Partagez | 

 Something lonesome about you / Jill

MessageSujet : Something lonesome about you / Jill   Mar 18 Sep - 20:37
avatar
Abram Guerra
posts : 13
points : 68
feat : Joaquin Phoenix
crédits : CARNAVAGE
logement : The Old Lady (#102)


Cette nuit, c’était à Abram qu’on avait confié la fermeture du Moine. Ou plutôt, s’assurer que tout le monde était bien parti et que personne n'essaiera d’entrer dévalisé quoique ce soit jusqu’à la prochaine soirée. Il était plus tôt que tard. Le voile de la nuit s’effaçait doucement et les premiers travailleurs du Bronx sortaient gagner leur misère. Comme Carina, une femme d’un certain âge qui venait nettoyer l’établissement quand tout le monde allait se coucher. Abram lui avait ouvert la porte avant même qu’elle toque et elle lui avait souri d’un regard complice. Une affection qu’il ne sut lui rendre proprement. Elle venait rembourser la dette de sa fille, ou de son fils. Il n’avait jamais osé demander alors il n’avait fait que supposer. Pour quelle autre raison une dame comme elle viendrait essuyer la crasse d’un tel lieux ?

Il fait le tour de la salle pour monter les chaises sur les tables sur les tabourets sur le comptoire pour préserver le dos de Carina. Cette dernière avait arrêté de l’en dissuader et se contentait désormais le remercier dans un italien qu’il ne saisissait pas parfaitement. Les yeux cernés de fatigue, il pense à s’affaler dans un des fauteuils quand le froissement sous sa veste lui rappel une tâche important : les papiers de sa mère. L’homme se fait une place sur le comptoir, descendant un des tabourets pour s’y asseoir au mieux - faute de pouvoir poser correctement son épaisse carrure dessus. Il étale les quelques papiers chiffonnés, passant son poing à répétition dans l’espoir de les aplatir.  Ce n’est qu’un simple formulaire à remplir mais il lui permettrait de lui faire parvenir ses médicaments plus facilement. A condition de les envoyer aujourd’hui, dernier délais comme l’avait répété inlassablement la docteur. Or, il avait oublié. Ou plutôt, il s’était laissé déborder par les demandes en tout genre des Bartolotti.

Abram se tente à une première lecture mais doit se reprendre à plusieurs reprises. S’il ne butte pas sur les mots, c’est ses paupières lourdes qui l’empêchent de lire correctement. Il se force dans un dernier élan de motivation et se lève à la recherche d’un stylo. Il fait le tour du comptoir, puis tente sa chance dans les arrières salles, formulaire en main. Sous l’une des portes, la lumière sous la feinte de la porte arrête sa recherche. Persuadé qu’il ne restait personne, il s’avance prudemment, le visage froncé. « Y a quelqu’un ? » Lance-t-il en même temps que ses doigts cognent brutalement contre la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t362-abram-guerra-joaquin-phoen
MessageSujet : Re: Something lonesome about you / Jill   Mer 19 Sep - 15:07
avatar
Jill Lazzari
posts : 78
points : 453
feat : sophie cookson
crédits : killer from a gang, neon demon
logement : quand elle rentre chez elle, c'est au old lady, mais elle y est le moins possible.


Le bâillement lui écarte la mâchoire en grand, et Jill s’étire vaguement, geignant un peu. Elle est fatiguée, sa soirée a été longue, et elle n’aspire qu’à trouver un coin pour dormir. Il est tôt, et quand elle rentrera, Giacobbe sera probablement déjà parti ou en tout cas, déjà levé – voire même ne sera pas rentré. Dans tous les cas, c’est la promesse d’un sommeil long, et elle espère, réparateur. En attendant, elle est toujours penchée au dessus du lavabo, sa petite bouteille de shampoing en main et un chapelet de jurons anglo-serbo-russo-italianos (à peu près toutes les langues qu’elle entend suffisamment souvent autour d’elle pour distinguer un bonjour d’un salope) qui se pressent sur le palais. Impossible de savoir ce que ce mec lui a renversé dans les cheveux – à vrai dire elle n’a pas vraiment envie de le découvrir – mais cette merde colle et elle n’arrive pas l’enlever correctement. A force de batailler, elle finit par pouvoir rincer correctement ses cheveux. Le bruit contre la porte et la voix la font brutalement sursauter et elle se cogne durement contre le robinet. « Aïe… elle gémit en se massant le crane. » Elle attrape une serviette sur la pile pose à ses côtés, entourent sa longue chevelure dedans tous en ouvrant la porte.
 
Abram se tient devant elle, l’air tout aussi soucieux que fatigué. « Oh, excuse moi Abram ! Je voulais pas t’ennuyer. Je euh. Je devais me laver les cheveux, elle indique un peu inutilement en pointant la serviette enturbannée autour de son crâne. Pff, y’a un type qui m’a mis un truc dans les cheveux tout à l’heure, mon dernier client. Ca m’a pris un temps fou à tout retirer. Pis je suis même pas sûre que c’est bon. Pourquoi tu es encore là ? C’est toi qui ferme ? Oh, bonjours Carina ! Jill adresse un sourire et un geste de la main à la femme qui passe dans le couloir ; elle lui répond par un sourire fatigué. Attend, bouge pas, elle reprend à l’attention du gaillard. Laissant la porte ouverte, elle s’essuie vigoureusement les crane et ramène ses cheveux en un vague chignon sur le haut de sa tête, attrape dans la foulée son sac et sa veste qu’elle enfile dans un même geste. Voilà ! Je suis prête à partir, elle lui dit sur un ton guilleret. Pff, c’était chiant ce soir... Un nouveau bâillement l’interrompt au beau milieu de sa phrase. J’suis bien contente de pouvoir aller dormir. Il reste que nous ? »



jill sur le bar accueille les fêtards, ses cuisses se séparent, se filent ses bas. elle distribue des cœurs, ne regarde pas les corps. elle dissimule les peurs peu importe le décor odezenne, meredith
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t316-jill-lazzari-sophie-cookso
MessageSujet : Re: Something lonesome about you / Jill   Lun 1 Oct - 22:41
avatar
Abram Guerra
posts : 13
points : 68
feat : Joaquin Phoenix
crédits : CARNAVAGE
logement : The Old Lady (#102)


C’est Jill qui ouvre la porte, et avec elle un flot de parole qu’il est incapable de gérer. Il voudrait lui confirmer qu’il est en charge de la fermeture mais elle bascule déjà sur autre chose. D’un léger pivotement, il aperçoit Carina s’activer derrière lui et lorsqu’il revient à Jill, elle s’échappe. L’homme grogne, mais ce n’est qu’un soupire fatigué. Il fait un pas à l’intérieur et son regard inspecte l’état des lieux pour s’assurer que personne d’autre ne soit présent. Il n’était pas rare qu’un client un peu trop insistant tienne la jambe des filles pour quelques faveurs supplémentaires. Abram se faisait toujours un plaisir de les jeter dehors - non pas par plaisir de les maltraiter, mais pour voir les sourires soulagés des travailleuses une fois libérées.

La jeune femme revient aussitôt et il se décale pour la laisser passer, fermant ainsi derrière eux. Elle baille et le phénomène est contagieux : Abram plaque le dos de sa main sur sa bouche, preuve que le « monstre » ne manquait pas d’empathie. Il cligne plusieurs fois des yeux alors qu’il approuve en hochant la tête. Ils n’étaient plus que trois. « Tu rentres à pieds ? » Demande-t-il l’air soucieux de la laisse partir seule jusqu’au quartier, d’autant plus après une soirée aussi éprouvante. Dans sa main, son formulaire attend toujours d’être rempli. En y jetant un rapide coup d’œil, il se rend compte qu’il n’a presque pas avancé et ça l’agace. Il froisse à nouveau le papier. « J’peux te raccompagner en voiture. J’dois attendre Carina. Et finir un papier. » Il n’est pas trop sûr de sa proposition, parce que ça voulait dire retarder les retrouvailles avec son lit. Autrement, il ne s’agissait de bienveillance. Il se voyait déjà passer à côté d’elle en voiture alors qu’elle affronterait la fraîcheur matinale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t362-abram-guerra-joaquin-phoen
MessageSujet : Re: Something lonesome about you / Jill   Sam 10 Nov - 21:53
avatar
Jill Lazzari
posts : 78
points : 453
feat : sophie cookson
crédits : killer from a gang, neon demon
logement : quand elle rentre chez elle, c'est au old lady, mais elle y est le moins possible.


Abram n’est jamais très causant. Mais ça lui convient à Jill. Elle croit qu’il l’écoute vraiment par contre, quoi qu’elle dise, peu importe qu’elle déblatère sur un sujet stupide ou qui n’intéresse pas l’homme. Il est toujours trop poli ou trop gentil pour l’interrompre ou l’envoyer promener. Il écoute, hoche la tête, et des fois, il grogne. « Oui, mais pfff, j’ai pas envie. Il fait si froid dehors et mes cheveux sont encore tous mouillés, regardes -elle les attrape pour lui montrer comme si ce n’était pas évident. Son regard de gamine s’illumine aussitôt qu’il propose de la déposer en voiture. Oh, c’est vrai, ça te dérange pas ? Oui, je veux bien. Tu veux de l’aide pour ton papier ? elle propose ensuite. Jill sait que ce n’est pas toujours facile pour lui de gérer la partie administrative de sa vie. Elle ça ne la gène pas de lui filer un coup de main de temps à autre : ça rend service à l’homme de main et elle se sent moins coupable à profiter autant de sa gentillesse. Ils sont de retour dans la salle principale, assis l’un à côté de l’autre, sur les tabourets, le long du comptoir. Comment s’appelle ta mère ? Je dois l’écrire là. Et il me faut aussi sa date et sa ville de naissance. Ta maman est malade ? elle demande avant de rajouter pardon, ça ne me regarde pas. Un peu gênée, Jill se détourne et recopie avec application le nom que lui dicte Abram. Tu es ici depuis combien de temps ? elle demande. Ici, c’était les États-Unis, New-York, ce quartier merdique. »

« Des fois, j’aimerai bien pouvoir partir ailleurs et recommencer une nouvelle vie. Finit le Moine, finit les clients chiants, finit Ar… les patrons, les horaires impossibles. Juste mon fils, puis moi, ailleurs. Mais son père serait pas d’accord, alors j’suis bien obligée de rester. C’est pas si pire, ici, tu me diras, je pourrais être sur le trottoir. Ici, au moins, on a la sécurité. Mais c’est épuisant quand même… » Jill se sait, un peu gênée de son étalage inhabituel. « Tu connais le nom du docteur de ta mère ? Attend, donne-moi l’ordonnance, ça ira plus vite, je pourrais le recopier. »



jill sur le bar accueille les fêtards, ses cuisses se séparent, se filent ses bas. elle distribue des cœurs, ne regarde pas les corps. elle dissimule les peurs peu importe le décor odezenne, meredith
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t316-jill-lazzari-sophie-cookso
MessageSujet : Re: Something lonesome about you / Jill   Hier à 20:41
avatar
Abram Guerra
posts : 13
points : 68
feat : Joaquin Phoenix
crédits : CARNAVAGE
logement : The Old Lady (#102)


Au fond, Abram espérait bien qu’elle se propose pour l’aider avec ce papier. Il en était juste incapable de formuler la demande. Heureusement pour lui, Jill avait toujours les mots pour lui. Au comptoir, il cligne à plusieurs reprises des yeux pour se ressaisir. Il se penche afin de suivre ce qu’elle écrivait dans l’espoir qu’un jour il puisse le faire seul. Elle ne serait pas toujours là pour l’aider. Pourtant, force est d'avouer que c’était bien pratique. La jeune femme en savait sûrement plus sur sa vie que n’importe qui sur sa vie. Elle retenait aussi les deadline qu’il était incapable de respecter - faute de toujours oublier.

Il essaye de répondre au rythme mais il est rapidement dépassé par son débit de parole. « Paola Avarguez. A-var… Oui comme ça. » Il commence à appeler mais elle l’écrit comme il faut du premier coup. Puis le temps de se retrouver la date exacte d’anniversaire, trois autres questions s’ajoutent. Il ne fait qu’hocher la tête silencieusement, confirmant la maladie de sa mère. Il ne précise néanmoins pas quoi. Non pas qu’il veut la garder dans le secret, seulement qu’il ne s’étale pas sur son état (qui s’aggravait avec les années).

Et euh, elle est née le 3 juillet 1951. Tuluà. Qu’il lui indique en pointant du doigt l’endroit où écrire. C’est au nord de Cali » Un léger sourire échappe à Abram alors qu’il donne ce détail inattendu. Signe d’une certaine mélancolie. Elle situait peut-être pas, la Colombie étant un pays discret et encore moins connu pour une européenne. Il se frotte la barbe, la regardant remplir en silence le papier. Un peu pensif, il repense à ce qu’elle avait dit. « T’irais où ? Avec ton fils. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beton-arme.forumactif.com/t362-abram-guerra-joaquin-phoen
MessageSujet : Re: Something lonesome about you / Jill   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETON ARME :: LA VIE, LA VRAIE :: La route Eastchester :: Le Moine-
Sauter vers: