Partagez | 

 Business talks - Hermès/Joan

MessageSujet : Business talks - Hermès/Joan   Sam 27 Oct - 15:55
avatar
Joan Carter
posts : 83
points : 103
feat : Shannyn Sossamon
crédits : Lellia
Âge : 29
logement : #701, Old Lady


Business talks27/10 - 20h12 - @Hermès Bartolotti
Il y avait l’univers, et il y avait Joan. L’un comme l’autre avaient des emplois du temps variables et la plupart du temps incompatibles : mais Joan ayant davantage de ténacité, elle l’emportait toujours sur le reste du monde.
C’est pourquoi elle se tenait à cet instant précis devant la petite porte arrière du Moine, à tambouriner avec force contre le métal pour se faire entendre du propriétaire des lieux. Concession ultime, elle l’avait prévenu qu’elle viendrait, ce qui était rarement le cas : d’habitude, elle se contentait de passer en se fichant éperdument de savoir si elle trouverait l’oiseau dans le nid. Qu’il y soit ou pas ne changeait pratiquement pas ses plans mais concernant Hermès Bartolotti, elle préférait quand même envoyer un petit sms avant de pénétrer dans son antre sacrée.
De une, parce qu’il s’agissait d’un Bartolotti, et qu’on ne savait jamais si on ne connaissait pas la personne qu’ils étaient probablement en train de torturer.
De deux, parce que c’était Hermès et qu’elle adorait l’emmerder par sms. Il avait de la répartie le blondinet et elle aimait ça. Recevoir un sms à 4h du matin et y répondre ne semblait jamais le gêner, malgré toutes les tentatives de Joan pour le faire un petit peu enrager… Juste ce qu’il fallait pour rendre leur rencontre mouvementée, telle qu’elle les aimait.
La porte résistait vaillamment à ses assauts et elle commençait à marmonner à propos d’un chalumeau dont elle devrait s’équiper avant de venir chez les Bartolotti, quand enfin elle pivota sur ses gonds et révéla le blondinet. Joan lui décocha un grand sourire ravi, oubliant ses griefs :

- T’as une tête à faire peur. Sérieux, les cabines de bronzage, tu connais pas ?
Elle s’engouffra sans gêne sur le côté laissé libre malgré l’imposante carrure du Bartolotti, le bousculant légèrement au passage comme pour le mettre au défi de la virer de là. Et une fois à l’intérieur du château-fort, elle jeta un coup d’œil rapide sur l’ensemble de la pièce, cherchant visiblement quelque chose. Une main sur la hanche et l’autre dans la poche, elle claqua la langue contre son palais, arborant une mine presque dépitée :

- T’as un problème mec, c’est trop propre chez toi.


Beaucoup trop selon ses critères, de toute évidence. On ne faisait son nid que dans le bordel le plus complet, c’était ainsi qu’elle avait aménagé son propre appart. Elle prit une inspiration presque méprisante, renifla et tourna enfin la tête vers l’occupant des lieux : après tout, elle n’était pas venue commenter ses goûts en matière de décoration. Elle aurait pu continuer, certes, juste histoire de l’emmerder, mais elle avait quand même certaines priorités dans la vie. Bosser, par exemple.

- Si tu me fais un café, j’te raconte tout ce que tu veux savoir beau blond. Sans sucre, avec beaucoup de lait. Et si t’as pas de lait, t’évites de cracher dedans, merci.






    les emmerdes
    EMMERDE[ɑ̃.mɛʁdə] n.f -  Y être jusqu’à la garde. N’avoir plus rien à espérer. C’est un démenti au dicton populaire qui prétend que marcher dans la merde cela porte bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t592-joan-carter-shannyn-sossam
MessageSujet : Re: Business talks - Hermès/Joan   Lun 29 Oct - 0:14
avatar
Hermès Bartolotti
- administrateur -
Poudre aux yeux nez

posts : 827
points : 871
feat : Joel Kinnaman
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 33
logement : The Homewrecker #602 avec Ario et ses deux nièces


Lorsqu’il entend tambouriner à sa porte, avec fracas, il sait qu’il s’agit de Joan. Elle s’est annoncé par SMS et il reconnait aisément son manque de patience face à cette porte métallique, fermée à clés, qui lui bloque le passage. Un soupir s’échappe des lèvres de l’italien, qui observe l’heure sur son téléphone, avant de se redresser, chemise claire dont les manches sont retroussées, tandis qu’il classait des médocs, avant de se diriger lentement vers la fameuse porte de service. Malgré tout, une part de lui apprécie Joan et son comportement peu conventionnel. Elle ne ressemble à aucune nana qu’il peut connaitre. Moins féminine, un peu plus garçon manqué, un peu plus vulgaire ou emporté. Pourtant, dieu sait qu’il aime sa répartie, lorsque les deux s’amusent à se lancer dans une joute par texto, à une heure totalement improbable. Mais reconnaître qu’il peut réellement apprécier un aspect d’elle est une autre histoire. Sa fierté machiste passant au dessus. Surtout face à une femme s’en foutant de tout et de tout le monde. Indépendante à outrance.

Lui ouvrant enfin, elle s’immisce allègrement dans son antre, le poussant légèrement pour passer, alors qu’il fronce les sourcils, refermant à clé derrière elle. « Non, j’connais pas, pas plus que toi les bonnes manières » Lâche t-il, alors qu’il la suit dans le mini couloir menant à son espace, à son sous-sol, bien plus vaste. Rangé, trié, nettoyé, de fond en comble, c’est d’ailleurs ce qu’elle lui fait remarquer, une nouvelle fois. Haussement d’épaules de l’italien, accompagné d’un léger sourire en coin. « Que veux tu, j’suis maniaque » Lâche t-il, reconnaissant ce qui est une évidence. « Puis j’vais pas soigner des mecs dans la crasse, c'est pas génial » Relance t-il en s’avançant de nouveau vers son établi ou trône plusieurs boites dans lesquelles il est en train de faire le tri. Récupérant son téléphone, qu’il fourre machinalement dans sa poche, il observe Joan regarder autour de lui, avant de faire volte face pour poser son regard dans le sien. Un léger rire nerveux lui échappe. « Tu m’as pris pour ton boy ou quoi ? » Demande t-il, presque outré, fronçant légèrement les sourcils, avant d’écarter un peu les bras, pour souligner l’incompréhension. « Puis depuis quand tu bois du café à cette heure-ci ? T’es déja suffisamment excitée comme ça de manière générale, j’tiens encore à mes nerfs » Parce que supporter Joan est souvent une épreuve à part entière, tant elle peut être singulière. Mais c’est certainement ce qu’il apprécie aussi chez elle, dans le fond. Ça et ses connexions, le fait qu’elle est capable de le trouver n’importe qui pour n’importe quoi. Il s’est toujours demandé quel est son secret à ce propos, d’ailleurs, mais n’a jamais mené sa réflexion très loin.



I will come running when you call my name
Even a broken heart can beat again
Forget about the one who caused you pain
I swear I'll love you in a different way
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t61-hermes-bartolotti-joel-kinn
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joan orf Arc's Victory (TPS)
» THE BUSINESS SHOP
» Joan of Arc Time of Legends
» Wizard wants your money, again
» Nouveautés de Turning Point Simulations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: La route Eastchester :: Le Moine-
Sauter vers: