Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 whiskey lullaby (judy)

MessageSujet : whiskey lullaby (judy)   Mer 17 Oct - 16:14
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Rio est conscient qu’il n’aurait peut-être pas dû prendre le volant alors qu’il a plus d’alcool que de globules dans le sang mais il était pas vraiment chaud à l’idée de s’en remettre à un taxi et d’abandonner son carrosse à la merci de tous les petits cons du coin qui se feraient un malin plaisir de la laisser sur les essieux pour lui voler ses roues pendant la nuit. Alors, il en a profité que Judy soit dans un état trop second pour avoir l’audace de protester et refuser de monter dans sa poubelle ambulante pour faire galoper les chevaux du moteur comme si la route leur appartenait. Il a manqué de les tuer un nombre incalculable de fois en chemin, violé un peu près tous les textes du code de la route mais ça n’a aucune importance aux yeux de Rio du moment qu’ils soient arrivés à destination indemnes. Lorsqu'il se retourne vers son passager, il comprend que ce dernier ne partage pas forcément sa vision des choses. Il suffit de le voir, blanc comme un linge, pour comprendre que s'il a le coeur au bord des lèvres, ce n'est maintenant plus à cause des effets secondaires de l'alcool. Décidé à ne pas le ménager, Rio lui assène une tape sur l'épaule avec toute l'hilarité du monde. Tu verrais ta tête. Il ne laisse pas le temps à son ami de retrouver ses esprits que déjà, il s'extirpe du véhicule pour foncer comme une balle vers l'immeuble qui les héberge tous les deux.

Dans l’ascenseur du Old Lady, l’habitude lui fait enfoncer le bouton de l’étage de Judy plutôt que le sien. Rio n’est pas franchement désireux de prendre le risque de troubler le sommeil léger de sa tante à une heure aussi tardive. Elle est plus toute jeune mais elle reste suffisamment vigoureuse pour tenir la fratrie Sisters en respect et la dernière chose dont il a envie, c’est que Judy assiste à un de ces soufflets dont elle est encore capable et garde une mauvaise image de leur doyenne juste pour l’avoir importuné au mauvais moment. Ca l’affecte moins de réveiller Tyra parce que ça ne serait qu’un juste retour des choses après toutes les nuits blanches qu’elle a faites endurer à son aîné. S’il rentre à pas feutrés dans l’appartement du xxème, c’est uniquement pour ne pas provoquer les pleurs de son neveu. Ca le dérange pas, quand Judy le ramène au salon et qu’il passe la fin de sa nuit avec eux mais il est pas sûr que ça soit fortement recommandé de laisser un bambin de cet âge sous la surveillance de deux types éméchés à peine lucides de leurs actes, alors il préfère le savoir dans son lit, là où rien ne pourra lui arriver. Pourtant, sans même se retourner vers son ami, Rio est déjà persuadé de le trouver le regard rivé vers la chambre de sa sœur, certainement en train de se demander si la couche de Thomas est propre, ou s’il est bien couvert pour la nuit. Ca le rend malade, le cowboy, de savoir que ça soit à son ami que ces responsabilités incombent alors que ce gosse est même pas de lui et que la seule personne à lui avoir imposé cette vie est soit en train de festoyer soit en train de dormir à poings fermés. Avant que le corps de Judy n’ait pu esquisser le moindre mouvement dans cette direction, Rio l’attrape par le bras pour l'empêcher de faire un pas de plus. Laisse-le dormir, viens. Sans autre forme de procès, le blond l’entraîne avec lui dans la pièce principale où sa carcasse fatiguée s'échoue dans le canapé qui a accueilli pas mal de leurs gueules de bois. Les excès de la soirée se jettent sur ce moment de faiblesse pour rappeler à ses muscles à quel point ils sont engourdis,ce qui lui arrache un soupir crispé. Vidé, il attrape un oreiller qui traîne à portée de main pour s’en couvrir le visage. Demain j’arrête. Eternelle litanie qu’il lui sert à un peu près chaque cuite qu’il essuie. Innocent, il finit par tourner la tête vers Judy et lui offrir ses plus beaux yeux quémandeurs. On s’en fait un petit dernier ? Silencieusement, il défie Judy d’oser lui dire qu’il n’a rien à s’envoyer dans le gosier. Connaissant le goût des deux jeunes qui vivent sous ce toit pour les boissons spiritueuses, Rio n’en avalera pas un seul traître mot.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: whiskey lullaby (judy)   Lun 22 Oct - 19:51
avatar
Judy Riggins
- administrateur -
posts : 104
points : 171
feat : Noah Centineo
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 21


Il s’est accroché à la bagnole avec la furieuse impression qu’ils allaient se foutre dans un mur ou encore dans un bâtiment, tant la conduite, rythmée par l’ivresse de Rio, est hasardeuse. Il a pâli, malgré l’alcool cognant à ses tempes et lui brouillant parfois la vue. Etonnamment, il se sentait grandement lucide, en imaginant aisément qu’ils allaient finir à l’hôpital. Dieu sait qu’Alto aurait pété un câble, s’il l’apprenait, s’il avait dû aller les récupérer à l’hôpital, après un appel des pompiers. Les deux se seraient pris une avoinée monumentale. Pourtant, contre toutes attentes, ils finissent par arriver en vie aux Old Lady, où ils vivent tous les deux. Juste pas ensembles, bien que parfois, Judy se pose la question, vu le rythme auquel ils sortent et où Rio finit par dormir sur le canapé, ou même dans son lit, à côté de lui. Proches. Très proches, depuis bien longtemps. Peut être trop proches, pour les puritains, mais qu’importe. Leur amitié a affronté bien des tornades et des torrents. Bien des tourments. « T’as failli nous tuer putain ! » Beugle t-il en descendant de la voiture, appréciant soudainement l’air frais de la nuit. « J’me demande si j’vais pas gerber à cause de toi, attend » Il réprime un haut le coeur qui finit par passer. Heureusement. « Non c'est bon »

Le trajet dans l’ascenseur est calme, bien plus que les deux énergumènes pénétrant enfin chez Judy, alors que Tyra et Thomas doivent dormir paisiblement à cette heure. Le brun ne peut s’empêcher d’avoir un élan d’inquiétude, restant immobilisé au milieu du salon, alors qu’il fixe la porte de la chambre de sa soeur et son neveu. Il se demande si Thomas va bien, s’il a besoin de quelque chose, s’il doit faire quoi que ce soit. Trop habitué à s’occuper de lui. Trop habitué à être le type responsable. L’adulte qu’il n’est pourtant pas encore. Mais Rio le sort de ses réflexions en lui disant de venir, de le suivre. « Oué désolé, c’est plus fort que moi » Prétexte t-il en fronçant les sourcils alors qu’il suit son ami pour se laisser choir à ses côtés, sur le canapé dans un soupir de satisfaction. Un gloussement lui échappe alors qu’il tourne la tête vers Rio qui se cache dans un oreiller qui traîne là, servant à être à l’aise devant la télévision. « Tu dis toujours ça » Déclare t-il, le rire dans la voix. « Sauf qu’on finit pété de nouveau, quelques jours plus tard » Glousse t-il de nouveau, nerveusement, parce que les deux sont incorrigibles. Ce genre de soirée est leur échappatoire, aussi bien à l’un qu’à l’autre. Une façon de se vider la tête, de souffler loin de leurs vies et de leurs responsabilités. D’être juste deux idiots, deux ados.

« Aller ! » Lâche Judy avec entrain, alors que Rio demande un dernier. Pour sur que s’il était raisonné, il dirait non, il irait se coucher. Mais au diable les bons principes et l’autorité, il a juste envie de se lâcher. Alors il se lève, s’approche d’un petit meuble en bois où trône quelques babioles et un vieux tourne disque. La réserve à alcool. Il s’accroupi devant, fouine, jusqu’à trouver un vieux whisky à la bouteille poussiéreuse. Pas de la grande qualité, mais une bouteille oubliée là depuis quelques temps. Il retourne alors vers le canapé, s’y laisse de nouveau tomber. « Bon j’ai la flemme d’aller chercher des verres, mais j’pense que tu t’en fous autant que moi ? » Demande t-il en haussant un sourcil, connaissant d’avance la réponse. Débouchonnant la bouteille, il s’en envoi une gorgée avant de grimacer. « Oh la vache ! » Il tousse légèrement, le liquide brulant sa gorge. « J’crois qu’il a tourné c’est pas possible » Un sourire amusé se dessine sur son visage alors qu’il se remet de ses émotions avant de tendre la bouteille à Rio, qui semble curieux de gouter ce breuvage.  


I see you layin' there with me like my missing puzzle piece
Dreaming of what we could be, we couldn't make you up
Did you follow your, follow your fire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t546-judicael-riggins-noah-cent
MessageSujet : Re: whiskey lullaby (judy)   Lun 29 Oct - 13:41
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Avachi dans le canapé, Rio se retrouve instantanément apaisé, comme à chaque fois qu’il se retrouve entre les murs de l’appartement des Riggins. Ses frères l’ont longtemps soupçonné d’investir les lieux uniquement parce qu’il avait des vues sur Tyra. Il a toujours laissé planer le doute, histoire qu’on lui foute la paix une bonne fois pour toutes avec ses lacunes relationnelles mais la vérité c’est qu’il apprécie simplement cette sérénité qu’il ne retrouve nulle part ailleurs. Puis la compagnie de Judy, aussi. Judy sur qui il n’aurait probablement rien misé avant cette fameuse retenue qui les avait mis sur le chemin l’un de l’autre et qu’il considère désormais comme un membre à part entière de sa famille, à un tel point qu’il a sérieusement songé à demander à Alto si ça serait pas une bonne idée de lui offrir son propre chapeau, marque de fabrique des Sisters.  L’hilarité de son ami face à ses résolutions éphémères est contagieuse et ne tarde pas à s’emparer de lui. Tu me traites de menteur, c’est ça ? Ce qu'il trouve osé de sa part d'ailleurs, sachant que le brun est aussi intenable que lui face à la gnôle. Amusé, il se laisse aller un peu plus confortablement au milieu des coussins avant d’enchaîner. Tu veux savoir notre plus gros problème ? C’est qu’on est trop respectueux. On va quand même pas refuser les verres qu’on nous offre, ça se fait pas. Et Dieu seul sait que les tournées qu’on leur offre pendant leur service ont triplé depuis que Judy a rejoint les rangs.  Absolument chaque client avait mis un point d’honneur à honorer personnellement le baptême du whisky de leur nouvelle recrue. Multiplié par la vingtaine de consommateurs réguliers, il y avait largement de quoi être ivre du soir au matin.

Détendu, Rio observe Judy s’affaire pour leur ramener de quoi trinquer à rien d’autre qu’à leur ivresse. La perplexité ne tarde pas à le gagner lorsque le plus jeune leur dégote une bouteille si poussiéreuse qu’il est impossible d’en décrypter l’étiquette. Le cowboy est loin d’être difficile quand ça en vient à l’alcool mais ça l’empêche pas de se demander ce qu’il est sur le point de s’envoyer dans le gosier quand même. Un rire moqueur émane de ses lèvres alors que Jude grimace, peinant à dissimuler la surprise que suscite chez lui le goût plus corsé que prévu.  Sans se laisser troubler, Rio attrape la bouteille que lui tend son ami pour en descendre une gorgée à son tour, puis une autre, juste de quoi bien faire le tour des arômes que dégage la boisson. C’est de l’alcool ça ? Moquerie bon enfant qui lui échappe malgré lui. C’est une secret pour personne que le whisky et les frères Sisters, c’est une relation qui dure depuis le biberon.

Dans un soupir de soulagement, Rio finit par croiser ses jambes sur la table basse alors que son regard s’arrête sur un cadre renfermant une photo de Judy avec son équipe de basket. C’est qu’il a tendance à oublier, le bougre, que la vie de Riggins ne se limite pas au saloon et qu’à l’origine, il n’est pas là par vocation comme eux tous mais bien parce que ça lui permet de joindre les deux bouts.  Avec le raffinement de l’ivrogne fini qui s’apprête à se lancer dans une conversation sérieuse, sa main se pose sur le genou de son ami alors qu’il réfléchit à ses mots. Elle a de la chance que tu sois là pour l’aider à assumer ses conneries. Rio mieux que quiconque connaît l’importance que peut prendre un oncle dans la vie d’un gosse et il est certain que Thomas le remerciera plus tard pour tout ce qu’il a fait et sacrifié pour eux. Faudra que je pense à la remercier de son inconscience un jour, d’ailleurs. C’est un peu à elle qu’on doit ta présence au saloon. Parce qu’il a bien conscience, Rio, que personne n’accepterait de bosser dans un nid à embrouilles pareil sans y être obligé par les circonstances de la vie. Je sais même pas comment on se débrouillait sans toi sérieux mais une chose est sûre, c’est que je devais sacrément me faire chier. Il se rappelle de ces longues après-midi à regarder les aiguilles du pendule qui semblait avancer à reculons, ce qui n’était plus arrivé une seule fois depuis que Judy était là pour le divertir jusqu'à lui faire oublier qu'il se trouvait au boulot, parfois.  



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: whiskey lullaby (judy)   Lun 12 Nov - 16:31
avatar
Judy Riggins
- administrateur -
posts : 104
points : 171
feat : Noah Centineo
crédits : moi même (ava + sign)
Âge : 21


Judicaël ne peut s’empêcher de rire lorsque Rio s’indigne et prétexte qu’ils ne peuvent pas refuser un verre. « Oué, on est trop gentils » C’est souvent ce qu’on lui dit, mais dans un autre contexte. Tranchant avec le cliché mauvais garçons des sportifs. Lui, en est bien loin. Bien trop serviable, respectueux, poli. Un concentré d’une bonne éducation qu’on ne sait pas trop d’où elle vient, tant sa mère était un cas et que sa soeur n’a pas été épargné par ce sale caractère. Judy semble souvent venu d’une autre planète, loin de ceux qu’ils côtoient en temps normal, en commençant par les frères de Rio, hormis Alto, qui le mentor et lui a apprit bien des choses.

S’affalant dans le canapé, avant de gouter le précieux breuvage de derrière les fagots, son exclamation dû au mauvais gout de cet alcool infâme, ne semble pourtant pas déranger Rio qui boit ça comme une petite eau tout ce qu’il y a de plus claire. Judy ne peut s’empêcher de glousser en le voyant faire. « J’sais pas comment tu fais sérieux » Lâche t-il simplement, alors que lui se remet encore de la gorgée qu’il vient d’absorber et qui ne va probablement pas aider son taux d’alcoolémie déjà bien haut.
Calant sa tête en arrière, appuyée contre le dossier du canapé, Judicaël fixe le plafond alors que son ami s’exprime, venant poser une main sur son genou. Un contact qui le re connecte avec la réalité, alors qu’il tourne la tête vers le cowboy à ses côtés. Un léger sourire se dessine au coin de ses lèvres. « T’as pas fini de me draguer ? J’vais tomber sous ton charme, après » Lâche t-il en rigolant, avant de redresser la tête pour venir se caler un peu plus contre Rio. Il le taquine, simplement parce qu’il ne sait pas réellement comment réagir face à ses mots, à tout ce qu’ils font naître en lui. Lui non plus ne sait pas comment il ferait sans le plus jeune cowboy ou encore sans ses frères qui lui ont offert une place au saloon, alors qu’il n’avait rien et manquait cruellement d’argent. Là-bas, malgré les déboires, malgré quelques situations incongrues ou gênantes, Judy se sent chez lui, presque en famille. Il n’a pas l’allure du cowboy, pas plus que l’apparence, mais n’en demeure pas moins attaché à eux.

Tout contre son ami, qui a toujours sa main sur son genou, Judy cale sa tête contre son épaule, alors que sa main se pose sur celle de Rio. L’alcool désinhibe toute sa personne, le rend bien plus tactile, bien plus enclin à ce genre de rapprochement, qu’en temps normal, où il en vient souvent  a être gêné. « Moi aussi j’me ferai chier sans toi, t’imagine même pas » Lâche t-il à son tour, puisque l’ambiance semble être aux confessions. Il le pense réellement, même si l’alcool parle un peu pour lui. Une ivresse qui le pousse également à la vérité, sans filtre, sans faille. Il redresse alors le visage vers Rio. Il est proche, beaucoup trop proche, alors que ses yeux ébènes se perdent dans ceux trop clairs et enivrants du cowboy. Il ne sait pas lui même ce qu'il se passe dans sa tête, ce qui le pousse à agir sous une impulsion stupide, alors qu’il s’approche un peu plus encore, peut sentir le souffle du plus vieux s’échouer contre ses lèvres.
Il ne sait pas si c’est une forme de désespoir, peut être de solitude, allié à un profond attachement pour celui qui l’a soutenu dans les plus dures épreuves de sa vie, mais Judy fait un geste qu’en temps normal, il n’aurait jamais même imaginé. Ses lèvres viennent se poser sur celles de Rio, il l’embrasse, tendrement. Ça n’a rien d’emporté, ça n’a rien de passionné ou de bestial, c’est juste doux. À l’image d’une promesse, de l’intensité de son attachement pour le cowboy. Aussi délicat qu’idiot, probablement.
Foutu whisky.


I see you layin' there with me like my missing puzzle piece
Dreaming of what we could be, we couldn't make you up
Did you follow your, follow your fire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t546-judicael-riggins-noah-cent
MessageSujet : Re: whiskey lullaby (judy)   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres de Judy Blume
» FILM SUR LA VIE DE JUDY GARLAND
» Judy (Papa longues jambes)
» Irish Normando-Viking whisky.
» Un délicieux Cappuccino...[Bambirony Mae/Judy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: The Old Lady :: Les Appartements-
Sauter vers: