, avec l’espoir vain qu’il comprendra qu’il vient de te déclarer la guerre. Mais c’est probablement ce qu’il cherchait… ou ce que tu voulais. Tu ne sais plus trop, tout s’embrouille dans ton esprit, mais peut-être qu’il a raison… Que tu es vraiment con, parce que t’arrives pas à la fermer en sa présence.
Même si tu sais qu’il est redoutable quand il s’agit de te répondre. Toi, tu t’enfonces toujours plus loin. Juste avec lui.
Et ce n’est pas bon.

Tu tournes brusquement les talons, le dépasse, ignorant ses collègues, et te fraye un passage jusqu’à la sortie. Les regards curieux glissent sur toi mais tu es bien trop concentré sur ta rage froide pour les remarquer. Pour avoir seulement envie de les prendre en compte.
T’es pas sitôt sorti que ta main sort ton paquet de cigarettes pour t’en griller une, avant d’attraper ton téléphone. SMS : faut que tu les préviennes. Il faut que tu relâches la pression en la partageant.
Il faut que tu penses à autre chose qu’à ce désir fou et vain de clouer une bonne fois pour toutes le clapet du Russe.
Yasha l’emportera toujours sur toi, quelles que soient tes armes.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Mer 28 Nov - 23:40
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


Il n'explose pas comme tu t'y attendais. Tu ne sais pas si ce sont les mots qui ont fait mouche, la présence de tes collègues ou si quelque chose a définitivement pété dans l'esprit étriqué de l'italien mais il se casse sans faire d'esclandre. Tes collègues se mettent à ricaner, ils commentent, te mettent une tape sur l'épaule et si tu souris, tu finis cependant par leur rappeler qu'il est temps d'aller bosser, la victoire a un goût amer d'échec. Tu ne les suis pas et tu empruntes les escaliers. Des gars de l'accueil t'indiquent d'un signe de tête l'entrée en arquant un sourcil. Tu hausses les épaules en souriant pour toute réponse, la risette atteint à peine les yeux, puis tu te mets à rire. « J'reviens les gars. » Tu tapotes ton talkie pour indiquer que tu restais joignable et tu fais un signe de main vers un officier qui t'indique un tas de papiers sur le comptoir. Plus tard, plus tard, tu avais un italien dont il fallait tapoter l'épaule. « Passe m'en une. » Tu tends la main vers lui, ignorant son téléphone sur lequel il pianote frénétiquement. Tu soulèves ta casquette et tes yeux s’étrécissent tandis que tu lèves la tête vers le ciel. « Ca va mieux ou bien ? Un jour t'vas nous faire un anévrisme, Ario. »


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Jeu 29 Nov - 19:07
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Tes doigts pianotent furieusement et tu l’ignores quand il se repointe, essayant la tentative maladroite de te tapoter le bras comme si vous étiez de vieux amis.
De vieux ennemis aux rancunes tenaces et à la connerie légendaire, d’accord. Rien d’autre.
Mais ta main se tend instinctivement pour lui donner ce qu’il réclame. Parce que c’est Yasha, que sa voix a toujours ce pouvoir étrange sur toi et que tu sais qu’il ne te foutra pas la paix tant qu’il n’aura pas eu sa cigarette. C’est bien peu de choses pour avoir la paix, tu abdiques en silence. Toujours penché vers ton téléphone pour ne pas raviver la colère, déjà bien trop sensible. Elle danse au fond de toi, fait des tourbillons dans ton estomac et s’accouple avec une peur encore plus dangereuse et violente. Elles vont créer un monstre à elles deux.
Sa remarque coule sur toi comme l’eau sur un imperméable : t’en a rien à foutre et il doit s’en douter, parce qu’il a l’art et la manière de ne parler que pour lui-même. Et pourtant tu réponds, comme un con. Parce qu’il ne semble pas comprendre cette fois-ci….
- C’est ma gosse.
Ca suffit à tout résumer.
Quelques minutes de silence pour tempérer la tension entre vous, et tu finis par ranger ton portable dans ta poche : ta main revient automatiquement à ta cigarette et tu souffles ta fumée dans l’air froid de l’extérieur.
- Je veux ce dossier Yasha.
Tu dois l’aider mais ta voix a perdu de sa violence et de son arrogance de macho italien. Tu supplies pas mais t’acceptes de mettre un frein à ton emportement pour espérer parvenir à tes fins. Seul cela compte après tout.
- Je viendrais le chercher chez toi ce soir. Démerdes-toi comme tu veux.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Jeu 29 Nov - 19:24
En ligne
avatar
Yasha Stakov
Ni Starsky, ni Hutch

posts : 258
points : 750
feat : Thure Lindhardt
crédits : frey + bat'phanie (sign.)
logement : The Old Lady #704


« C'est ma gosse. » Tu n'aimes pas discuter de tout ça devant le commissariat. Il y a toujours des rookies un peu trop zélés qui cherchent à trop bien faire, qui rapportent leurs questions à des supérieurs, parfois toi, parfois au dessus, des fois directement aux services internes. Parce que ça leur semble juste. Parce qu'il ne faut pas salir la police. Tu as envie de leur dire que dans le Bronx, c'est clairement pas le moment de se tirer mutuellement dans les pattes, mais ce serait comme prêcher à la mauvaise porte. « Pour ça qu't'as été prévenu. » La clope entre tes dents, tu la fais passer à droite et à gauche au fur et à mesure que tu relâches les volutes vaporeuses. Tu ne peux empêcher un rire de se former et d'éclater lorsqu'il réclame à nouveau ce dossier, qu'il se fait proactif. « Non et non. Personne n'aura fini d'écrire quoi que ce soit ce soir et je veux pas te voir chez moi. Attends sagement qu'elle sorte et occupe toi de ton bébé. » Tu notes que sa voix s'est fait plus douce, que l'intonation est moins brutale, mais tu mets ça sur des trésors de diplomatie retrouvées, qui cachent sous un vernis luisant une rage difficilement contenue. Le voir arriver chez toi ? Le voir là où Daniil se trouve ? Pas question, surtout pas quand l'homme avait des choses à te reprocher. Tu tapotes sur le cul de la cigarette pour faire tomber ce qui reste de cendres, consumant jusqu'au bout en aspirant une dernière fois.


NYPD at its best
People are intimidated by a man who acts with no regard for consequences. Behave as if you cannot be touched ▬ and no one will dare to touch you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t186-yasha-stakov-thure-lindhar
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   Dim 2 Déc - 20:03
avatar
Ario Bartolotti

posts : 491
points : 606
feat : Tom Hardy
crédits : Vainglorious
Âge : 35
logement : #602, Homewrecker



Toutes ses excuses bidons, tu t’en branles.
Tu auras ce dossier, quitte à obliger le russe à bouger en lui faisant remonter son slip jusqu’aux oreilles ! C’est pas une question à prendre à la légère, c’est d’Ebbe dont il s’agit et si jamais elle est accusée de meurtre…. Si la mama apprend ça… Si Athéna débarque te réclamer des comptes…
Si c’est à ton tour d’aller voir ta fille au parloir, en situation inversée.
Non. Non non non non, ça, c’est non-négociable !
Alors tant pis, le russe en prendra plein la tronche, mais tu feras sortir ta fille d’ici au plus vite. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à pas endosser l’uniforme. Au bout d’un moment, faut assumer ses choix.
Alors tu l’écoutes même pas, tu sais qu’il va te sortir le couplet du « je veux pas que mon fils adoré te voit, ça le traumatiserait » mais tu sais déjà qu’en vivant chez le russe, et avec Jill comme génitrice, le gosse est perturbé à vie. S’il le faut, tu lui paieras les séances chez le psy, t’es plus à ça près.
- T’as pas l’choix Stakov.
C’est autant une promesse qu’une menace.
Tu finis brusquement ta cigarette, recrachant rapidement la fumée comme pour effacer ce que tu viens de dire, et tu la jettes au sol pour l’écraser.
Ce soir, tu seras chez lui. T’as qu’à relever le regard sur lui pour qu’il comprenne : s’il n’est pas aussi con que tu le crois, il la fermera et comprendra que là, t’as pas envie de négocier. T’as juste la trouille.
Et ça t’énerve encore plus qu’il daigne enfin se montrer un tant soit peu plus civilisé – plus humain – que parce qu’il ne veut pas de toi chez lui. Il ne perd rien pour attendre.

Pas un mot de plus, tu tournes les talons, retournant à l’intérieur pour aller attendre Ebbe. Y a pas besoin d’autre discours, t’as promis. Tu viendras.






....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Don't hurt my daughter - Yasha/Ario   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Produits Carols Daughter pour tous les types de cheveux
» Les produits "Carol's Daughter"
» Happy birthday to my lovely daughter
» (F/LIBRE) EMILIA CLARKE ›› hurt myself again today.
» □ share too much and someone can hurt you.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: