Il est frais notre poisson calendrier de l'avent ! Venez vous y inscrire !

Partagez | 

 man without a star (sam)

MessageSujet : man without a star (sam)   Mar 16 Oct - 2:16
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Y a des soirs comme ça où Rio a juste l’impression que les aiguilles de la vieille pendule tournent à l’envers. Le saloon est si désert qu'il a décidé de renvoyer Judy chez lui, jugeant inutile de le tenir prisonnier plus longtemps alors qu'il avait eu une longue journée. L'atmosphère est si détendue qu'il en vient même à se demander si les vieux ivrognes habitués de la fermeture ne s'étaient pas donner le mot pour jouer aux cartes tranquillement, sans envoyer leurs bouteilles fendre l'air ou hurler à la tricherie et au coup monté. Les bras croisés sur le bar, Rio les observe bluffer en tentant de deviner quelle combinaison va sortir au prochain tour, toujours prêt à intervenir si ça venait à dégénérer. C’est précisément à ce moment là qu’il entend la porte de service de la réserve grincer dans son dos. Ils prennent jamais la peine de la fermer parce qu’ils savent qu’il n’y a aucun imprudent dans ce quartier qui prendrait le risque de se faire descendre pour voler une malheureuse bouteille d’alcool. C’est probablement un de ses frères qui a oublié un truc, ou encore un de ces rats énormes dont ils n’arrivent jamais à se débarrasser complètement, peu importe la quantité de poison déployée, la joie des vieilles fondations en bois. Le fracas d’une bouteille renversée lui confirme bien rapidement qu’il ne s’agit pas d’un des Sisters. Ca se serait forcément accompagné d’un florilège de jurons, sinon.

Absolument pas tracassé à l’idée de se retrouver nez à nez avec un inconscient venu régler ses comptes avec la famille, Rio s’empare du fusil qu’ils gardent toujours accroché sous le comptoir, juste au cas où. Une carabine à plomb, parce que ça limite considérablement les chances de se retrouver avec un cadavre sur les bras et la police sur le dos mais qu’il y a toujours moyen de bien handicaper sa cible malgré tout. Au pire, il ne lui faudra pas plus de quelques secondes pour dégainer son colt si la menace s’avère trop importante. C’est donc le canon brandi devant lui qu’il pousse la porte de l’arrière-salle du bout du pied avant de rabaisser son arme aussitôt. Il adresse rapidement un signe de la main aux loubards derrière lui qui ont interrompu leur partie endiablée, la main déjà à la ceinture et prêts à protéger ses arrières pour leur signaler qu’il s’agit d’une tête connue. Putain de merde, Sam. Il ne lui a pas fallu longtemps pour reconnaître la tignasse ébouriffée et la démarche mal assurée de l’Irlandais familier qui n’en était visiblement pas au coup d’envoi de son ivresse.  T’es maso ou quoi ? La première branlée t’a pas suffi ? C’est que ses aînés n’y avaient pas été de main leste la première et dernière fois que Sam avait décidé de jouer avec leurs nerfs avant de finir en tête de la liste noire de l’établissement. Le genre de déculottée qui te fait clairement passer l'envie de recommencer. Normalement. T’as vraiment de la chance qu’ils sont pas là. C’est l’excuse que Rio se donne pour ne pas le foutre à la porte de suite. De toute façon, il connait assez bien Sam pour savoir qu'il est l’un de ces nuisibles qui trouve toujours un moyen de revenir. Alors, t’as combien de verres d’avance sur moi ? Qu’il balance en sortant deux verres du meuble de la réserve, bien déterminé à ne pas se laisser distancer davantage.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 16 Oct - 14:05
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Le Saloon est une terre où ses occupants l'ont chassé il y a quelques mois de cela après avoir foutu un bordel terrible. Sam était trop saoul mais se souvient de quelques détails comme de cette horrible tête empaillée de biche qu'il avait décroché du mur pour la brandir bien haut en guise de trophée. L'un des Sisters la lui a arraché des mains en lui rappelant que c'est un souvenir familial important pour eux. Il se souvient aussi de quelques verres cassés, de certaines insultes envoyées au cowboy parce qu'il n'était pas vraiment d'humeur à ce qu'on lui coupe l'herbe sous le pied. Jephté était venu le récupérer, l'arcade en sang et la lèvre explosée, sans compter les autres hématomes sur son corps. Au milieu de tous ces mecs en chapeau, Sam est plutôt de la tranche de l'indien, intenable, sauvage, plein d'énergie et de bonne humeur. Les frères n'avaient trouvé que la solution des poings dans la tronche pour le faire taire et pourtant cela ne suffit pas encore lorsqu'il entre par la porte arrière pour rendre visite au seul qui ne le hait pas encore : Rio.

Rio avec qui il picole à l'oeil dans la ruelle arrière pendant ses pauses et qu'il vient voir régulièrement avant de repartir sans faire de vague. Sauf qu'aujourd'hui, Maël est déjà saoul et d'humeur festive. Quand le Sisters l'accueille avec une carabine, l'Irlandais lève les mains pour montrer sa bonne foi. Woow, ça va pas ou quoi ?! Accompagné d'un sourire qui veut la paix, tellement chaleureux qu'on ne pourrait rien lui refuser, même pas une soirée au Saloon où il est formellement interdit de le faire rentrer. Sam n'est pas stressé de savoir qu'on l'a menacé dans ses lieux et rejoint Rio derrière le bar. La première quoi ? T'as dit un truc ? J'ai pas entendu. Taquin, Sam prend appui contre le plan de travail tandis que le cowboy s'apprête à leur servir un verre. J'étais au champagne. Dans une de ses soirées à la con où il termine toujours par se faire chier. L'alcool que va lui offrir Rio est de loin bien meilleur que toutes ces merdes que les bourges s'envoient pour se donner des airs supérieurs. Lui aime ce qui fait mal à la gorge et au bide, il aime lorsque ça lui retourne les tripes jusqu'au petit matin. Le regard pétillant, Maël admire les mouvements de Rio. Vêtu de sa chemise à carreaux, il inspire. Je suis venu parce que ma chemise me faisait penser à toi. A eux, au Saloon mais il se dit que la notion du 'toi' est plus personnelle, plus aguicheuse. Le regard planté dans celui du plus jeune Sisters est insistant, limite envoûtant. Et tandis qu'il se calme un peu, la chanson de Dolly Parton se met à tourner dans la pièce ce qui lui donne un regain d'énergie. Maël attrape le chapeau de Rio pour le mettre sur sa tête et grimper avec agilité sur le bar. Une main contre la ceinture de son pantalon et l'autre sur son chapeau, d'un mouvement de bassin il imite la danse des cowboys qu'il a vu dans quelques films qu'il a regardé avant de tendre la main au Sisters certainement en état de stress. Grimpe allez, tu l'as dit, ils sont pas là. Laisse-toi aller. Au pire ces connards en train de jouer sur table répéteront tout mais Sam a l'audace de croire que ses idiots de frères croiront plus Rio que des alcooliques puants.

Jolene, jolene, jolene, jolene
I'm begging of you please don't take my man.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 16 Oct - 17:11
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Sam lui décoche un de ses sourires étincelants et il n'en faut pas plus pour faire retomber la tension de Rio d’un cran. Après tout, c’est lui le grand responsable du saloon pour ce soir, alors s’il a envie que l'Irlandais reste, personne ne pourra l'en empêcher. S'il rejoint souvent l'avis de ses frères, s'il y a bien une chose qu'il ne comprend pas, c'est la rancune qu'ils nourrissent à l'égard de Kavanagh. Après tout, à part avoir balancé des insultes et cassé quelques verres, comme un peu près tout le monde ici, il n'avait strictement rien fait que justifie à ses yeux l'interdiction de saloon. Peut-être le manque de respect envers la biche mais ça, ça lui importe moins qu'à ses aînés parce que pour lui, c'est rien de plus qu'un tas de chair froide au regard glaçant puisqu'il n'était même pas encore né quand ils l'ont abattue. Face à la comédie du blond, sa première réaction est de lever les yeux au ciel. J’ai dit que t’avais la mémoire courte. Et ce n’est certainement pas Rio qui va s’en plaindre parce que ça lui fait plaisir mine de rien, que son ami laisse l’acharnement de ses frères à son encontre de côté pour continuer à lui payer des visites-surprise. C'est toujours plus agréable pour lui de passer ses pauses avec un Sam toujours partant pour tailler la bavette en s'en grillant une et en sirotant un bon whisky plutôt que tout seul comme un con. A sa réflexion, Rio détaille un instant la chemise qui l'a décidé à faire le déplacement et ne peut s'empêcher d'éclater de rire, passablement amusé par l'entregent de Sam. C’est censé être flatteur ? Bien sûr qu’il a compris que l’Irlandais cherchait simplement à l’amadouer mais ces piques de bonne guerre, c’est sa façon à lui d’exprimer sa bonne humeur, bien content que Kavanagh soit là pour ramener ce saloon un peu trop morose à la vie. Non je plaisante, j’ai la même. La sienne est vieille comme le monde et a certainement beaucoup moins de valeur que celle de l'Irlandais qui est toujours sapé de grandes marques alors qu’il court depuis toujours dans les haillons de son oncle et de ses frères que la famille se transmet de génération en génération mais qu'importe, elle y ressemble.

Rio délaisse Sam de son attention quelques minutes, juste le temps de leur servir un de ces whisky bien tassé pour qui les éméchés du saloon se battraient sans hésitation. Les yeux rivés sur les verres pour ne pas en renverser une goutte, il se retourne vers son ami. Tiens, goûte-moi ça, c’est le champagne de chez nous. Il a pas l'occasion de vanter les mérites de ce breuvage bien de chez eux que déjà, l'Irlandais lui subtilise son chapeau avant d'aller se percher sur le comptoir. Arrête tes conneries, descends de là. Il proteste par habitude, parce que c’est inné et qu’un Sisters a toujours quelque chose à dire mais l’étincelle rieuse qui danse dans ses pupilles ne ment pas et lui ôte absolument toute crédibilité. Alors qu'il pose les verres sur le plan de travail, Sam est déjà en train d'entreprendre quelques pas de danse et cet outrage à la country, c'est plus que les yeux de Rio ne peuvent en supporter. Il ne lui en faut pas plus pour attraper la main du blond et le rejoindre aussitôt sur le comptoir. Je vais quand même pas te regarder massacrer notre trésor national sans rien faire. Un regard menaçant en direction du groupe de joueurs suffit à les réduire au silence et à reporter leur attention sur leurs cartes sans s'occuper d'eux. En réalité, il ne s'en fait pas trop pour eux, persuadé qu'ils seront plus occupés à chercher à se remémorer la somme d'argent qu'ils ont perdue au petit matin plutôt qu'à rapporter ce qu'il y a bien pu se passer sur ce foutu bar. Quant aux quelques femmes qui les accompagnent, elles sont déjà en train de les encourager en tapant dans leurs mains. Si ça remonte jusqu’à eux, j’te jure que tu vas m’entendre. Rio menace un peu, par principe, avant d’attraper Sam par la taille et d’attirer son attention sur ses pieds. Comme ça, cowboy. Qu'il beugle pour se faire entendre par-dessus la musique en entraînant Sam avec lui dans une suite de pas dynamiques qu'il effectue d'abord au ralenti, juste de quoi laisser le temps à l'Irlandais de prendre le rythme.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 16 Oct - 23:30
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Il voudrait lui répéter une nouvelle fois qu'il n'en a rien à foutre de ses frères mais Rio a cette tendance détestable et logique de les mettre sur un piédestal. Les coups de poings, il en a déjà connu d'autres avant ceux là. Les Sisters avaient au moins la décence de ne pas le vouloir mort là où d'autres désiraient aller plus loin avec lui. Ce corps qui se déhanche dans le Saloon comme s'il était une terre vierge est en réalité une plaie béante qui accepte tout, qui aspire les microbes pour se nourrir de désillusions et d'ondes négatives. Sam aime ce qui le mettra à terre parce qu'il se sait capable de pouvoir se relever. Plus l'effort est difficile, plus il est louable. Sa vie est un miracle sur lequel il danse sans même se soucier de sa santé. Son frère lui répète souvent qu'il finira mort dans l'année s'il continue comme ça mais cela fait déjà presque dix ans que ce petit con le lui répète chaque jour et qu'il est toujours là, plus énergique que jamais, prêt à foutre sans dessus dessous le saloon.

Rio grimpe à son tour sur le bar. Sam n'est pas étonné, il savait que Sisters finirait par céder parce qu'il cède toujours lorsqu'il s'agit de lui. Peut-être se fait-il chier au point de voir en Maël un exutoire ? Qu'importe du moment qu'il ne se retrouve pas seul dans sa danse.

L'Irlandais se laisse guider, baisse les yeux pour observer ses pas et les reproduire plusieurs fois. Maël est pas con et apprend vite les mouvements, il a plutôt bonne mémoire c'est juste qu'il prend pas le temps de se servir de sa tête. Sa queue est moins chiante, ne pense à rien, se contente de devenir bien solide et endurante alors que son cerveau se ratatine sous la drogue. C'est ça ton trésor national ? Vous vous emmerdez pas les cowboys avec vos danses de vieux. Il trouve les pas répétitifs mais continue malgré tout pour faire plaisir à Rio avant de se pencher pour attraper son verre et le descendre cul sec. L'alcool lui arrache les tripes mais cela ne l'empêche pas de lâcher un cri témoignant son excitation et sa satisfaction d'être là. Les types leur lancent encore un regard, certainement celui de trop puisque casse-cou, Sam saute au milieu de leur jeu de cartes afin d'entamer une danse plus sensuelle et provocante. Une fois accroupi sur la table ronde, son regard d'aguicheur se pointe sur celui outré et dégoûté du client qui tente de lui en mettre une. Heureusement, l'alcool a fait son travail et rendu ses mouvements plus lents, le temps pour Maël, plus jeune et énergique d'éviter le poing et se tourner vers Rio. Sont quand même vachement sanguins dans le coin. Mais le regard du Sisters n'est pas mieux. Si Sam n'était pas certain de finir avec du plomb dans le cul, au moins il n'y a plus de doutes à avoir à présent.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mer 17 Oct - 21:37
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Le fait que Maël se prête au jeu et accompagne ses mouvements sans rechigner arrache un sourire enjoué à Rio qui n’a plus eu la chance de se voir accorder une danse avec un partenaire volontaire qui ne demande pas à regagner sa place dès les premières notes de musique depuis bien longtemps. Le tacle de l'Irlandais ne tarde pas à surgir et le cowboy se retrouve bien con à ne pas trouver quoi redire à ça. C'est qu'il n'a pas forcément tort, après tout. La moyenne d'âge des danseurs de country de ce bar avoisinerait très certainement les soixante ans s'il n'était pas là pour la faire baisser un peu. L'hymne de l'ouest de Dolly Parton touche à sa fin en un clin d'oeil et Rio se retourne vers son cavalier pour lui rabattre son chapeau sur le visage en riant. C’est que tu te débrouillerais presque pas mal, pour un moins de cinquante ans. Sur ce compliment, Rio saute bas de leur scène improvisée pour se rafraîchir d'une lampée de whisky plus que bienvenue.

Mais bien sûr que ce moment d'allégresse était trop beau pour durer. Rio serre les mâchoires lorsque pour un regard de travers, Maël bondit sur la table de la horde d'ivrognes avec l'inconscience des gens qui n'ont rien à perdre. S'il y a bien une chose dont il est certain, c'est que ça va mal se finir.  Comment pourrait-il en être autrement quand d'un côté, on a un aguicheur pour qui l'offense n'a aucun secret et de l'autre, des macho endurcis à l'esprit aussi bien fermé qu'un pot de confiture ? Rio n'hésite pas un seul instant avant d'intervenir, et tant pis si c'est son ami qui a dépassé les bornes en premier. Il a pas franchement envie que Sam se retrouve avec une mâchoire déboîtée ou pire, une balle logée dans le corps pour un affront aussi minime, surtout quand on sait que ce client est le premier à glisser des billets aux filles du saloon pour voir leurs dessous quand ce sont elles qui dansent à la place de Maël. Fais pas gaffe à lui, il est juste frustré parce que t’es plus sensuel que le tonneau qui lui sert de femme. Il peut voir à la mine déconfite de l'accusé qu'il ne comprend pas bien la prise de position de Rio. C'est pourtant très simple dans sa tête : quitte à ce que quelqu'un prenne la porte, autant que ça soit cet attroupement de vieux cons qui lui tapent sur les nerfs depuis le début de la soirée.

La surprise cède rapidement sa place à la colère et Rio peut voir les veines de son interlocuteur saillir sur son front. Allez, tout le monde dehors, je veux plus vous voir. Qu'il leur intime en gardant son calme, sans jamais baisser les yeux. Il n'en faut pas plus au bonhomme pour plonger dans la provocation et retourner la table pour envoyer toute la vaisselle valser au sol. Les choses auraient probablement tourné au massacre si Rio n'était pas le seul Sisters présent dans la pièce mais là, la minorité est un peu trop importante pour se risquer à lancer une émeute, surtout aux côtés d'un Sam qui a l'air plus taillé pour encaisser les coups que pour jouer du poing. Au lieu de ça, le jeune enfonce son doigt dans le torse gonflé du fauteur de trouble. Quelque chose à dire ? La seule réponse qu'il obtient est un reniflement bruyant pour faire remonter un semblant de glaire qu'il crache aux pieds de Sam. Rio y reste indifférent, se balance pas mal de ce genre de réactions du moment qu'il a le dernier mot. Il est presque soulagé de les voir quitter le saloon en tapant des santiags, suivis de près par leurs donzelles qui le conjurent au passage de ne rien en dire à Alto. Ce n'est qu'une fois la porte verrouillée derrière eux que Sisters se retourne vers Sam, légèrement excédé par toute cette mascarade. T’es obligé d’être comme ça ? Comme ça, pas comme eux. Sa voix est peut-être un brin trop méprisante mais le mépris, c'est la seule réaction qu'on lui a appris à avoir envers ces hommes qui ne se comportent pas en tant que tel. Sans un regard, Rio attrape le balai qu'ils gardent à l'entrée et se met à balayer la casse, juste de quoi se calmer un peu avant de devenir détestable.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Ven 19 Oct - 23:01
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Rio prend sa défense et la décision de son ami face aux vieux cons le ferait presque jouir. Savoir que le Sisters est de son côté alors qu'il cherche la merde est une attention dont Maël se nourrit avec une avidité presque malsaine. Tandis qu'il descend de la table pour se caler derrière le cowboy bien plus à-même que lui de les défendre, un sourire de satisfaction se dessine sur ses lèvres, de quoi paraître encore plus détestable aux yeux du monde. Son visage d'ange reprend possession de ses traits lorsque Rio se retourne pour aller balayer dans son coin. Rapidement, sa question le fait froncer les sourcils et se tourner vers lui. S'il y a une chose que Sam n'accepte pas, c'est ce manque de respect flagrant face à qui il est. Traite le de tous les noms mais ne remet pas en cause sa nature profonde. Solide dans sa démarche, Kavanagh ne se démonte pas pour arracher des mains le manche à balai et attraper au vol l'attention du Sisters. S'il peut au passage l'énerver un peu plus, cela pourrait l'arranger. Un Kavanagh vexé est de loin la pire des choses qui puisse vous être donné. Mêmes les Sisters peuvent aller se recoucher lorsqu'ils s'y mettent avec Jeph. Ce sont deux vipères. Deux magnifiques spécimens irlandais dont Sam a pris la plus grosse dose de poison à la naissance. Leurs parents savaient pas bien doser, il leur en restait plus beaucoup pour le plus jeune. Heureusement pour lui. Pour eux. Pour la terre en général. Comme quoi ? Allez, dis-le. Chagriné, Samaël en devient provocant et dieu sait qu'il n'a pas de limites lorsqu'il s'y met. Froid mais aussi brûlant de colère, ses doigts se serrent sur le manche en soutenant le regard du cowboy.

Allez quoi, les Sisters sont connus pour leur paire de couilles. T'as perdu les tiennes ? Imprévisible, sa main se pose sur le paquet de Rio, le serre brutalement à travers son jean dégueulasse. Il sent le corps du gamin se crisper et devenir droit comme un piquet par la gêne occasionnée. Sam plante son regard dans le sien, le défit de lui parler encore une fois de qui il est, de cette couche de vices qu'il entretient chaque jour pour être certain de ne jamais faiblir face à personne. Surtout pas face à lui, un espère d'arriéré si fermé qu'une hache suffirait pas à lui ouvrir le crâne.

C'est en le relâchant après quelques secondes que Sam balance le balai contre le torse de Rio pour le lui rendre. Froid, il a soudainement perdu de sa bonne humeur, certainement blessé de voir qu'un type qu'il voyait comme son ami le juger de ses actes comme s'il n'était qu'un inconnu, qu'une petite merde qui ne lui vaut même pas un peu de respect. Mais oui, il a bien vu dans le regard de Rio ce dégoût, le même qui caresse sa langue et qui le ferait vomir lorsqu'il le regarde comme ça, là, maintenant, un instant, en attendant sa réaction.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Dim 21 Oct - 18:03
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Rio se rend bien compte qu’il a peut-être poussé ses paroles un peu trop loin mais ça lui écorcherait trop la langue de s’excuser auprès de son ami pour cet affront. S’il n’a pas la haine aussi tenace que ses frères, il lui en veut et il en faudra plus qu’un Sam peiné pour lui faire ranger sa fierté sous le coude. L’interpellation du blond lui arrache un rire nerveux. Comme un putain de con qui connaît pas ses limites ? Sérieusement, tu pouvais pas garder ça pour ceux que ça fait bander ? Au risque de paraître ridicule, il laisse la colère s’exprimer à sa place. Bien sûr qu’un Sisters n’a aucune leçon à lui donner en matière de bonnes manières alors qu’ils se comportent bien souvent comme des rustres, dans leur royaume ou partout ailleurs mais qu’importe, il ne tolère les excès que quand ils viennent d’eux.

Sans se soucier plus longtemps des états d’âme de son partenaire de whisky, Rio continue de brosser distraitement le sol, ce qui n’est pas pour plaire à Sam, animal vorace d’attention, qui se rappelle furieusement à lui en le saisissant par les bourses. Crispé autant que surpris, le jeune ne rétorque pas, pas franchement emballé par l’idée de finir stérile pour une parole de travers. Si ce n’était pas Sam qui se tenait face à lui, très certainement qu’il n’aurait montré aucune retenue et qu’il aurait dégainé son colt pour lui coller le canon entre les deux yeux et lui faire lâcher prise plus vite. Lorsque l’Irlandais finit enfin par se reculer, Rio ne peut réprimer la pulsion qui lui intime de balancer le balai au sol pour agripper Sam par le col et le flanquer contre le mur avec violence, les doigts si serrés sur l’étoffe que ses phalanges en blanchissent. A deux doigts de flancher et de se laisser aller à la haine qui tricote sa toile avec son cerveau, il le maintient ainsi pour quelques secondes interminables, partagé entre l’envie de lui en retourner une pour lui remettre les idées en place et celle de lui hurler dessus à pleins poumons pour qu’il imprègne bien ses mots. Il peut saisir dans le regard de Sam que c’est exactement ce qu’il attend de lui et ça le bloque instantanément. L’acteur est en train de le mener exactement où il veut, tout comme il venait juste de le faire avec ces poivrots qu’il avait jeté dehors. Si l’Irlandais n’est pas de ces prédateurs qui vous sautent à la gorge pour vous achever à grands coups de dents, il est de ceux qui préfèrent épuiser leur proie pour n’avoir qu’à terminer le travail et se repaître. Et Rio n’est pas vraiment d’humeur à lui donner ce qu’il veut. Si Kavanagh faisait l’effort de supporter son esprit étriqué, il pouvait bien faire celui de fermer les yeux sur sa déviance. Calmé net, le brun repousse le corps de Sam et s’éloigne légèrement pour fouiller dans ses poches pour y dégoter une clope roulée qu’il coince entre ses lèvres. Il lève alors les yeux sur Sam et le pointe du doigt, comme pour donner plus d’importance à ses mots. Merde, Maël, tu débarques ici, tu lances un scandale et tu t’attendais vraiment à ce que je t’applaudisse ? Ces gros cons-là, c’est eux qui paient nos factures. Il justifie maladroitement ses propos offensants en renvoyant la balle à son ami. S’il avait réagi comme un con, c’est uniquement parce que Sam s’était montré égoïste en premier lieu, sans penser aux répercussions que ses actes pourraient entraîner. Tu devrais même pas être là. Il dit pas ça sur le ton du regret, c’est juste une façon détournée comme une autre de faire comprendre à Kavanagh qu’il avait quand même préféré sa compagnie à l’argent de ces vieux, malgré ses aprioris parfois un peu trop prononcés sur ses choix de vie.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 23 Oct - 14:01
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Maël sait qu'il est en tord. Même saoul, l'Irlandais est au courant mais le soucis ne vient pas de là. La vérité réside dans le fait qu'il se fiche de secouer la terre entière. Il se fiche bien des homophobes qui pourraient le frapper et lui en vouloir d'exister parce que de tous ici, il est certainement celui à avoir baisé le plus de nanas. Tous les Sisters réunis n'auraient jamais son palmarès à lui et cela le fait bien rire lorsque Rio le remet à sa place. Son ego d'acteur porno prend le dessus d'une confiance en lui presque déconcertante. Samaël devrait se méfier de son ami qui n'en reste pas moins l'un de ces cowboy à la gâchette facile mais se contente de sourire comme un con détestable qu'il peut parfois être. Incapable de se démonter face à qui que ce soit quand il est dans cet état de surexcitation. Il a besoin de plus, de toujours plus et fronce les sourcils avec une légèreté propre à son âme. C'est le moment d'applaudir ? Accompagné de ses paumes qui claquent l'une contre l'autre pour le provoquer un peu plus. Maël se sait irritant mais ne parvient pas à descendre complètement. Redescends un peu, il va rien t'arriver. C'est qu'un bar pourri, tes ploucs reviendront toujours. La poussière, la déco de mauvais goût. Sam a toujours trouvé les lieux horribles sans jamais vraiment le dire à vive voix. Lui préfère les clichés des boîtes de luxe dans lesquelles il se perd régulièrement.

J'y peux rien si t'es frustré. Mais tu devrais pas t'en faire, moi aussi j'ai déjà eu des pannes. Tu dois te mettre la pression ou trop picoler. Il appuie sur le point faible de Rio. Tout le monde dans le coin sait qu'il n'est pas toujours efficace de ce côté là. Les nanas sont des vipères qui ne manquent pas de ridiculiser les hommes lorsqu'elles le peuvent. Certainement une vieille vengeance d'être maltraitées depuis des millénaires par les mâles.

Rio à quelques mètres de lui, un soupir quitte ses lèvres en réalisant qu'il a peut-être été loin. Sam s'approche de son ami, plaque son large torse contre son dos. Bien plus grand que le cowboy, son menton se pose sur son épaule alors que son bras se pose contre sa cage thoracique pour le ramener contre lui. Fais pas la gueule, c'est pour rire. Ses yeux de chat son irrésistibles lorsqu'il dépose un baiser sur sa joue pour le provoquer un peu plus tout en voulant paradoxalement réellement faire la paix. Tu m'as manqué je t'ai dit. J'deviens con quand on me met de côté tu sais. Ce qui en soi est totalement faux. Sam avait seulement envie de faire le con et ne se doutait pas que Rio prenne si mal la chose. J'te paye un mois de consommation sur le champs si tu  veux. En liquide. Là par contre, Maël est sérieux. Il a toujours été doué pour dépenser son fric n'importe comment. Encore plus depuis qu'il n'en manque pas. Ou en nature. Qu'il ajoute, juste pour le faire chier un peu plus, plus fort que lui, rien d'hostile.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Jeu 25 Oct - 20:28
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Si l’accolade de Maël l’aurait inévitablement poussé à se braquer quand les deux hommes ont commencé à se fréquenter, aujourd’hui, Rio ne réagit plus à la proximité parfois outrageante de Sam. Il ne cherche même pas à se dégager de son étreinte parce qu’il sait qu’elle est sans arrières pensées. Plus d’une fois, Sam lui a fait comprendre très clairement qu’il n’avait rien à craindre de lui parce qu’il n’était tout simplement pas son genre et qu’il ne trouvait absolument rien d’attirant chez un mec qui porte encore des bretelles au vingt-et-unième siècle. Seulement voilà, la star du X a beau avoir un don naturel pour se faire pardonner, Rio n’arrive pas à passer au-dessus de ses précédentes paroles sans y revenir. Sérieusement, tu crois vraiment à toutes ces conneries ? Ca les fait juste enrager que je veux pas passer après mes frères alors elles se mettent à chanter n’importe quoi. Il se rend même pas compte qu’il est en train d’aggraver son cas en se justifiant de la sorte à propos des rumeurs infondées qui circulent depuis toujours à son sujet mais ça le rend malade que son ami expert en la matière puisse le voir comme un ringard même pas maître de sa queue.

Consterné, il finit par tourner la tête par-dessus son épaule pour que son visage se trouve en face de celui de Sam, supportant mal de tourner le dos aux autres quand il s’adresse à eux. Ca te gênerait pas toi de lever la même fille que ton frangin ? S’il demande l’avis de Sam sur la question, c’est parce qu’il sait qu’il n’hésitera pas une seule seconde à parler au nom de tous et à lui exposer la vérité, lui avouer qu’il est peut-être un de ces espèces de coincés que son éthique finira par tuer.

Bien conscient que Maël exagère délibérément en lui embrassant la joue dans le simple but de le mettre mal à l’aise, Rio le repousse d’une main pour ne pas lui donner gain de cause. S’il est pas certain de la véracité des belles paroles que Sam lui profèrent ensuite, il décide d’y répondre tout de même, faussement vexé. Ouais, désolé. On ira ailleurs la prochaine fois, je suis pas rattaché à mon bar pourri. Ailleurs où il sera moins obnubilé par les conséquences que pourraient avoir leurs actes, ailleurs où il n’est jamais le dernier à transgresser les règles pour mettre un soupçon d’animation, exactement comme Sam avait tenté de le faire un peu plus tôt. Il est juste un peu plus psychorigide quand ça en vient au saloon et aux interdits qui y sont imposés, on peut pas lui reprocher.

La proposition d’argent que Sam lui avance avec le plus grand des sérieux ne manque pas de lui arracher un éclat de rire. Bien sûr qu’il ne cracherait pas sur ce pognon pour renflouer un peu leurs comptes qui se vident plus vite qu’ils ne se remplissent, mais accepter la charité d’autrui n’a jamais fait partie de la politique de la maison. Les Sisters ne devront jamais rien, à personne. J’ai l’air si désespéré que ça ? Laissé perplexe par la suite des dires de l’Irlandais, Rio pince légèrement les lèvres et hoche la tête, dubitatif. Il se doute bien que Sam est beaucoup trop sûr de lui pour que sa tentative de mettre son ego professionnel à mal prenne mais ça ne coûte rien d’essayer. Simple petite revanche pour avoir osé dénigrer ouvertement leur saloon, prunelle des yeux des Sisters. T’es en train d’essayer de me dire qu’une seule de tes prestations vaut un mois de consommation là ? Il arbore un air faussement impressionné, juste de quoi le titiller un peu plus. Je suis pas encore assez bourré pour gober ça. Amusé, ses mains s’accrochent au bras de Sam qui entoure toujours son torse tandis que son corps se déplace vers l'avant pour l’entraîner avec lui jusqu’au comptoir dans la ferme intention de s’envoyer sans plus attendre la seconde tournée de whisky de la soirée.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Dim 28 Oct - 17:52
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


L'entendre se justifier le fait se marrer parce que Rio a exactement la tronche de ceux qui feraient mieux de se taire pour ne pas aggraver leurs cas. Cela se ressent dans la mine que tire l'Irlandais jusqu'à ce que Sisters lui pose la fameuse question de ce qui le chagrine. Maël hausse les épaules, soudainement un peu plus sérieux pour ne pas lui répondre à côté de la plaque et se foutre encore de sa gueule. De un, mon frère passe généralement après moi. De deux, ça ne risque pas d'arriver, il est plus proche de l'eunuque que du don juan si tu vois ce que je veux dire. Accompagné d'un rire qui ne ferait certainement pas marrer Jeph s'il était dans la pièce. Sam ne cache généralement pas ses moqueries, les balance à son frère sans se douter que son ego puisse être mis à mal. L'aîné est tellement sûr de lui sur le sexe qu'il le dévalorise, en parle comme si cela ne coûtait aucune intimité, aucun don de soi. Enfin, tu vas pas me faire gober que tes frères avec leurs sales gueules et leur QI d'huître les ont toutes chopé dans le coin. Haussement de sourcils perplexe. Sam ne trouve rien d'excitant dans cette façon qu'ils ont de se dandiner et se prendre pour les rois du monde alors qu'ils sont tout juste capables de savoir pisser droit. Ses bras se referment un peu plus sur le torse du plus jeune pour appuyer ses dires et lui balancer un mensonge de plus à la tronche. Son besoin de charmer est tel qu'il déborde de ses lèvres sans crier gare, comme un instinct de survie, comme l'oxygène dont il faut pour tenir debout. T'as pas l'air désespéré non. Ses lèvres toujours si proches de son oreille, à la recherche d'une faille qui pourrait le faire perdre pied, mettre de côté son ego de cowboy un peu trop démodé à son goût.

Tu rattrapes le niveau, de quoi tu te plains ? Leurs pas les guident jusqu'au bar où Sam se saisit sans réfléchir de la bouteille de whisky pour en boire un autre verre tandis qu'il a déjà plus d'alcool que de sang dans les veines. Le Saloon vidé de ses cafards est soudainement plus accueillant. Sam s'y sent à l'aise parce qu'il sait qu'il pourra encore déborder sans que personne ne vienne l'emmerder.

Un mois de consommation ... dis-toi que j'te fais une promotion. Avant de le retourner pour lui faire face. Dans le dos de Rio, le plan de travail l'empêche d'aller plus loin alors que Sam met en place sa stratégie du prédateur. Le sourire carnassier qu'il lui offre l'invite à lâcher un peu prise alors que son torse se penche sur celui du cowboy. Maël n'a pas grand mal à le surplomber avec sa grande taille. Ses pupilles brillantes se noient dans les siennes alors qu'il reste encore coincé sur les provocations du plus jeune. Arrête de rougir, je le sais que tu bandes. Ses mots sont plus durs et sérieux pour tenter de le déboussoler. L'Irlandais n'a peur de rien à cet instant, même pas du colt coincé dans sa ceinture qu'il pourrait lui planter sur la tempe. L'appât du sexe vaut bien tous les risques les plus fous. Un Sisters qui le désire ce n'est rien de plus que la possibilité d'ouvrir une faille immense dans le monde de Rio mais aussi sur le reste de sa famille.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Lun 29 Oct - 17:29
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Si ce n’est pourtant pas l’envie qui lui manque, Rio ne s’autorise pourtant pas à se laisser aller à la moquerie lorsque Sam raille ouvertement le palmarès sexuel de son cadet. Il ne dit rien parce qu’il se doute que c’est exactement ce que doivent penser ses propres frères de lui-même. Ils attendent le jour où le petit dernier de la nichée ramènera quelqu’un depuis si longtemps qu’ils sont bien capables de l’acclamer avec une standing ovation quand ce miracle se produira enfin. T’es dégueulasse avec lui. Par contre, lorsque vient le tour des Sisters d’être traîné dans la boue par l’Irlandais, la mine enjouée du cowboy se renfrogne. Il se fiche pas mal de ce que Sam peut bien penser d’eux, du moment qu’il garde sa médisance pour lui.  Il a du mal à tolérer, le gamin, qu’on s’en prenne à son honneur familial. Ses frères ont beau ne pas être des modèles de sainteté, ils n’en restent pas moins son sang et jamais rien ne pourra venir entacher l’admiration que le jeune voue à ses aînés depuis son plus jeune âge. Parle pas d’eux comme ça, tu les connais pas.  Il en convient bien que la dérouillée que lui ont flanqué ses frères est une bonne raison de les mépriser mais quelques coups de poing, c’est pas suffisant à ses yeux pour en tirer une conclusion générale. Son visage finit alors par s’éclairer d’un sourire moqueur qui vient effacer toute trace de contrariété de ses traits. Puis ça se saurait si le sexe c’était une question d’intelligence. Dans sa tête, il est clair que le quotient intellectuel est loin d'être le critère qui prime sur tous les autres et Sam est mieux placé que quiconque pour lui donner raison.

Rio manque de peu de s’étouffer avec son whisky à l’affirmation concernant les tarifs exorbitants de Sam sur lesquels il prétend lui offrir une ristourne. Quel chanceux je suis. Ironie qui lui échappe dans un rire. Tout le monde dans le coin sait que les gens que Maël baise en dehors de ses tournages, ça n'a jamais été pour une question d'argent. Le fric, il nage dedans. Les yeux de Rio s'arriment à ceux de Sam lorsque ce dernier le retourne pour l’obliger à lui faire face. Les mots un peu trop crus de l’Irlandais lui coupent brutalement le souffle. Par réflexe, ses mains se glissent jusqu’à sa ceinture sans trop qu’il ne sache si c’est pour tâter du colt ou pour empêcher Maël de vérifier ses dires. Si le cowboy ne se décompose pas, c’est uniquement parce qu’il sait que le blond n’attend que ça, de pouvoir se délecter du moindre signe de faiblesse de sa part. Et au pire, ça t’apporte quoi de le savoir ? T’as encore quelque chose à te prouver ? Qu’il rétorque, sans répondre par l’affirmative ni par la négative. Parce que c’est un fait, Maël sait qu’il plait, connaît l’effet de son charisme qui dégouline par tous les pores de sa peau et qui vous écrase. Brusquement, le regard plus fuyant qu’il ne le voudrait et la respiration un peu trop précipitée pour que ça soit normal, ses paumes se posent sur le torse du plus âgé pour préserver un semblant d’espace vital et appuyer sa tentative de fuite. Allez, arrête tes conneries, j’ai envie de rentrer là. Mal à l’aise, bien sûr qu’il l’est. Il est dans le brouillard le plus complet, ne sait plus comment se comporter face à un Maël dont il ignore tout des intentions, s’il est toujours en train de se jouer de lui ou si ses actes ont à présent dépassé les frontières de l’humour.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 30 Oct - 22:34
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Maël n'écoute plus rien des paroles de Rio. Son regard est en train de le dévorer, de le déshabiller de ses pupilles sombres et imprévisibles. Sam sait qu'il est en train de prendre le dessus et que tout ce que lui offre le cow-boy n'est qu'une façade. Son bouclier se craquelle, c'est évident. Sa main le repoussant le fait sourire alors qu'il se recule mollement. Son sourire le nargue d'être perturbé pour si peu. Ça va si on peut plus plaisanter. Les nanas ont peut-être raison au fond. Rio n'est qu'un sale coincé qui lui fait redresser un sourcil alors que Maël se dirige à  nouveau vers la bouteille pour en boire une gorgée sans se soucier de refiler ses microbes à tout le monde. Sa tête tourne légèrement mais il tient encore debout. L'avantage de sniffer de la coke comme si c'était un médoc pour se déboucher le nez c'est que l'alcool paraît si peu à côté. Il pourrait boire de l'essence qu'il resterait encore debout.

Le prédateur pourrait en rester là, se contenter de partir et rentrer chez lui mais sa carcasse s'éternise alors qu'il tourne le dos au bar. Son bras prend appui au plan de travail tandis que l'autre ouvre sa braguette, descend légèrement son pantalon pour laisser apparaître son début d'érection. Sam sait les avoir sur commande depuis le temps, sa queue n'est rien de plus qu'un outil de travail comme un autre. Il la sollicite bien plus que les putes, elle est son visage, sa victoire, sa plus belle réussite mais aussi ses pires erreurs. Tout est concentré dans ce morceau de lui qu'il prend entre ses doigts pour commencer à se masturber. L'Irlandais ne ressent pas la moindre gêne, au contraire, plante son regard faussement fiévreux dans celui de Rio. Si ce soir il a décidé de l'avoir, il l'aura, qu'importe le prix que cela coûte. Le visage du cow-boy n'est pas des plus excitants mais il en a déjà sauté des pires durant de longues heures. Cela ne lui fait pas peur, même la possibilité de s'en prendre plein la gueule pourrait presque l'exciter.

Sam redresse le menton, fixe le plafond avant de fermer les yeux. Ses cheveux partent vers l'arrière alors que son sexe devient plus solide, prêt à en découdre avec les fantasmes d'un hétéro mal luné. Il en a connu d'autres, des plus réticents, des plus mauvais, des plus sordides. Rio n'est rien à côté. Il simule à la perfection, respire comme un boeuf, lâche des gémissements avant de le fixer à nouveau, le pénétrer de ses pupilles pleine de vices. Sois pas timide, elle va pas te mordre. Un brin de moquerie pour piquer son ego, le réduire à l'état d'enfant qui n'ose pas et qu'il ne prend pas au sérieux.
A briser les chaînes, il faut savoir se prendre en pleine face les démons de Sam.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Jeu 1 Nov - 22:28
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Le corps de Sam finit par se décoller du sien en prétextant une énième plaisanterie et Rio se trouve soudain bien con avec sa trique phénoménale qui le laisse un peu à l'étroit dans son vieux jean élimé. Complètement paumé par les événements, le cowboy nage en pleine confusion, incapable de discerner les réels desseins de Kavanagh, s'il y en a un jour eu d'autres que celui de jouer avec sa tête. Son corps loin d'être laissé indifférent par les charmes de l'Irlandais semble lui rappeler qu'il n'est plus suffisamment immunisé pour résister aux provocations incessantes du blond. L'esprit ailleurs, Rio ne cherche pas à s'excuser d'avoir plombé l'ambiance et reste adossé au comptoir pour enfin allumer la clope qui n'a pas quitté ses lèvres depuis le début de leur altercation. Lorsqu'il se retourne vers Maël pour lui proposer d'en griller une avec lui pour oublier ce malentendu, le Texan lui prouve une fois de plus qu'il n'est pas encore arrivé au bout de ses surprises pour ce soir. La vision de Sam, le sexe à la main, aurait pu le laisser interloqué s'il n'avait pas grandi entouré de sept mâles pas toujours maîtres de leurs hormones. Des érections, il en avait vu d'autres mais aucune ne l'avait jamais autant rassuré que celle du blond. Découvrir que le corps de Maël réagit exactement de la même manière que le sien à toute l’énergie sexuelle concentrée dans leur échange  l’aide à se sentir un peu moins honteux, rebooste même son assurance laissée en berne.

Alors qu'il se goudronne un peu plus les poumons, le cowboy ne perd pas une miette de la scène qui s'offre à lui. Tiraillé par le conflit qui fait rage en lui opposant ce que les autres attendent de lui à ce qu’il meurt d’envie de montrer à Sam, Rio peut sentir ses dernières défenses s’effriter considérablement au fil des minutes. Le mépris que voue ses aînés à ce genre de déviance contre-nature reste néanmoins dans un coin de sa tête alors qu’il jette un bref coup d’œil aux caméras du saloon depuis bien longtemps mises hors service par balle pour les empêcher de garder des images des scènes de violence qui se déroulaient parfois à l’endroit où ils se tiennent. Il est tellement tenté d’abandonner toute résistance qu’il parvient à se convaincre que ses frères n’en sauront jamais rien. Après tout, Sam ne fréquente absolument pas le même monde qu’eux et leur pisse un peu trop à la gueule pour se hasarder à aller leur rapporter quoique ce soit. Aucune raison de s’inquiéter. C’est ce que Rio se répète mentalement alors qu’il s’avance vers le blond dans un regain d’assurance. Maintenant si proche de l’Irlandais que leurs bassins sont presque collés, il tend le bras pour écraser sa cigarette dans un cendrier posé sur le plan de travail derrière lui, tout ça dans le silence le plus total. Il a bien compris que ce ne sont pas des mots que Sam attend de sa part, qu’il cherche juste à le pousser à se libérer de ces chaînes qu’il se passe inutilement à ses yeux. Une de ses mains ne tarde pas à aller rejoindre celle du blond pour prendre la relève tandis que l’autre se glisse dans son propre boxer. Ses gestes ne sont pas aussi professionnels que ceux de l’acteur mais le cowboy se connaît assez pour savoir ce qu’il apprécie et n’hésite pas à reporter ses propres attentes en rythme et en intensité sur Sam dans un effet miroir des plus sordides. Il ne s'interrompt pas avant qu'un soupir de plaisir ne quitte finalement ses lèvres entrouvertes et que ses prunelles fiévreuses osent enfin s'ancrer dans celles du plus vieux pour la première fois depuis ce revirement de situation.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Lun 5 Nov - 18:50
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Rio n'est pas difficile à convaincre et la distance qui se rétrécit entre eux ne fait même pas sourire Sam. Il est bien trop dans son rôle pour se moquer du jeune même si une part de lui se prépare déjà à le laisser tomber. Donner à Maël ce qu'il désire c'est aussi tirer une croix sur toute possibilité de faire marche arrière avec lui. C'est un vampire qui se nourrit des faiblesses des autres pour mieux les abandonner. Cela lui importe peu qu'après ce moment charnel le cow-boy se sente démuni et plein de vides dans son corps. L'après ne le regarde pas, ne l'intéresse même pas. C'est même ce qui le fait réagir si brutalement : l'idée que ce petit être se perde dans le couloir vaste de ses questionnements. Son bassin se dirige instinctivement vers sa main lorsque Sisters prend le relais. Les doigts de l'Irlandais se posent derrière sa nuque pour maintenir le contact, l'enivrer un peu plus alors que déjà, le temps presse. Il sait qu'ici est un endroit dangereux où n'importe qui pourrait les surprendre. Un instant, c'est même ce que cette vipère Irlandaise se met à espérer : qu'on les trouve ici, l'un dans l'autre, que toutes les oreilles du Bronx se mettent à entendre qu'un des fameux cow-boy ne dira jamais non à une branlette.

Silencieux et sûr de lui, Sam repousse brutalement  le corps de Rio. Son regard le fixe encore un peu avant de le retourner brutalement et l'obliger à prendre appui sur le plan de travail. Sa main se pose sur son large dos, devine à travers les couches de tissu sa colonne vertébrale pour l'inciter à se pencher vers l'avant. Ses doigts partent dans sa poche afin d'attraper un préservatif, tout est machinal, comme s'il avait prévu à l'avance de le faire craquer, de le soumettre à sa volonté. Ses cheveux dissimulent légèrement son regard mais Maël fixe ses fesses lorsqu'il fait sauter la boucle de sa ceinture pour baisser son pantalon. Il enfile la capote, se doute bien que Rio n'est pas du genre à s'en être pris d'autres avant lui. A moins que ce ne soit justement ça son petit plaisir secret : se faire prendre à même le Saloon en rébellion silencieuse contre ses frères bien plus grands et solides que lui. Un filet de salive, un mouvement de bassin pour le pénétrer et son corps se crispe. Le latex se met en place autour de sa queue, rend la pénétration moins difficile alors qu'il sent le cow-boy un peu trop tendu.

Maël grimace mais vibre en entendant les gémissements de douleur de Rio. Cela ne lui donne qu'une envie de plus d'aller toujours plus profond. Il pensait pas qu'un colosse puisse être serré à ce point mais s'enivre de cette virginité que Sisters porte sur lui. Sa mâchoire se crispe alors que son torse s'allonge sur son dos. Son front se plaque contre l'arrière de sa tête tandis qu'il embrasse sa nuque. Les râles de Sam se mélangent aux siens, symphonie délicieuse qu'il oubliera dés le petit matin. Ses mains se posent sur la taille de son amant pour avoir le dessus, le brutaliser un peu plus de ses coups de reins. L'idée que Rio puisse souffrir et ne pas prendre son pied le plonge dans une transe dangereuse.



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Dim 11 Nov - 22:15
En ligne
avatar
Rio Sisters

posts : 366
points : 192
feat : Jack O'Connell
crédits : morrigan (ava), bat'phanie (signa)


Tout se passe en une poignée de minutes, bien trop vite pour que Rio n’ait le temps de suivre correctement. Il n’émet pas la moindre protestation lorsque le plus âgé le repousse pour faire culbuter son corps sur le plan de travail, jugeant plus sage de s’en remettre à Sam et son expérience plutôt que jouer les fortes têtes. Il peut entendre l'Irlandais s’agiter derrière pour au final s’exécuter comme un automate, sans prévenir. Toutes les pluies de coups qu’il s’est déjà ramassé dans les dents ne sont rien à côté de ce premier coup de rein. Le cowboy se force à croire que c’est juste le temps que son organisme s’habitue à cette sensation inconnue mais rien n’y fait. Son être tout entier rejette catégoriquement ce corps étranger à l’intérieur du sien, lui arrachant de temps à autre un râle de douleur qu’il ne parvient pas à étrangler. Une de ses mains, fermée en un poing, s’abat sur le comptoir à chaque assaut un peu trop violent tandis que les doigts de l’autre s’accrochent au poignet de Sam sur sa hanche pour maintenir un contact autre que celui de son sexe. S’il était parvenu à passer au-dessus de ce supplice, très certainement que Rio aurait pu passer un agréable moment mais son incurable paranoïa ne tarde pas à le le rattraper, transformant instantanément ce moment en véritable séance de torture psychologique. Il s’en veut de s’être laissé entraîné sur ce terrain, et encore plus d’avoir bien pu désirer Sam sans même pouvoir le nier. Et si Maël ne faisait ça que par simple esprit de vengeance ? Et s’il n’était que la victime d’une machination visant à humilier la famille Sisters, en représailles pour lui avoir foutu la raclée de sa vie ? Les enjeux que pourraient avoir cet instant d’égarement sur sa vie entière l’accable brutalement et c’est tout naturellement que son subconscient cherche à se décharger de la faute en la rejetant sur Kavanagh.

Quand finalement vient l’apogée de cette baise de complaisance, de celles dont Sam devait en consumer plusieurs par jour, il peut sentir les muscles de son partenaire se contracter une ultime fois pour finalement se relâcher alors qu’il vient en lui dans un coup de rein salutaire.  Le front plaqué contre le bois du bar, Rio attend qu’il se retire, tentant tant bien que mal de retrouver un semblant de consistance alors qu’absolument tout en lui est dévasté comme après le passage d’un ouragan. Il comprend d’ailleurs mieux maintenant, pourquoi ces derniers sont nommés d’après les gens. Désarçonné, le jeune remonte prestement son pantalon et se retourne pour s’accouder au comptoir derrière lui. Robotique, il finit par récupérer son chapeau toujours enfoncé sur le crâne de Maël, comme pour se donner la force de redevenir un de ces célèbre Sisters imperméable à tout ce qui les entoure. On est fermés. Son regard dardé sur l’Irlandais ne flanche pas et sa voix se veut sans équivoque, élude délibérément ce qu’il vient de se produire. C’est dans un dernier mécanisme de défense qu’il repousse Sam en premier pour échapper au coup de grâce. Ses prunelles sont embrasées par la colère mais également la déception, avertissent Sam qu’il est à présent capable d’ouvrir le feu sur lui si ça peut permettre de lui faire quitter les lieux au plus vite. Il n’attend plus que ça, le cowboy, que le blond disparaisse de son champ de vision pour déglacer son âme des derniers résidus de cette soirée au whisky.



MACADAM COWBOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   Mar 20 Nov - 19:09
avatar
Sam Kavanagh

posts : 614
points : 768
feat : garrett hedlund.
crédits : Hermèssito.
Âge : 34
logement : old lady.


Il y va fort, sans le moindre ménagement, incapable de se dire qu'un cowboy puisse avoir ses faiblesses. Sam se comporte comme devant les caméras : là pour le spectacle et non pour le plaisir. Ses mains resserrent les fesses blanches de Rio entre ses doigts alors qu'il vient enfin à bout de son acte. L'Irlandais se laisse aller dans sa capote jusqu'à ce que le plus jeune le rejette un peu brutalement. Instinctivement, sa main fait claquer le latex lorsqu'il enlève son préservatif pour le refermer d'un simple noeud et le balancer sur le plan de travail. Cela lui est égal, il sait que les Sisters seront fiers de leur frère rien qu'à l'idée de savoir que celui-ci a eu les couille de sauter une gamine derrière le bar pour mieux l'abandonner ensuite. Il se dit que cette capote là ne fera que redorer le blason bien sombre de Rio qui le fixe avec insistance et colère. Là où Sam devrait craindre les foudres du cowboy, rien ne le traverse si ce n'est ce sourire sur son visage alors qu'il remonte lentement son pantalon. Il ne peut s'empêcher d'en rajouter une couche, de mettre son entrejambe dans son boxer, remonter mollement sa fermeture dans un regard qui se veut lubrique. Heureusement que tu me le dis, j'avais pas remarqué. Pour noter à quel point il était serré durant tout l'acte. Sam se doute bien que Sisters n'a pas pris son pied et cela le fait sourire tandis qu'il s'approche malgré tout une dernière fois de lui pour l'embrasser. Il force sa langue à trouver la sienne afin de lui roule rune pelle magistrale. Si t'as besoin de perfectionnement tu sais où me trouver. En passant sa langue sur ses lèvres et de quitter les lieux par la porte arrière.

Toujours aussi saoul mais vidé de son énergie, les rues de la ville ont une lueur qui le calme tandis qu'il enfonce légèrement sa tête entre ses épaules pour tenter de trouver un semblant de chaleur. Sam n'est même pas certain d'arriver jusqu'à chez lui et opte pour s'asseoir à côté d'un clochard le temps de décuver un peu. Le type à côté lui tend sa bière dans un sourire infect qui ne le freine pas. Les dents noires du vieillard ne le rebutent pas, trop bourré pour refuser quoi que ce soit. On pourrait l'empoisonner ici que ça n'y changerait rien.

(fin)



Toutes mes déclarations d'amour
arrivent soit trop tôt, soit trop tard.
Parce que je ne dis je t'aime que
pour séduire ou rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t117-sam-kavanagh-garrett-hedlu
MessageSujet : Re: man without a star (sam)   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» STAR POWDERS
» Masques de Star Wars
» STAR ACADÉMIE 2012 - René Angélil de retour à l’Académie
» Les Converse All Star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: Le Bronx-
Sauter vers: